Accueil » Industrie – brèves » Airbus s’associe à DG Fuels pour la production de SAF aux États-Unis

Airbus s’associe à DG Fuels pour la production de SAF aux États-Unis

DG Fuels est un acteur émergent dans le domaine de l'hydrogène et des carburants synthétiques à faibles émissions pour l'aviation. © Airbus

Airbus est devenu un partenaire stratégique de DG Fuels, un acteur émergent dans le domaine du carburant d'aviation durable (SAF). La production de DG Fuels devrait atteindre 454 millions de litres de SAF en 2026.

Airbus a annoncé avoir signé un accord de partenariat avec l’entreprise nord-américaine DG Fuels, de manière à développer la production de carburant d’aviation durable.

Le système de production de carburant de DGF est entièrement basé sur des déchets cellulosiques, tels que les déchets de bois provenant de l’industrie forestière, et sur des sources d’énergie renouvelables, telles que l’énergie éolienne et solaire.

La production de la future usine de DGF en Louisiane devrait atteindre 454 millions de litres en 2026, dont une partie sera réservée aux clients d’Airbus. D’autres usines devraient être installées par la suite aux États-Unis et en Europe. L’avionneur devrait décider de sa participation au financement de la construction de la première usine en 2024.

Fabrice Morlon

Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

Un commentaire

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • A mettre en regard des 400 Mt correspondant au besoin mondial en SAF à l’horizon 2050 (en supposant un doublement du trafic comme annoncé par les constructeurs).
    Il faudra donc produire 1000 fois plus en 25 ans, dans une compétition qui va s’engager entre tous les éléments entrant dans la composition, ou pouvant produire des SAF (déchets oléochimiques, biomasse, matières lignocellulosiques, déchets urbains, et surtout production de H2 vert, capture de CO2…).
    Quand je parle de compétition, c’est vis à vis des autres secteurs qui voudront des SAF (automobile ?), et des secteurs qui seront consommateurs d’un des éléments cités.
    On va rire… mais bon, de ce côté, l’homme a montré son opiniâtreté, et ses talents de combattant. Quand il y a de l’argent à la clef…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.