Accueil » Airbus conclut ATTOL avec des essais en vol totalement autonomes

Airbus conclut ATTOL avec des essais en vol totalement autonomes

Après un vaste programme d'essais en vol de deux ans, Airbus annonce avoir mené à bien son projet de taxi autonome, décollage et atterrissage (ATTOL).

29.06.2020

Airbus boucle le projet ATTOL en réalisant une série d'essais en vol totalement autonomes. © Airbus

A travers le programme ATTOL, l’objectif d’Airbus était de rendre autonomes le roulage, le décollage et l’atterrissage d’un avion commercial. L’avionneur a développé un système entièrement automatiques basés sur la vision et utilisant la technologie de reconnaissance d’images embarquée.

Au total, plus de 500 vols d’essai ont été effectués. Environ 450 de ces vols ont été consacrés à la collecte de données vidéo brutes, au soutien et au réglage fin des algorithmes, tandis qu’une série de six vols d’essai, comprenant chacun cinq décollages et atterrissages par course, a été utilisée pour tester les capacités de vol autonome.

Airbus conceptualise un futur cockpit monopilote

Le projet ATTOL a été lancé par Airbus pour explorer comment les technologies autonomes, y compris l’utilisation d’algorithmes d’apprentissage automatique et d’outils automatisés pour l’étiquetage, le traitement et la génération de modèles de données, pourraient aider les pilotes à se concentrer moins sur les opérations aériennes et plus sur la prise de décision stratégique et la gestion des missions. Airbus se déclare « désormais en mesure d’analyser le potentiel de ces technologies pour améliorer les futures opérations aériennes, tout en améliorant la sécurité des avions, en garantissant le maintien des niveaux actuels sans précédent ».

Retrouvez nous en podcast et vidéo

5 commentaires

  • PETIT Gilbert

    Je suis plutôt consterné par cette nouvelle!……
    Toute machine asistée ou non aura des défaillances!…..
    Et….. qui sera dans l’appareil si besoin était de tenter de reprendre les commandes…..
    Rassurez-moi!…Y aura-t-il des hôtesses ou stewards à bord?….
    Bien à vous!….Votre journal est superbe et très complet.
    Gilbert PETIT

  • guy tremblay

    j’apprécie au plus haut point les croniques sur les avions et tout ce qui touche le vol

  • Gauthier

    Bonjour,
    « pourraient aider les pilotes à se concentrer moins sur les opérations aériennes et plus sur la prise de décision stratégique et la gestion des missions »

    Hum, déjà qu’on se faisait chier en niveau pendant des heures, et qu’on se réjouissait de poser l’avion une fois sur 3, que va-t-il nous rester ? Le ciel bleu tous les jours ?
    Pour emmener des passagers faudra pas oublier de faire 3 décollages et 3 atterrissages en j3 dans les 90 jours !
    J’espère que les jeunes qui se lancent là dedans sont conscients de ce qui les attend à moyen terme…

    Perso j’ai pas fait pilote pour regarder décoller et atterrir la machine et pianoter un FMS… mais je vieuxconise ! Le progrès fait rage, le futur ne manque pas d’avenir !

    • Escafit

      Tu à raison Bernard, à notre époque le patron à bord c’était le Pilote, et on ne se laissait pas emmerder par le « tas de ferraille » (l’avion) !

    • Tonton Volant

      Je « vieuxconnise » également !
      Suis pas professionnel du « manche », plutôt de la fréquence (j’étais) mais j’approuve totalement le commentaire des PL ci-dessus.
      Déjà, en aéroclub, on nous colle des trucs électroniques improbables — cela plait à tous les « bœufs » qui ne connaissent plus le pilotage — et l’on passe son temps à savoir sur quel bouton appuyer plutôt que de regarder dehors ou gérer son vol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.