Accueil » Les accidents en aviation générale

Les accidents en aviation générale

Gilles Vidal, ancien de la Gendarmerie des Transports Aériens, signe un fascicule à destination de ceux qui s’intéressent aux enquêtes aéronautiques. Un guide pratique à l’attention des futurs enquêteurs judiciaires.

20.01.2021

L'enquêteur Gilles Vidal signe un guide destiné aux enquêteurs judiciaires autant qu'aux différents usagers des aéro-clubs. © BEA

C’est un manuel austère, à l’image de sa couverture qui annonce la couleur. Pas d’accidents d’avions ou d’ULM en illustration du texte, l’auteur va droit à l’essentiel. Lorsqu’un accident grave d’aviation générale se produit, deux enquêtes sont menées en parallèle. L’enquête technique dite de sécurité confiée aux experts du BEA, le Bureau d’enquêtes et d’analyse, et l’enquête judiciaire. Schématiquement, la première a pour objectif de déterminer les causes, la seconde les responsabilités. La première débouche sur des recommandations, la seconde...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

2 commentaires

  • Michel

    J’avoue ne pas avoir encore lu cet ouvrage, toutefois, je suis persuadé qu’un dommage collatéral à ces enquêtes n’est pas abordé: les gestionnaires des AD liés à l’accident (départ, arrivé, proximité, base…) sont tenus de conserver les épaves. C’est pour la durée de l’enquête (qui se déroule plutôt à vitesse de décrochage qu’à Vmax…) mais cela s’éternise car personne ne siffle la fin de la partie, personne ne payant la place immobilisée, même pas l’assurance. Cela fera un manque à gagner au gestionnaire donc un cout aux usagés. J’attend depuis 2 ans une place pour mon avion dans un hangar qui contient trois épaves. L’une d’elle devait être ferraillée, enquête terminée. Manque de pot, elle était immatriculée « OO »: les ayants droits , pas contents des conclusions françaises, ont déposé un recours auprès du procureur du roi en Belgique. Et c’est reparti !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.