Accueil » Le Trent XWB-84 de Rolls-Royce atteint 10 millions d’heures de vol

Le Trent XWB-84 de Rolls-Royce atteint 10 millions d’heures de vol

En sept ans d'utilisation, le Trent XWB-84 a accumulé 10 millions d'heures de vol. © Rolls-Royce

Rolls-Royce a annoncé que son moteur Trent XWB-84, qui équipe l'Airbus A350-900, a accumulé plus de 10 millions d'heures de vol. Plus de 30 compagnies aériennes utilisent le moteur de Rolls-Royce mis en service en 2015.

En novembre 2021, Rolls-Royce célébrait le 1000e Trent XWB-84 livré à Airbus. Le 22 août 2022, le motoriste britannique célèbre une nouvelle étape pour son turboréacteur mis en service en 2015.

Le Trent XWB-84 a atteint 10 millions d’heures de vol cumulées par plus de 30 compagnies aériennes, sur des routes courtes comme sur d’autres dépassant les 18 heures.

D’après Rolls-Royce, le Trent XWB consomme 15 % de...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Voyons voir, un moteur de ce type, ce doit être à peu près 2 tonnes de kérosène à l’heure, ce qui fait donc 20 millions de tonnes de kéro depuis sa mise en service, qui ont généré un peu plus de 60 millions de tonnes de CO2 (le rapport de masse molaire à la réaction d’oxydo-réduction avec l’oxygène pendant la combustion est de 3,09).
    Quel que soit le pourcentage global par rapport au reste des émissions mondiales, c’est ce chiffre que je retiens.
    En supposant 50% de SAF, qui économise 80% d’émissions, cela ferait tout de même 36 millions de tonnes résiduelles dans l’atmosphère, dont la moitié sera encore là dans 100 ans.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.