Accueil » Le KC-46 Pegasus n’est toujours pas tiré d’affaires

Le KC-46 Pegasus n’est toujours pas tiré d’affaires

L'avion-ravitailleur de Boeing file un mauvais coton, ce qui ne l’empêche pas d’aligner une vente supplémentaire en Israël.

5.03.2020

Boeing accumule les problèmes sur le KC-46 et oblige l’US Air Force à retarder la mise à la retraite de ses KC-10 et de ses KC-135 les plus anciens. Airbus est en embuscade. © US Air Force

L’annonce a fait du bruit : devant le sénat américain, le chef d’état major de l’US Air Force a déclaré que « l’US Air Force n’utiliserait le KC-46 qu’en cas d’urgence opérationnelle absolue », pour combattre un adversaire puissant. Pour les opérations au jour le jour, et tant que la guerre ne sera pas déclarée contre Moscou et/ou Pékin, le ravitailleur tout neuf devra donc rester au sol.

C’est un nouveau coup de tonnerre dans un programme qui n’en  a jamais été avare. Le problème de l’avion porte sur son Remote Vision System (RVS) qui permet à l’opérateur de ravitaillement en vol de travailler depuis le cockpit, sans vision directe sur les appareils qu’il ravitaille. Le RVS développé n’est toujours pas au point et induit des impacts inacceptables sur les avions ravitaillés. L’US Air Force estime maintenant que l’appareil pourrait ne pas être opérationnel avant 2023.

Dans le même temps, on apprenait que les Etats-Unis avaient approuvé la vente de 8 KC-46 à Israël pour un cout estimé à 2,4 milliards de Dollar. Selon la presse israélienne, l’achat devrait se faire en utilisant l’aide financière de Washington.

Frédéric Lert

Le KC-46 Pegasus veut redorer son blason à Paris

Airbus repart à l’assaut du Pentagone avec l’A330MRTT

12 commentaires

  • Luc

     » Le RVS développé n’est toujours pas au point et induit des impacts inacceptables sur les avions ravitaillés. » C’est plus tôt du au système MACS qui gère la stabilité en vol du KC suite au débit accru de transfert du carburant par l’intermédiaire du système à commandes de vol électrique…. Seulement voilà, quand un aéronef de combat est en cours de ravitaillement, le système le perçoit comme une « charge additionnelle » et réagit en conséquence selon ses lignes de code d’ou des mouvements parasites impactant le ravitaillé …

  • Philippe Cauchi

    Le Boeing KC-46A Pegasus sera le standard en terme de ravitaillement en vol au 21 ième siècle comme le fut le Boeing KC-135 Stratotanker au 20 ième siècle.

    Boeing a déjà construit 2000 tankers, Airbus environ 50…..Meme Lockheed en a livré plus avec 200 unités.

    De plus, l’argent du contribuable américain ne doit pas être utilisé pour l’achat de matériel non-américain et particulièrement d’Airbus qui est un projet politique contre l’industrie aérospatiale américaine qui a germé dans l’esprit de Charles De Gaulle.

    De plus, les A330MRTT de l’Armée de l’Air ont été acquis sans appel d’offres ou RFP d’ailleurs comme tout le matériel autre…Rafale, Tigre, A400M, H160,…

    • Jean-Mi

      Que voilà un commentaire bien pro-américain !!!
      Bigre, épatant…
      Je ne rejette en rien le fait que les américains achètent américain et seulement américain. (et sans appel d’offre…) Ils sont chez eux et font comme ils veulent (et pas que chez eux d’ailleurs, autre débat…)
      Mais qu’ils ne nous empêche pas que nous fassions de même chez nous, en achetant NOS matériels pour NOS armées, si on a envie…
      Par exemple, avec l’A330 MRTT, il y avait eu appel d’offre américain, gagné par l’A330 MRTT. Donc ça les a fait bondir très haut et d’un coup d’un seul l’appel d’offre était annulé et on prendrait USA first, même si le Boeing était perdant et pas au point… Non mais…

    • Vladimir_K
      Vladimir_K

      « De plus, l’argent du contribuable américain ne doit pas être utilisé pour l’achat de matériel non-américain »

      Dans ce cas, il faut démanteler l’OTAN, qui nous oblige à acheter du matériel américain (Si le Rafale par exemple est bien français, il doit embarquer du matériel américain pour échanger avec les autres équipes).

      Plus sérieusement, les avions qu’ils soient de Boeing ou d’Airbus sont des assemblages de systèmes provenant de pays différents (ÉU, RU, France, Allemagne, Japon, etc.) et donc le fait d’acheter Boeing parce que c’est américain (ou Airbus parce que c’est européen) n’est purement que symbolique.

      • GILBERT MARX

        pas vraiment la plus grosse plus value financière est à celui qui vent l’objet final… alors sous des dehors nationaliste qui est ce qui s’en met plein les fouilles ?

    • Stephane

      Boeing fait de la politique depuis ww2.Souvent travail sur les rebords de l’illégalité pour venir à ses fins. L’honnêteté de reigne pas chez Boeing .

  • Cgcjhcub

    La guerre contre Moscou??
    Sérieux??
    Ce serait juste le début de la fin, finalement une bonne façon d exterminer la race humaine une bonne fois pour toute…
    Tous à vos bunker!!
    Finalement, Pourquoi les Américains voudrais se battre contre Moscou?
    Conquête du Monde pour une « gouvernance globale »?
    Quoi d’autre?

    • Stephane

      Il faut sortir sa tête du sable, et regardé le Russie pour se qu’elle est, une dictature impériale qui a eu un intermède communiste.

  • Bineau

    Selon le plus récent Aviation Week qui consacre un article à ce sujet, l’USAF tient absolument au système « Boom », dont le débit est incomparablement plus rapide que le « Probe & drogue ».
    Le MRTT est-il capable de cet équipement ?

    • guest_100

      c’est sûr qu’avec des gloutons comme les F-35 il faut abreuver sec(si j’ose dire).Mais ce n’est pas forcément prendre le problème par le bon bout ( si j’ose re-dire)…

  • Elyo

    Cela survient au moment où M Mac Calhoun,le nouveau PDG de Boeing, dénonce les risques insensés pris par son prédécesseur qui a sacrifié la fiabilité et la sécurité des aéronefs au profit de la rémunération de ses actionnaires. Les pertes civiles en ont été le prix et maintenant c’est au tour de l’US-Air Force, va t’on enfin voir cette entreprise changer de cap ?

  • Alpha

    « tant que la guerre ne sera pas déclarée contre Moscou et/ou Pékin » : est-ce vraiment le CEMA de l’USAF qui s’exprime ainsi ou vous M. Lert qui extrapolez légèrement ? :-O
    « Le problème de l’avion porte sur son Remote Vision System (RVS) qui permet à l’opérateur de ravitaillement en vol de travailler depuis le cockpit, sans vision directe sur les appareils qu’il ravitaille. » Ah le bon vieux temps du KC-135 et son boomer qui a une vision directe sur l’avion ravitaillé…rien ne vaut parfois les yeux et la voix de l’Homme face au numérique à outrance.
    Sinon, avons nous des nouvelles du partenariat Airbus/LM pour leur fournir des ravitailleurs qui fonctionnent correctement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.