Accueil » L’avion tueur d’orages

L’avion tueur d’orages

Michel Kossa a choisi la forme romanesque pour raconter son expérience de pilote de Pilatus PC-6 Porter, au service d’une association climatologique cherchant à expérimenter une nouvelle méthode de lutte contre les orages de grêle, dans le sud-ouest de la France, en 1969.

19.06.2020

Le PC-6 Porter, depuis des décennies, l'avion à tout faire de Pilatus, même à chasser les nuages de grêle. © Pilatus

Michel Kossa n’en finira pas de nous surprendre par la richesse de son expérience de pilote professionnel. Ces ouvrages sur la pratique du vol en montagne font référence. Récemment, il nous a replongé dans l’époque héroïque du « troisième niveau ». Avec « L’avion tueur d’orages », il nous ramène à la fin des années 60, quand il était pilote de Pilatus PC-6. Largueur para à Chambéry, il est appelé à Agen avec son avion, pour tester une nouvelle technique de lutte contre les orages de grêle.

En ce temps-là, les agriculteurs du Sud-Ouest de la France réunis au sein de l’Association climatologique de Moyenne-Garonne (ACMG) utilisaient des Juvaquatre fourgonnettes flanquées de rampes de lancement pour fusées paragrêle et des avions légers Gardan GY-80 pour ensemencer les nuages de grêle. C’était du sport et le résultat n’était pas à la hauteur des attentes des arboriculteurs. D’où l’idée de mettre les gros moyens et de faire appel à un Pilatus PC-6 capable de monter très vite et beaucoup plus haut.

L’avion tueur d’orages. Par Michel Kossa. Editons JPO. 146 pages. 24,35 €. ISBN : 978-2-37301-121-0

Michel Kossa va enchaîner quelques vols spectaculaires et éprouvants dans le but de mettre au point de nouvelles techniques. Il s’agissait d’aller disperser manuellement des copeaux d’iodure d’argent à la base des cumulonimbus. Les techniciens iront même jusqu’à lancer des grenades. C’était chaud !

Gil Roy

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

12 commentaires

  • MAÏOLA Max

    en ce kossa michel il semble avoir des pertes de memoire car le pilatus ( papa juliette) n etait pas equipé d un moteur PT6 mais d une turbine ASTAZOU 2 avec l equel il a fait un arret a 125OO pieds par pompage au dessus du Tarn et Garonne et nous nous sommes posés sans moteur a Moissac Max Maiola

  • MAÏOLA Max

    Je m’ appelle Max Maiola, j’ étais le responsable technique de l’ opération anti-grêle menée par l’ACMG (association climatologique de la Moyenne Garonne a Agen entre 1967 ET 1978 ; j effectuais les interventions ariennes avec les pilotes dans les orages a grêle ; 11 ans de missions aériennes et plus de 800 heures de vol autour ou dans les cunimbes ; j ai vu passer plus de 25 pilotes dont une dizaine issus de la compagnie d’AIR ALPES ; aucun d eux n’ a fait plus de 2 saisons… les deux seuls qui ont fait plus de 10 saisons sont LALANE et DAMOURE d’ air SUD OUEST ; Quant à l’ efficacité de la méthode mise au point par DELOURME météorologue, il y aurait beaucoup à DIRE et je me garderais bien d avancer le moindre résultat positif …

    • serge

      C’est marrant le net … en 1969 j’ai rencontré Michel sur le terrain de Niort où il parachutait en Pil-astazou … posé avant les paracutistes ! vers 1975 je volais pour
      lui et Niobe à Air Montagne à Courchevel comme instructeur mont. et glacier … on se posait partout ! c’était super avec les copains de Megève, Giraud et Chr.Carrière à l’Alpe, Nano Chapel … les Collot, Delparte.
      50 ans déjà … j’aimerai bien avoir le contact en privé avec Michel … tel ou e-mail !
      Merci pour les souvenirs.
      Serge.

  • François

    En tout cas un sacré pilote ce Michel Kossa çà c’est clair!

  • Jean Christophe Cherré

    Le problème c’est que ça n’arrête pas pas que la grêle ça arrête l’eau et nous agriculteurs on a énormément souffert de la sécheresse dans les années 90 à chaque fois qu’il y avait de l’orage un avion passait dedans ou pas très loin maintenant il on mis des filets sur les pommiers qui nous entour maintenant plus d’avion et on a de l’eau

  • Phil

    ils ont fait des essais aux USA à partir de 1946, les chimistes Langmuir et Schaefer ont fait des ensemencements à la neige carbonique et à l’iodure d’argent. ils ont eu des résultats pas toujours probants, mais parfois avec de bons résultats. Raconté dans une partie de ce livre : https://www.amazon.com/La-plan%C3%A8te-Terre-Les-temp%C3%AAtes/dp/B00KHS9Q64

  • bdd13
    bdd13

    Il n’est pas possible a priori de savoir si ça marche. Quel aurait été le résultat à chaque expérience si l’ensemencent n’avait pas été fait ? Nul ne le sait…
    Cela dit, nous sommes en présence de forces qui nous dépassent : 1 g de vapeur d’eau qui condense libère 2500 joules, l’énergie permettant de soulever 1 tonne sur 10 cm.
    Vous imaginez les tonnes de vapeur transformées dans un Cumulonimbus….. et on voudrait changer les choses avec un Pilatus…? L’idée étant de faire précipiter avant la formation des grêlons, on est d’accord. Mais c’est difficile de prouver que l’action a un effet. En tout cas, ça fait marcher le commerce !

    • Spls

      L’énergie pour soulever une tonne sur 10cm est plutôt de l’ordre de 1000J (981J plus précisément). Bien à vous.

      • Pindt

        Oui… Précisez =au niveau de la mer… Alors que bdd13 parlait de soulever 1tonne de charbon, dans une min, a-250 m ren dessous du niveau de lq mer… Tout le monde a raison la balle au zénith

  • CHATELARD

    Et ça marchait? …

    • Escafit

      Moi aussi, j’ai fait la lutte antigrêle à Agen pour l’ACMG avec un Cessna 402 (de jour comme de nuit) dans les années 70, j’ai le rapport de l’ACMG qui indique par rapport aux cellules orageuses recensées une diminution de plus de 80% des précipitations de grêle…
      Il faut dire que le Cessna 402 emportait une grande quantité de « Lévilite » qui générait une foule de microscopiques noyaux de condensation qui avaient certainement un « effet papillon » !
      De toute façon c’était plus efficace que de ne rien faire comme le préconisent les « critiqueurs professionnels »…
      Nous on y croyait…et on à risqué notre vie en pénétrant dans des cumulonimbus très dangereux pour protéger les cultures !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.