Accueil » 220 terrains d’aviation militaires recensés dans le Nord en 14-18

220 terrains d’aviation militaires recensés dans le Nord en 14-18

L'association Anciens Aérodromes publie un Atlas des terrains d'aviation militaires du Nord lors de la Première guerre mondiale. Le résultat d'un travail de recherches historiques et géographiques de longue haleine est présenté dans cet ouvrage qui retrace la présence militaire dans le département du Nord sur 220 terrains d'aviation, majoritairement allemands.

21.09.2017

L'Atlas Nord des terrains d'aviation militaire détaille 220 terrains d'aviation pendant la Première guerre mondiale © Anciens Aérodromes

Avant la guerre de 14-18, le département du Nord comprenait une dizaine de terrains d’aviation militaires. L’activité aérienne pendant le conflit fut intense dans ce secteur, où furent installés près de 220 terrain d’aviation, éphémères ou plus pérennes. Les missions d’observation puis de bombardement, seules missions envisagées pour l’aviation, firent place, en 1916 aux premiers avions de chasse monoplace.

Cinquième volume de la collection Atlas, l’Atlas Nord présente l’emplacement des terrains militaires dans le département du Nord – Format 17×24, 272 pages – ISBN 978-2-919572-1-13 – 15 euro + 5.90 euro de port

Sur les 220 terrains recensés, 172 ont été occupés par les Allemands puis, après le départ des troupes ennemies, les Anglais ont occupé 52 terrains. Les Français, eux, ont occupé une vingtaine de terrains, majoritairement concentrés autour de Dunkerque, d’où Georges Guynemer est parti pour sa dernière mission. Sans oublier les unités australiennes, belges et américaines très actives en fin de conflit.

L’Atlas du Nord, 5ème de la collection Atlas, recense et localise les terrains dont la forme s’apparente souvent à un simple champ équipé de tentes puis de hangars. Le fonds cartographique retenu, les minutes en couleur de la carte d’Etat-Major, est contemporain du conflit. Aujourd’hui, tous les terrains ont disparu et sont souvent oubliés des habitants.

Chaque fiche recense l’occupation du terrain par les différentes unités et précise, lorsque l’information existe, l’emplacement du terrain. Des QR Codes renvoient vers une vue de l’emplacement du terrain ou vers une ressource audio ou vidéo © Anciens Aérodromes

Les archives ont préservé de nombreuses photographies, documents et cartes sur les opérations et occupations diverses qui en permettent de fidèles reconstitutions. Pour chaque terrain, des QR Codes permettent de localiser le lieu et de s’y rendre, de consulter la fiche signalétique actualisée sur le site Internet de l’association.

L’association Anciens Aérodromes, créé en 2007, réunit 160 membres à travers la France. Son but est de mener des recherches historiques sur les aérodromes existants et sur la présence de l’aviation sur le territoire français. Elle publie régulièrement le fruit de ses travaux dans des ouvrages détaillés.

F.M.

Pour commander l’ouvrage

Tarif : 15 € + 5,90 € pour les frais de port

ASSOCIATION ANCIENS AÉRODROMES
Aérodrome de Merville Calonne – Rue de l’Épinette – 62136 LESTREM

5 commentaires

  • Michel KLOCK

    Bonjour,
    je souhaiterais connaitre les terrains d’aviation 14/18 dans le Pas de Calais.

    Merci
    Michel KLOCK

  • deneckere bernard

    Malheureusement l’auteur à pris comme carte la situation avant la révolution industrielle (1840-1860 donc 60 ans avant la guerre). Par exemple Dunkerque est encore le port du temps de Vauban et Halluin est dans le livre encore un petit village rural. En réalité c’étaient des sites industriels avec beaucoup d’usines et en pleine expansion. Linselles avait trois champs d’aviation, l’auteur en trouve que deux.

    • Jerome Grosse

      La plupart des informations sur les terrains proviennent des cartes allemandes avec la notion de terrains actifs, à aménager, de secours et annexes : j’ai du en oublier !!
      Merci de me donner le troisième terrains de Linselles, je ferais la correction sur le site.

  • G LESCALUP

    A l’époque, c’était des champs d’aviation sans piste et à tendance circulaire: en effet, les avions atterrissaient contre le vent et visaient la biroute…

    • Jerome Grosse

      Bien d’accord avec vous, les terrains dessinés dans l’Atlas sont les emprises des aérodromes, les pistes ne sont pas dessinées car non balisées sur les photos aériennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.