Accueil » Les livraisons d’hélicoptères décrochent violemment début 2019

Les livraisons d’hélicoptères décrochent violemment début 2019

Le nombre des hélicoptères neufs livrés au premier trimestre 2019 est en recul de près de 20%, soit une baisse de plus de 15% en valeur.

27.05.2019

Au salon Ebace 2019, la version VIP de l'hélicoptère AW169 de Leonardo. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Le marché mondial des hélicoptères accuse une violente baisse en début d’année 2019 : -19,4% en nombre et -15,1% en valeur. Sur le segment des hélicoptères à turbine, le recul est encore plus spectaculaire (-22,4%). Airbus Helicopters a livré 5 machines de moins sur un an (44 contre 49), Leonardo 10 (19 contre 29) et Bell 16 (30 contre 46). Sikorsky n’a livré aucune machine civile. Robinson a pour sa part livré 6 R66 de moins (12 contre 18).

Globalement, Robinson a livré 66 hélicoptères de tout type contre 88 un an plus tôt. Guimbal un de moins (6 contre 7). En revanche, Enstrom affiche la seule hausse (6 contre 1).

Livraisons d’hélicoptères neufs au premier trimestre 2019

1T20181T2019Evolution
Helico à pistons7766-14,3%
Helico à turbine134104-22,4%
Nombre total211170-19,4%
Valeur des livraisons0,60 Md$0,51 md$-15,1%

4 commentaires

  • Garcia

    100 Kg de charge utile !! ouah super !! même pas l’équilvalent d’un militaire équipé…. quel intéret ? Et sinon, quelle est la densité energetique des batteries de votre engine révolutionnaire ?

  • Martial DAUPHIN

    Les hélicoptères sont de plus en plus cher à l’achat.
    La maintenance toujours plus importante avec souvent l’obligation de passer par l’atelier Part 145 ou 21.
    On oublie que l’hélicoptère doit être avant tout une bête de somme, et pas « une danseuse ».
    Il devrait y avoir une motorisation et cinématique simple et fiable et suffisamment puissante.
    La possibilité d’avoir les passagers et équipage au complet avec bagages et plein complet devrait être la norme.
    Comment accepter en 2019 un démarrage non automatique, « à la poignée tournante », des VEMD qui chouinent à la moindre sollicitations, des pilotes qui passent leurs tps dans les instruments de conduite moteurs au décollage, des commandes de vols qui nécessitent un tps important pour leurs déposes/reposes lors de missions TP/TA, etc.
    Oui, je pense que l’hélico coûte de plus en plus cher, et qu’il manque de plus en plus de polyvalence simple et viable.

  • DESCLAUX

    Vous me direz que je « prêche pour ma paroisse » parce que j’ai développé un moteur thermique à injection directe, MIX3 à trois ou six moteurs redondants en étoile, pour lequel j’ai été gratifié du premier prix de l’innovation technologique au salon du Bourget 2007 que depuis je m’intéresse à développer un drone hybride de transport (quadri -cooptère) de transport ou d’attaque dont
    le prix de revient produit en série ne dépasserait pas les cent cinquante mille euros, pour une autonomie de trois heures de vol, dont dix minutes en vol d’approche tout électrique et une charge utile d’environ 100 kgs civile ou militaire:
    beaucoup plus efficace et furtif qu’un hélicoptère, mais comme vous dîtes en France on a des idées mais pas le budget.

  • mikeul

    Ce qui est plus important à mon sens c’est que le montant en valeur des livraisons de LEONARDO rattrape progressivement celui d’AIRBUS HELICOPTERS à la traine sur le milieu de gamme faute d’investissements il y a 5-10 ans . Tout se paye un jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.