Accueil » Regent poursuit le développement de son « navion » à effet de sol

Regent poursuit le développement de son « navion » à effet de sol

Le démonstrateur du Viceroy à l'échelle 1/4, nommé Squire, a débuté ses essais en Floride. © Regent

Regent a annoncé s'être associé à Siemens pour accélérer le développement de sa famille de "navires-avions" entièrement électriques. Le Viceroy Seaglider, le navire à effet de sol sur lequel Regent fonde tous ses espoirs, devrait être en mesure d'emporter 12 personnes sur 300 km.

Regent avance dans le développement de sa famille d’hydravions à effet de sol. La start-up nord américaine vient d’annoncer s’être rapprochée de Siemens pour l’aider à accélérer le développement de son « navion. »

Siemens fournira une suite logicielle dédiée à la conception, Xcelerator, qui permet de faciliter l’ingénierie, la conception et la fabrication à l’aide de modèles numériques.

En avril 2022, Regent a présenté pour la première fois au public son démonstrateur technique à l’échelle 1/4. La start-up poursuit actuellement les tests et confirme qu’elle ambitionne de mettre son hydravion à effet de sol sur le marché en 2025. Le prototype à taille réelle du Viceroy devrait débuter ses tests en vols en 2023.

Le « navion » de Regent se déplacera de trois manières différentes. En flottant sur sa coque près du quai ; comme un hydroptère en s’appuyant sur ses hydrofoils à une vitesse pouvant atteindre 40 nœuds lorsqu’il entre et sort du port ; ou en volant au-dessus des vagues à une vitesse de croisière de 160 nœuds.

En août 2021, Brittany Ferries a signé un partenariat avec Regent de manière à faire circuler plusieurs de ses Viceroy Seagliders entre la Grande-Bretagne et la France. Plus tard, des opérateurs de Croatie, Haïti, des Bahamas, des États-Unis et Nouvelle-Zélande ont à leur tour manifesté leur intérêt.

Regent affirme avoir reçu pour plus 7 milliards de dollars et quelque 500 intentions de commandes pour la famille de ses Seagliders. F.M.

Fabrice Morlon

Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.