Accueil » Un milliard d’heures de vol pour le moteur CFM56

Un milliard d’heures de vol pour le moteur CFM56

CFM International a vendu à ce jour 33.650 moteurs CFM56. © Eric Drouin / Safran

CFM International, la coentreprise créée par Safran Aircraft Engines et General Electric, annonce que la flotte mondiale des moteurs CFM56, tous modèles confondus, vient de franchir la barre du milliard d’heures de vol.

Le premier avion commercial équipé de moteurs CFM56-2 est un quadriréacteur DC-8-72 de Delta Air Lines. Il a volé pour la première fois le 24 avril 1982. Au total, les huit différents modèles de la famille CFM56 ont totalisé un milliard d’heures de vol sur 20 types d’avions civils et militaires différents.

Le CFM56 a cumulé ses 500 premiers millions d’heures de vol en novembre 2010, soit en un peu plus de 28 ans, et ses 500 millions suivants en seulement...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Je vous cite: « Quel progrès par rapport à un moteur à explosion? »

    Aucune idée de ce que vous voulez avancer par là, à ce jour un moteur à explosion s’accommode parfaitement d’une utilisation ininterrompue, ceci sans même aller chercher des modèles type utilisation industrielle….

    Le point faible d’un moteur à explosion réside dans les cycles chaud-froid, la plage de régime d’utilisation et le couple demandé.

    Cyril

    Répondre
  • Lorsqu’on y regarde de près quand on n’est pas dans le métier, on constate que le taux de fonctionnement journalier des turboréacteurs est absolument époustouflant. Il est facile de voir que les longs courriers volent de l’ordre de 20 heures par 24 heures. Un avion décolle d’Europe, vole vers l’Amérique du sud, par exemple durant une dizaine d’heures et après un repos de deux, trois heures, refait le trajet inverse. Quel progrès par rapport à des moteurs à explosion.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.