Accueil » 220 terrains d’aviation militaires recensés dans le Nord en 14-18

220 terrains d’aviation militaires recensés dans le Nord en 14-18

L'Atlas Nord des terrains d'aviation militaire détaille 220 terrains d'aviation pendant la Première guerre mondiale © Anciens Aérodromes

L'association Anciens Aérodromes publie un Atlas des terrains d'aviation militaires du Nord lors de la Première guerre mondiale. Le résultat d'un travail de recherches historiques et géographiques de longue haleine est présenté dans cet ouvrage qui retrace la présence militaire dans le département du Nord sur 220 terrains d'aviation, majoritairement allemands.

Avant la guerre de 14-18, le département du Nord comprenait une dizaine de terrains d’aviation militaires. L’activité aérienne pendant le conflit fut intense dans ce secteur, où furent installés près de 220 terrain d’aviation, éphémères ou plus pérennes. Les missions d’observation puis de bombardement, seules missions envisagées pour l’aviation, firent place, en 1916 aux premiers avions de chasse monoplace.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Bonjour,
    je souhaiterais connaitre les terrains d’aviation 14/18 dans le Pas de Calais.

    Merci
    Michel KLOCK

    Répondre
  • par deneckere bernard

    Malheureusement l’auteur à pris comme carte la situation avant la révolution industrielle (1840-1860 donc 60 ans avant la guerre). Par exemple Dunkerque est encore le port du temps de Vauban et Halluin est dans le livre encore un petit village rural. En réalité c’étaient des sites industriels avec beaucoup d’usines et en pleine expansion. Linselles avait trois champs d’aviation, l’auteur en trouve que deux.

    Répondre
    • La plupart des informations sur les terrains proviennent des cartes allemandes avec la notion de terrains actifs, à aménager, de secours et annexes : j’ai du en oublier !!
      Merci de me donner le troisième terrains de Linselles, je ferais la correction sur le site.

      Répondre
  • A l’époque, c’était des champs d’aviation sans piste et à tendance circulaire: en effet, les avions atterrissaient contre le vent et visaient la biroute…

    Répondre
    • Bien d’accord avec vous, les terrains dessinés dans l’Atlas sont les emprises des aérodromes, les pistes ne sont pas dessinées car non balisées sur les photos aériennes.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.