Accueil » Une bouffée d’air de 47 M€ pour les souffleries de l’ONERA

Une bouffée d’air de 47 M€ pour les souffleries de l’ONERA

Les pâles des ventilateurs qui génèrent le flux d'air à l'intérieur de la grande soufflerie S1MA de Modane datent de la construction en 1947. Le temps est venu de les remplacer.

La grande soufflerie S1MA de Modane a été construite en 1947. Elle demeure le plus grand équipement de recherche de ce type au monde. © ONERA

La Banque Européenne d'investissement (BEI) va accorder à l'ONERA un prêt de 47 millions d’euros pour moderniser son parc de souffleries, le plus important en Europe.

Ce prêt avait été annoncé par la ministre des armées Florence Parly lors son déplacement à l’ONERA sur le site de Palaiseau le 10 janvier 2019. Il a été officialisé par le Président de l’ONERA Bruno Sainjon et le Vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI) Ambroise Fayolle, le 16 avril 2019, sur le site de l’ONERA à Modane Avrieux, où la plus grande soufflerie a un urgent besoin de consolidation de ses fondations.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Bonjour
    N’en déplaise à certains, la stratégie d’une armée européenne permet de développer des évolutions, renouvellements ou mises à jour des matériels existants. Pour des raisons de business international, cela n’enthousiasme pas une grande puissance alliée. Pourtant, une Europe souhaitant s’auto-défendre est une réalité nécessaire. Un avenir souhaité par la France. Seule condition, que les 27 jouent le jeu. La balle (inoffensive) est dans leur camp.
    Cordialement
    Michel BOUR

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.