Accueil » Le porte-avions Charles de Gaulle repart en mission

Le porte-avions Charles de Gaulle repart en mission

Le porte-avions Charles de Gaulle entame la mission « Clemenceau 21 » qui de février à juin 2021 va le conduire en Méditerranée et dans l'océan Indien. Il viendra notamment renforcer le dispositif français dans le cadre de l'opération Chammal.

23.02.2021

Le porte-avions Charles de Gaulle reprend la mer dans le cadre de la mission Clemenceau 21. © Marine Nationale

De février à juin 2021, la France déploie son groupe aéronaval constituée en Task Force 473, autour du porte-avions Charles de Gaulle et son groupe aérien embarqué. Cette force navale sera engagée en Méditerranée orientale, dans le golfe arabo-persique et dans l’océan indien (mer d’Arabie).Le GAN participera à deux reprises à l’opération Inherent Resole (OIR), depuis le golfe Arabo-Persique et la Méditerranée orientale. Le groupe aérien embarqué se compose de 20 Rafale Marine (F3R), 2 avions E-2C Hawkeye, 2 hélicoptères Dauphin Pedro et 1 hélicoptère Caïman marine.

La mission Clemenceau 21 se déroulera en trois phases, entre février et juin 2021. © Marine Nationale

Le porte-avions Charles de Gaulle consolidera l’interopérabilité de la France avec ses partenaires américains, belges et grecs. Il bénéficiera ainsi, pendant plusieurs phases de sa mission, de l’escorte de bâtiments de ces pays. L’Italie, l’Inde et le Japon pourraient également participer aux activités opérationnelles du groupe aéronaval en engageant des aéronefs ou des frégates. Le groupe conduira des exercices bilatéraux pour renforcer la coopération régionale avec les pays de la zone, et notamment jusqu’en Inde où il participera à l’exercice majeur Varuna.

Ce déploiement du groupe aéronaval contribue à réaffirmer l’attachement de la France au principe fondamental de liberté de navigation, pilier de sa stratégie en Indopacifique, en particulier autour de certaines zones stratégiques : le canal de Suez, la mer Rouge, le détroit de Bab-el-Mandeb, le Golfe d’Aden et le détroit d’Ormuz. Il permettra également de consolider la connaissance et l’appréciation autonome de la situation, en Méditerranée centrale et orientale, mais également au sud de la péninsule arabique, dans le détroit d’Ormuz et le golfe arabo-persique.

Le Charles de Gaulle. Immersion à bord du porte-avions nucléaire

 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

7 commentaires

  • Fbs

    Quand on sait que la construction d’un second porte avions identique au premier revient à 15% du coût du premier (eh oui, le plus cher et de loin, ce sont les études…), on mesure toute l’idiotie de n’avoir qu’un seul PA pour jouer les intermittent du spectacle.

  • Meunier

    Le 2ème PA est nécessaire pour être crédible et savoir se servir de cet outil majeur.
    Le financement est hors budget standard qui est en comparaison d autres puisque la France est seule avec l UK en Europe
    Si nos amis allemands ont une vision de La Défense de leurs industries ils devraient comprendre l autre vision d avoir des industries de défense pour peser lors des confrontations économiques US et chine

  • FAVE

    Notez la pertinence de l’existence d’un groupe aeronaval au sein de l’union européenne mu par sa seule force nucléaire propulsive permettant son engagement en tout point du globe sur décision politique Alors oui bravo pour cette rénovation récente assurant une prolongation durant les quinze prochaines années.
    Pourrons nous déployer un second P. A. nelle génération en solo ou devra t-on demander l’aide financière de l’Europe pour lancer ce nouveau groupe aeronaval ?
    Sachant les difficultés liées à la poursuite du programme Scaf ( l’attente d’un vote d’outre Rhin pour la poursuite du financement des études-5mds d’euros-par le bundestag) ne vaudrait-il pas mieux financer nous même cet outil de défense qui devra de toute façon intégrer une version embarquée du chasseur nelle génération ?

    • Aff le loup

      La défense des intérêts francais suffit comme mission à nos armées…ce qui suppose le préalable gaullien qui est d’avoir sa complète autonomie…de création des outils nécessaires et de leur emploi ! Donc la France n’a aucune alternative et comme en 60 avec le Foch et le Clemenceau, la force de dissuasion et la distance prise avec l’Otan (seuls les USA en 66 avaient le potentiel…) quant à leur libre disposition dans cet esprit et à la pertinence des actions (seconde guerre du Golfe), on se passera forcément des avis et coopérations ! On n’a rien à négocier surtout avec les allemands…La fierté gauloise d’aucuns diront la morgue gaullienne invalide d’office la quête d’un financement européen qui au vu de la gestion Covid montre que l’EU est devenue une idée dépassée…par sa propre incurie ! L’idée a vécu…c’est dommage mais les nationalismes dirigent le monde ! Il faut s’en persuader et cela c’est dur pour la France dite des Lumières…

    • claude jeandel

      Pourquoi divulguer ses capacité ?

  • Silve

    La pertinence stratégique de cette mission est clairement expliquée par la Marine et le CEMA. Cependant on peut s’interroger sur les limites de cette pertinence, dès lors qu’un seul PA ne permet de répondre à ces objectifs ni en permanence, ni en crise si cette dernière survient lors d’une indisponibilité.
    Remarque incidente, j’espère que les règles d’engagements sont robustes, à la mesure des menaces actuelles.

    • FZVE

      Il n’y a qu’à voir la réaction de la France à l’intimidation et gesticulation turque en méditerranée orientale. La décision politique à été de privilégier la Grèce en tant que client privilégié pour l’obtention de chasseur moderne jusqu’à son financement comportant des clauses favorables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.