Accueil » Industrie – brèves » Un projet de courses d’e-VTOL

Un projet de courses d’e-VTOL

Le prototype de Airspeeder Acronis est motorisé par quatre rotors de 24 kW sur lesquels reposent deux paires d’hélices de 32 pouces (81,28 cm). Le pack de batteries et d’une capacité de 500 kWh permet 10 à 15 minutes de courses. © Airspeeder / Acronis

La société australienne Airspeeder s’associe à Acronis, une entreprise suisse spécialiste de la cyber protection, pour lancer dès 2021 les premières courses de voitures électriques volantes. Les deux partenaires se positionnent d'une manière originale sur le créneau de la mobilité urbaine…

« Chez Airspeeder, nous innovons pour créer un sport automobile aérien. Ce partenariat avec Acronis, qui a déjà remporté de nombreux succès technologiques en Formule 1 et Formule E, vient comme un encouragement à concrétiser notre vision et accélérer la prochaine grande révolution de la mobilité en passant par la compétition sportive » a affirmé Matt Pearson, le fondateur de la société de course Airpeeder et aussi de Alauda, un constructeur d’engins volants électriques australien creéé en 2015.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Vite la tant désirée voiture volante avec t-cas, vive les kangourous, pourquoi ne monte on pas sur leur dos comme à cheval, esclavage animalier ? Préférons alors les lamelles flexibles carbone sous les pieds pour remplacer les trottinettes !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.