Accueil » Technique du vol et de l’atterrissage en montagne

Technique du vol et de l’atterrissage en montagne

Les éditions Cépaduès ont eu l’excellente initiative de rééditer une version actualisée du livre de Jean-Pierre Ebrard, l’une des figures de l’instruction du vol en montagne, en avion comme en ULM.

30.10.2018

Pour Jean-Pierre Ebrard, le vol en montagne est une affaire de pilote avant d'être une question de machine. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Jean-Pierre Ebrard est un passionné d’aviation. Les 17.000 heures de vol qu’il totalise, sont pour une grande partie des heures qui comptent double, non seulement parce qu’elles ont été réalisées en instruction, mais aussi parce qu’elles ont été vécues loin des pistes en dur. La sincérité de son engagement s’est notamment illustrée au moment de l’apparition des premiers ULM en montagne. Alors que la plupart des pilotes de Mousquetaires ne cachaient pas leur défiance vis-à-vis des pilotes de Coyote ou de pendulaires qui venaient s’aventurer sur « leurs » glaciers, Jean-Pierre Ebrard a échangé son Rallye 100 cv contre un Coyote. Il est l’un des artisans du rapprochement des deux communautés. Si elles ne subissent pas les mêmes contraintes réglementaires, elles partagent la même fascination pour la montagne et sont animées par la même exigence d’excellence.

Technique du vol et de l’atterrissage en montagne. Par Jean-Pierre Ebrard. Editions Cépaduès. 186 pages. 17 x 23,8 cm. 28 €. ISBN : 9782364936676

Le livre de Jean-Pierre Ebrard est plus qu’un manuel de pilotage. C’est l’expression du compagnonnage. La technique est présente, mais au-delà du savoir-faire, c’est l’idée même de savoir-être que l’auteur cherche à transmettre en partageant son vécu. Cet ouvrage aidera les aspirants dans leur apprentissage comme il boostera les pratiquants, alors que les premiers flocons sont annoncés sur les massifs.

Gil Roy

Commandez le livre Technique du vol et de l’atterrissage en montagne

7 commentaires

  • ROYER

    Lisez le bouquin au lieu de raconter des conneries !
    J’ai constaté que le débat ULM avions en montagne était fini, chaque machine à ces avantages.
    Saluons l’AFPM qui accueille toutes les catégories du vol montagne et / ou chacun se sent bien sans être exclus.
    J’ai aussi rencontré des avions au milieu de la piste ( peut-être pour pisser), ceci est une affaire de réflexion de pilote, peut importe sa monture !

    Et que vive le vol en montagne !

  • PlasticPlane

    Philosophons, mais prenons garde de ne pas égratigner les monuments …  » Les cons, ça ose tout ; c’est même à ça qu’on les reconnaît ».

    • Pilotaillon

      Holà, facile de généraliser !
      Ok ! Respect à nos prédécesseurs mais « à la base » le sujet était la transmission des savoirs au travers d’un livre.
      Je ne vois pas de différence entre un pilote montagne en avion ou en ULM, à ceci prêt qu’un des 2 types est réglementairement plus léger, et chacun connaît l’importance de la masse / la charge alaire / la puissance disponible sur la facilité de pilotage en aérologie de montagne.
      @Groll : Alors les pilotes d’ULM, qui sont parfois des pilotes avions accomplis et peuvent être « légers » parfois dans leur comportement, ont droit à autant d’égard.
      @PlasticPlane Les montagnes sont les seuls monuments immuables : foi de montagnard !

  • PiPilotaillon, adepte de philosophie aérienne

    On est toujours le con d’un autre… au bar de l’escadrille les aigles et les corbeaux brassent de l’air. C’est alors que Grégoire Lacroix intervient :
    « Après avoir clamé que tous les piétons sont des cons, l’automobiliste n’ose plus descendre de voiture »
    Méditons ou médisons, choisissons notre camp.

  • JEAN-LUC SOULLIER

    ose. Tâchons au moins de citer avec la syntaxe adéquate…

  • GROLL

    Hello !
    Proverbe bien connu : les cons ça osent tout, ce qui permet de les reconnaître…et ainsi de les con…tourner !

  • AUDIBERT

    Bonjour,
    Rajouter en corollaire dans votre livre que lorsqu’on se pose sur une altisurface en ULM, on ne laisse pas la machine au milieu de la piste pour aller boire un coup à 150m de là.
    J’ai assisté à ça depuis le sommet du Cap des Barres dans le Luchonnais.
    Cordialement
    Jean-Marie AUDIBERT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.