Accueil » MOOC – Bois : L’avenir de la construction d’avions légers.

MOOC – Bois : L’avenir de la construction d’avions légers.

Vous êtes peut-être resté sur cet éternel schéma de la structure macrographique du bois que l’on retrouve partout, dans les normes et les bouquins techniques sur le bois. Il faut se précipiter sur ce MOOC, nouvelle (déjà ancienne !) forme de communication, de cours approfondis devrais-je dire.

26.01.2017

La culture aéronautique du bois… © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Schéma de la structure macrographique du bois. © DR

Si vous aimez le bois (ce matériau d’avenir pour la construction des avions légers (les Robin, Fournier, Mudry sont éternels, 100% en bois)), vous saurez tout sur son anatomie. Les aspects résistance des matériaux ne sont pas abordés : pas de formules mathématiques mais de beaux schémas bien clairs.

Plan du cours

Croissance des arbres et formation du bois
Croissance des arbres et formation du bois (suite)
Anatomie et identification à l’échelle microscopique du bois de résineux
Anatomie et identification à l’échelle microscopique du bois de feuillus
Identification à l’échelle macroscopique du bois de résineux et du bois de feuillus
Croissance des arbres et formation du bois

Sous une forme moderne et renouvelée du MOOC, enfin, Marie-Christine Trouy, entre autres maître de conférence à l’Université de Lorraine, décrit avec passion l’agencement cellulaire « des » bois : les résineux (spruce, sapin), les feuillus (frêne, bouleau, hêtre) pour citer ceux que l’on retrouve dans nos avions sous forme de longeron, de contre-plaqué, de cales.

 

Les renseignements pratiques

  • Ce cours se déroule sur cinq semaines. Pas de prérequis. Forte motivation
  • Consacrer en tout env. 5h/semaine – Niveau Bac
  • 1er cours le 23 Janvier 2017
  • Fin des cours le 12 Mars 2017
  • Fin de l’inscription le 5 Février 2017
  •  Lien internet 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

8 commentaires

  • Ludovic

    « matériau d’avenir pour la construction des avions légers »
    Vraiment ? C’est une blague ?

    Lorsque l’on voit un Dynamic WT9 ou un VL3, je dirais que l’avenir et plutôt (et cela depuis longtemps) dans le composite et le carbone non ?

    • Jean-Marie Klinka
      JMK

      Non ce n’est pas une blague, peut-être une utopie car notre société voit disparaître à la vitesse V les ingénieurs, les menuisiers etc. capables de ou ayant la volonté de traiter de manière plus rationnelle, en design, en production, cette techno si prometteuse.
      Pourquoi si prometteuse ? Il suffit de regarder dans le rétroviseur, nos plus vieux « Jodel » volent depuis 60/50 ans, reste-il d’anciens planeurs « Cirrus », « Phoebus », en fibre de verre, planeurs très bien conçus, en état de vol ?
      Dans quel état de vieillissement seront les WT9, VL3 etc. que vous vénérez. Quel en est le coût par rapport à ce que serait un avion bois bien conçu et bien produit: là je vous rejoins car on entre dans le domaine de l’utopie !
      Et si vous croisez un véritable expert en composites, objectif (c’est rare), il vous confirmera que ce n’est pas une blague.

      • Ludovic

        Bonjour

        je ne vénère rien, je regarde de façon réaliste les aspects attractivité du produit, performance, et coût.

        Je ne pense pas qu’aujourd’hui un avion en bois fasse rêver l’acheteur potentiel ou le futur acheteur. Je suis curieux de voir quel type de machine et a quel coût (achat et entretien) peut renaître un avion autour de ses technos.

        Le Pheobus était la première génération de planeur composite (pas entièrement composite d’ailleurs), donc forcement pas abouti. Si l’on regarde la 2e génération, on voit par exemple qu’il y a encore énormément de LS1 (1968, cela fait donc 49 ans) en très bon état de vol. Leur cote sur le marche de l’occasion est anormalement haute (pour une raison de coefficient en compétition).

        Je vous souhaite bonne chance dans votre entreprise, en souhaitant que vos constructions trouvent leur marché et leur clients.

    • Jean-Marie Klinka
      JMK

      Dans les faits, vous avez raison (votre conclusion) car les constructeurs d’avions français (d’avions bois) ont disparu, pour diverses raisons, après des décennies de bons et loyaux services, en terme d’attractivité et de coût. Reste Issoire, dont les avions, pourtant bien conçus, ont du mal à percer.
      Ces 3 constructeurs n’ont donc pas eu le temps de proposer, dans les trois aspects que vous proposez, une suite à leurs conceptions préférées (en terme de matériaux). Ils se seraient d’ailleurs peut-être laissés « attirer » par les sirènes du tout composite.
      Le succès des avions tels que WT9 etc.. est sans doute, et d’abord, à mon avis, dû à la classif ULM.
      On est donc loin de la discussion « Composite/Bois » et je suis le premier à regretter qu’aucune « relève » ne puisse, sur vos 3 aspects, proposer de solution bois. C’eut été intéressant, mais relève de l’utopie.

    • Jean-Marie Klinka
      JMK

      Le bois, l’avenir de la construction d’avions légers:
      Qui pourra s’offrir un avion bi-place (exemple Sonaca) à 175.000 € (sans doute HT) en prix de base, qui va monter à 250.000 € en TTC tout équipé. Où va-t-on ?
      Je ne sais pas si le bois est « la » solution, mais à égalité de main d’oeuvre, le prix matière (entre carbone/alu/bois) risque de faire toute la différence, avec en plus une certaine simplification de la certification.
      M’enfin, je n’ai pas la science infuse !

  • Pierre

    il y a un problème dans les dates.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.