Accueil » Les Junkers 52 de JU-Air revoleront en 2021

Les Junkers 52 de JU-Air revoleront en 2021

Les Junkers de JU-AIR vont perdre leurs moteurs BMW. © F. Marsaly/Aerobuzz.fr

Après le drame du HB-HOT l'été 2018, les Junkers de JU-AIR n'ont plus revolé en attendant les conclusions définitives de l'enquête. Au début du mois, JU-AIR a annoncé les mesures concrètes qui vont être prises en vue de la reprise d'activité des mythiques trimoteurs.

Sous la supervision de l’Office Fédéral de l’Aviation Civile (OFAC) les trois avions restants (immatriculés HB-HOS, HB-HOP et HB-HOY) vont entrer dans un important chantier de maintenance en vue de remplacer les éléments les plus sensibles pour la sécurité des avions, notamment dans les ailes. Il s’agit de prévenir tout problème lié au vieillissement des pièces, des traces de corrosion ayant été trouvées sur l’épave de l’avion perdu.

Une autre importante décision a été prise. Les avions de JU-AIR vont abandonner...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Enfin puisque le sujet a un peu glissé (de ma très grande faute je l’admet) sur les Clergets et les diesels, je ne peux que recommander la lecture de l’excellent article de Gérard Hartmann sur le sujet, passionnant, bien documenté et étonnant :
    https://www.hydroretro.net/etudegh/mazoutdenfer.pdf

    Répondre
  • par JEAN-LUC SOULLIER

    L’authenticité, l’authenticité, finalement on pourrait appeler cela un retour aux sources non? 😉

    Répondre
  • Est-il vrai que pendant l’Occupation, les Usines GNOME-RHONE ont fournis des moteurs Diesel montés sur les Ju 52 ?

    Répondre
    • par Frédéric Marsaly

      Gnome et Rhône a fourni de nombreux moteurs (ce qui a valu à la société d’être rapidement nationalisée après-guerre) pour les avions allemands mais pas pour les JU-52.

      Répondre
    • En creusant un peu l’historique du tin goose teuton pour essayer de satisfaire votre curiosité, j’ai découvert qu’il en a effectivement volé une version 3 X Jumo 205, ce qui n’est absolument pas étonnant puisque la maison mère produisait ces moteurs, ils étaient d’ailleurs à l’époque les spécialistes mondiaux du diesel avionné (très avant le SMA et Mr Pennec donc). Et contrairement à ce qu’indique Wiki, les deux avions produits (D-AQAR et D-AJYR) n’ont pas seulement volé en régime expérimental mais ont étés exploités en ligne par la DLH. La preuve en est le rapport d’accident du D-AJYR, qui mentionne clairement un « revenue flight »! Étonnant non? photo ici : http://www.airwar.ru/image/idop/cww2/ju52/ju52-5.jpg
      Plus étonnant encore en creusant un peu plus on tombe sur un modèle unique à 3 X V12 Hispano Suiza affecté au président de la Fédération Aéronautique Internationale, le prince Gheorghe Bibescu. Très Etonnant! Je savais que les nazis germains soignaient toutes les grandes instances sportives (CIO, FAI, FIA etc etc) mais là manifestement c’était une opération de soins conjointe franco-prussienne…..Cet avion a apparemment porté un marquage CV-FAI (ou alors c’est une photo retouchée) mais il a manifestement été « plié » en tant que YR-ABF ce qui paraît logique puisque le prince était roumain. Mystère.
      Autre mystère et pour aller au bout de l’étonnement je suis tombé sur cette photo de mauvaise qualité http://www.airwar.ru/image/idop/cww2/ju52/ju52-21.jpg
      (qui pourrait très bien être retouchée ou même n’être qu’un dessin) et j’avoue humblement n’avoir aucune idée de quoi il s’agit ni de loin ni de près……J’avance une hypothèse hasardeuse en disant qu’il s’agit peut être d’un des premiers prototype monomoteur équipé d’un BMW VIIaU ou d’un Junkers L88 et initialement converti avec deux PW de plus…. juste une hypothèse, si quelqu’un sait il est le bienvenu!
      Je rebondis sur les PW en mentionnant une anecdote savoureuse, il se colporte que le grand veneur du Reich exigeait que les avions de sa flotte personnelle (quatre ou cinq unités si je ne dis pas de bêtise), outre le fait qu’ils soient peints aux couleurs de son DR1 quant il était patron de la Jagdgeschwader 1, ne soient exclusivement équipés que de PW. (le BMW 132 est en fait une licence de PW, c’était donc techniquement assez simple à assouvir comme caprice). Il tenait le conseil de la meilleure source (si c’est vrai mais je crois bien que oui), son liebende boss le Baron himself qui envoyait des piou pious feldgrau de faire tuer dans les no man’s land pour récupérer des pièces de Clerget dont il estimait que les tolérances d’usinage et la qualité en général étaient bien supérieures à celles des Oberursel chermaniques. Et ça c’est pas un ragot, ça a été démontré par l’analyse de l’épave de Manfred…..Aaaaah l’histoire…..

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.