Accueil » 1/4 – Junkers Ju-52 : Julie entre guerre et paix

1/4 – Junkers Ju-52 : Julie entre guerre et paix

Le chargement par la porte latérale n’est pas un point fort du Ju-52… Il faut beaucoup d’huile de coude pour faire entre un moteur de rechange dans le fuselage. © Michel Maisonhaute.

On a fait grand cas ces derniers mois de l’escadron franco-allemand équipé de C-130J. Mais si l’on rembobine le film du transport aérien militaire français, on voit passer successivement à l’écran et en marche arrière l’A400M, le C160 Transall, le Nord 2501 Noratlas et même le Junkers Ju-52. Qui aurait cru pendant la seconde guerre mondiale que l’avion en tôle ondulé serait le premier maillon d’une longue coopération franco-allemande dans le domaine du transport militaire ? En voici l’histoire en quatre épisodes, avec pour commencer les aventures du Ju-52, alias AAC-1 Toucan ou encore, plus familièrement, "Julie".

Pendant la seconde guerre mondiale, l’Allemagne confie à la France la fabrication du célèbre trimoteur Ju-52 de Junkers. Les Ateliers Aéronautiques de Colombes (AAC, ex usines Amiot nationalisées par le Front Populaire) s’y collent et produisent plusieurs centaines d’appareils.

Les bureaux d’études français libérés

A la Libération, de nouveau libre de créer, la France met les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu et retrouver les avant-postes de la technologie. En cinq ans, de 1946 à 1949, pas moins de 127 prototypes...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

9 commentaires

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Répondre
  • Bonjour Frédéric,
    Il faut aussi savoir que dès juin 1941 Vichy avait réclamé à Berlin la livraison de 50 Ju-52 pour permettre à son aviation d’alimenter en renforts les forces françaises de Syrie alors en pleine confrontation avec les Alliés. Demande refusée…La Luftwaffe, qui venait d’en perdre plusieurs centaines en Crète, avait trop besoin de ses Ju-52 survivants en Russie.

    Répondre
  • Toute une époque révolue .Au Sénégal il fallait aller retour pour faire Thiès -Bangui 65h00 de vol …..carnet de vol à l’appui(dans le début des années 50). Quelques années plus tard il fallait entre 10 h et 10h30 !!!!Les temps ont changés,la fatigue ,le « tabassage » en basse altitude ,et des moyens de radio navigation plus que sommaires à l’époque.

    Répondre
  • Mon premier vol a eu lieu en avril 1945… Dans Ju de la marine entre Alger, Istres et le Bourget j’avais 9 mois! Et chaque fois que j’en vois un j’ai un petit pincement et si…..

    Répondre
  • Bel article.

    Répondre
  • Il faut lire ou relire les mémoires de Guillaume de Fontanges : Les Ailes te portent , le baron raconte ….un monument qui nous transporte au dessus des rizières de l’Annam Tonkin et Cochinchine sans oublier Madagascar en Ju…dans des conditions à peine imaginables aujourd’hui…

    Répondre
  • Quel bel hommage pour cet avion légendaire.
    Dès le début de la seconde guerre mondiale il était déjà dépassé, mais pourtant ce fut l’appareil de transport de loin le plus utilisé par les allemands. Pourquoi? tout simplement car il n’y avait pas d’autre avion qui reunissait toutes ces qualités à la fois:
    Robuste, très fiable, sûr, facile à piloter et à entretenir, très économique, tout terrain, atterrissage et décollage court, vole sans rechigner dans toutes les conditions: hiver rude de Russie ou d’Europe du Nord, chaleur torride du desert d’Afrique.
    Appelé « Tante Ju » par les allemands,
    Il était très aimé par les équipages et laissera des bons souvenirs…parfois aussi pour ses petits défauts rigolos, du genre l’huile du moteur qui coule sur le par brise, ce qui force les pilote à l’essuyer en vol!
    Merci pour cet article Frédéric. Etant un grand fan des mythiques Junkers 52 et du Douglas DC3, je l’ai lu avec grand plaisir

    Répondre
  • Un bout d’histoire meconnu raconte avec talent et passion, merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.