Accueil » Edeis défend son bilan estival à Tours

Edeis défend son bilan estival à Tours

Ryanair réalise la quasi totalité du trafic sur l'aéroport de Tours. Entre 2014 et 2019, elle a reçu 14,581 M€ d'aides financières soit 13,34 € par passager selon la Chambre régionale des comptes. © Edeis

Alors que les relations entre les partenaires du syndicat mixte pour l’aménagement et le développement de l’aéroport international de Tours-Val de Loire (SMADAIT) sont tendues et que la Chambre régionale des comptes (CRC) a dénoncé, en juillet 2022, la délégation de service public « déséquilibrée au profit du délégataire »,  Edeis, en tant que délégataire, tente de mettre en avant son bilan.

Dans un communiqué de presse diffusé le 12 septembre 2022, Edeis qui exploite l’aéroport de Tours, voit dans la hausse de fréquentation estivale, « une bonne nouvelle pour la région ». Entre le 1er juillet et le 31 août 2022, il y a comptabilisé, très exactement 40.976 passagers à l’aéroport, contre 42.355 sur la même période en 2019. Le délégataire salue le travail réalisé localement par ses équipes et ne manquent pas de mettre en avant les retombées économiques pour la région. « La fréquentation des passagers en 2022, ce sont 20 millions d’euros de retombées en moyenne par an dans l’économie locale, au service des hôtels, des restaurants, des boutiques, des musées… » Sans remettre en question cette évaluation, dans son rapport rendu public début juillet 2022, la Chambre régionale des comptes affirme que « les retombées économiques directes et indirectes, difficilement évaluables, apparaissent modestes au regard des moyens investis et des résultats d’aéroports comparables ».

Ce sont précisément les moyens investis et, plus encore, le contrôle insuffisant de leur utilisation qui sont au cœur du rapport de la Chambre régionale des comptes portant sur le « Syndicat mixte pour l’aménagement et le développement de l’aéroport international Tours Val de Loire ». La CRC tire le signal d’alarme. Elle estime qu’un suivi plus rigoureux de la Délégation de service public (DSP) est indispensable. D’autant plus que, suite à la fermeture de l’Ecole de chasse de Tours et au retrait de l’Armée de l’air et de l’espace, le SMADAIT a vu la superficie de sa plate-forme aéroportuaire passer, le 1er octobre 2021, de 13 hectares à plus de 200. C’est un défi de taille à relever. Les options font déjà débat entre les collectivités locales.

Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable est reconnue. Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.