Accueil » Les Etats-Unis ne formeront plus de pilotes afghans sur leur sol

Les Etats-Unis ne formeront plus de pilotes afghans sur leur sol

L’armée de l’air afghane a été entièrement rééquipée par les Etats-Unis et son fonctionnement quotidien est solidement encadré par l’USAF aidée de « contractors ». © USAF

  La décision vient d’être prise pour mettre un terme aux désertions des élèves pilotes afghans quand ceux-ci arrivent sur le sol américain…

Les pilotes de Cessna AC-208 (version armée du Caravan) ne seront plus formés aux Etats-Unis. La décision vient d’être prise après que les Américains eurent constaté que plus de… 40% ( !) des élèves pilotes de la dernière promotion se furent évaporés dans la nature une fois arrivés au pays de Mickey et de Donald (Trump). Le programme, qui se déroulait dans la région de Dallas, avait pourtant été inauguré en fanfare en septembre dernier.

Les élèves sagement restés dans les rangs...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(34) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Et cela n’est pas vrai que pour les Afghans….les Djiboutiens et autres Ougandais ont un sacré taux d’évaporation une fois là-bas !
    Et sur place, en Afghanistan, les Américains ne causent aux Afghans que la main à 20 cm du Beretta, pendant toutes les séances de formation ou de « travail », sans aucune sympathie de part et d’autre. On a même invité un terme pour les incidents en rapport avec cette défiance mutuelle : c’est du « green on blue » .

    Donc le bateau coule normalement….. et je vais souvent à Kaboul.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(34) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(34) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.