Accueil » L’EASA délivre un DOA à Volocopter

L’EASA délivre un DOA à Volocopter

Une étape cruciale non seulement pour Volocopter, mais aussi pour l'EASA. © Volocopter

Volocopter est la première start-up porteuse d’un projet d’eVTOL, autrement dit de taxi-volant électrique à décollage et atterrissage vertical, à obtenir un agrément de son organisation de conception (DOA, Design Organisation Approval).

En délivrant à Volocopter un DOA, l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) élève la pionnière de l’eVTOL au rang de constructeur aéronautique européen. Cet agrément lui offre un ensemble de privilèges et de responsabilités qui lui accorde au final une plus grande autonomie dans le cadre du développement de son aéronef. « L’agrément d’organisme de conception est une étape cruciale vers l’obtention d’une certification commerciale et rapproche toujours plus les taxis aériens !», déclare Florian Reuter, PDG de Volocopter.

Le...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • il y a aussi des accidents avec un pilote aux commandes.. restera à comparer objectivement.. les niveaux de risque.
    Comment seront protégés, électro-magnétiquement par exemple, ces engins face aux agressions naturelles et intentionnelles?
    un sondage est peut être à faire sur les intentions des passagers de voler dans un drone?

    Répondre
    • Qui a envie de prendre un métro automatisé tous les jours ? Ben on dirait beaucoup de monde dans de nombreuses villes partout en France et ailleurs…
      Bref, des centaines de milliers de personnes chaque jour à qui on n’avait d’ailleurs pas vraiment demandé.
      Enquête à faire aujourd’hui pendant les grève : 100% seront d’accord, ce sont les seuls métros qui roulent !

      Répondre
  • Je suis pilote et je pense que l’on va vers des catastrophes avec des engins volants sans pilote.
    Nous avons tous vu une fois au moins un pilote automatique se déconnecter. Sans pilote c’est la mort assurée

    Répondre
    • Sauf qu’un PA est conçu pour se déconnecter volontairement à la moindre bizarrerie inconnue ou trop en dehors des clous pour être gérée en automatique.
      Philosophie « pilote humain d’abord »
      Dans le cas d’un drone, le PA est conçu pour se démmm…brouiller tout seul dans tout les cas (connus) d’événement, sans l’option « rendre la main au pilote humain qui saura faire », car il n’y a pas d’humain à bord.
      Il ne se déconnectera donc pas, car ce n’est pas une possibilité prévue.

      Répondre
  • Classiquement la délivrance d’un DOA anticipe de quelques jours celle d’un Certificat de Type …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.