Accueil » SpaceShipTwo de Virgin Galactic cloué au sol par la FAA

SpaceShipTwo de Virgin Galactic cloué au sol par la FAA

Le régulateur nord-américain a interdit de vol l'avion suborbital de Virgin Galactic. La FAA a ouvert une enquête sur une déviation de trajectoire de VSS Unity durant la phase retour de l'avion le 11 juillet 2021, alors que Richard Branson était à bord pour lancer les opérations commerciales.

6.09.2021

Pour Virgin Galactic, la déviation était une réponse appropriée et maîtrisée à un changement des conditions de vents rencontrées à haute altitude. © Virgin Galactic

La FAA a annoncé interdire les vols de SpaceShipTwo durant l’enquête qui lui permettra d’élucider les causes qui ont fait dévier l’avion suborbital de la trajectoire prévue.

Ce vol du 11 juillet 2021, très médiatisé, lançait les opérations commerciales de Virgin Galactic et du SpaceShipTwo VSS Unity à bord duquel avait pris place le fondateur de Virgin, Richard Branson, et trois autres passagers.

Même si Virgin Galactic s’était réjoui du vol nominal de VSS Unity, la FAA, dont l’un des représentants était présent dans la tour de contrôle de Las Cruces, a relevé une déviation de trajectoire dans la phase planée pour le retour au port spatial, au Nouveau Mexique.

Pendant 1 minute et 41 secondes, VSS Unity a dévié de sa trajectoire mais Virgin Galactic assure que tout était sous contrôle, que la déviation était intentionnelle et que les pilotes ont géré le problème. La société précise que les pilotes ont répondu de manière appropriée à un changement en cours du vol, imposé par de forts vents à haute altitude.

Le prochain vol, prévu à la fin septembre 2021 avec l’armée de l’air italienne pour des expériences en micro-gravité, est reporté et soumis à la délivrance par la FAA d’une autorisation de remise en vol de SpaceShipTwo.

F.M.

Richard Branson lance la course au tourisme spatial

SpaceShipTwo : le système de freinage en cause

Retrouvez nous en podcast et vidéo

4 commentaires

  • PhD

    Etonnant tout de même que ce genre d’incidents ne soient pas indiqué en fin de vol, cela montrerait une maitrise et une transparence qui dans ce domaine devraient être totales. Virgin G., avec ses antécédents, aurait dû éviter que l’information soit donnée par des médias plutôt que par les instances régulatrices, ou par eux au préalable. Et je ne parle pas des marges opérationnelles qui devraient tenir compte de ces facteurs atmosphériques, dans la mesure ou les prévisions de vent seraient insuffisantes à la trajectoire nominale, etc.

    • Jean-Mi

      Peut-être parce que pour un pilote, ceci est un non-événement ? Au même titre que de ne pas rentrer dans un cuninb’ ou une cellule orageuse ?
      Dans un monde ou seule la sacro-sainte procédure fait oeuvre de foi, au point qu’un contrôleur de la FAA est capable d’interdire de vol un avion unique et exceptionnel qui fait un écart de trajectoire (à priori justifié et parfaitement maîtrisé), on fait comment ? On envoie en justice un pilote qui fait une remise de gaz parce qu’il estimait son approche non stabilisée dans la turbulence ?

  • Catherine Bouroullec

    La FAA n’aurait-elle pas un « léger » intérêt à ce que le redoutable concurrent de Space X soit opportunément incapable de poursuivre ses vols ? Je pose juste la question, en toute naïveté, bien sûr…..

  • Jean-Mi

    Chuck Yeager et Neil Armstrong doivent se retourner dans leurs tombes de voir tant de parapluies…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.