Accueil » Culture Aéro » Dernier tour de piste d’un Concorde français

Dernier tour de piste d’un Concorde français

Concorde F-BVFC, en août 2008, sur le tarmac de Toulouse-Blagnac, avant de rejoindre Aeroscopia. © Daniel Faget / Aerobuzz.fr

Bastien Otelli est suffisamment âgé pour avoir vu évoluer Concorde. Deux fois même. La première, il avait 11 ans. Il ne faut pas chercher ailleurs sa dévotion pour le supersonique. A l'occasion du cinquantième anniversaire du 1er vol de Concorde, le 2 mars 1969, les journalistes d'Aerobuzz.fr se souviennent.

Concorde et moi, c’est une histoire de compréhension, de maturité.

La première fois que j’en ai vu un, je n’avais pas plus de 7 ans, et il était exposé sur le tarmac du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget. À l’époque, plus fasciné par les avions de chasse que par les avions de ligne, je me désintéressais quelque peu de ce drôle d’engin effilé au nez tordu, haut perché sur son train d’atterrissage.

Lors de la visite à bord, j’avais...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

13 commentaires

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Claudine Clostermann

    Oui, je suis de la famille et je soutiendrai Pierre Clostermann jusqu’à la pointe de mes racines car je pense qu’il n’aurait pas aimé du tout, le connaissant, les commentaires lamentables de Stanloc concernant votre superbe vidéo…que celui-ci n’a certainement pas regardée avant d’écrire ses absurdités. Cordialement.

    Répondre
    • par Raymond Douville

      Le premier livre que j’ai lu dans ma vie était ‘Le grand cirque’ ; j’avais 13 ou 14 ans et je l’ai lu d’une seule traite, et presque soixante ans après il trône toujours à la place d’honneur dans ma modeste bibliothèque.

      J’ai un immense respect et une profonde admiration pour Pierre Clostermann.

      Répondre
      • par Claudine Clostermann

        Merci Raymond, mais sachez que le « grand cirque » est aussi sorti en BD sur trois tomes, avec des dessins remarquables de Manuel Perales, paraplégique. Cet ouvrage est superbe même si un peu méconnu. Allez chez les bouquinistes, essayez de trouver les trois tomes et je vous promets que c’est une oeuvre d’art sur la recherche historique de cette époque. Cordialement.

        Répondre
  • par Claudine Clostermann

    Merci, Stanloc, pour ce beau cours de pilotage. A mon avis, vous n’avez pas regardé la vidéo sur le lien fourni par Raymond Douville. Je parlais de l’entrainement au pilotage en patrouille qui est un travail d’équipe très orchestré et qui demande une immense coordination entre les pilotes. Aussi, mettre simultanément 4 Concorde en vol pour cet entrainement en formation aurait été, je le pense, extrêmement onéreux. C’est pourquoi j’ai imaginé des pilotes de chasse aux commandes de ces appareils car, pour eux, cet exercice est leur quotidien. Alors, Stanloc, commencez par regarder la vidéo et les formations impeccables de ces 4 Concorde. C’est époustouflant d’harmonie et de précision. Ensuite, j’attends avec impatience votre deuxième leçon pour mon ignorance aéronautique !!

    Répondre
  • par Christophe NICOLAS

    Je comprends que l’image de la bête fasse rêver les enfants mais Concorde se transformait littéralement en chewing-gum volant d’un point de vue matériau et structure, ce n’était pas très sérieux de le laisser voler aussi longtemps. Je soupçonne parfois le ministre communiste de l’époque d’en vouloir aux riches de l’avoir maintenu.
    Comme j’ai travaillé un certain temps sur des problématiques inavouables du secteur aéronautique mais que je travaille plus pour eux, grâce à Dieu, je lui libre de parole et il faudrait me payer très cher pour monter dans un Concorde, voire me droguer. En fait, avant de monter dans un appareil volant, j’aurais un certain nombre de petits choses à vérifier en plus de celles de la maintenance.
    Vous faites trop confiance à la technique dans l’aviation, beaucoup d’enquêtes d’accident ont des buggs où le pilote a bon dos surtout s’il ne peut plus parler, ce n’est d’ailleurs pas toujours de mauvaise foi car il y a des phénomènes physiques que nos chers professeurs préfèrent ignorer. Par exemple : http://www.searlsolution.com/evidence2.html
    Je peux vous dire qu’il y a des systèmes plus que foireux qui sont en train de se généraliser dans les avions.

    Répondre
  • Formidable le break des Concorde. Merci !

    Répondre
  • par Givaudon Antoine

    bonjour,
    eh bien moi meme si je suis encore très jeune d’esprit, je suis assez vieux pour avoir vécu en direct live le premier vol de cet oiseau là comme petit garçon et je m’en souviens, puisque je suis né en 1960, je ne peux pas vraiment dire que Concorde fut à l’origine de ma passion pour les trucs qui volent moi, c’est plutot le salon du Bourget dans son ensemble et tous les moments que j’y ai vécu qui sont à l’origine de cette passion, je pourrais vous faire la meme chose que Fabien Otelli puisque j’ai vécu mon premier salon du Bourget en . . . .1971 et j’en ai meme encore des clichés noir et blanc faits avec un Instamatic Kodack à chargeur de 12 photos ! ! ! mais Concorde a compté aussi pour moi, mon paternel a volé dessus comme pax et j’ai quelques souvenirs rigolos de ces vols, j’ai meme un objet plus rare qui est lié directement à l’avion lui meme et qui a été conçu par Dassault ( eh oui ) on peut en reparler si vous voulez . . . .bons vols et bon week end

    Répondre
  • par Raymond Douville

    C’est mon jour de bonté, et je vais vous faire un petit cadeau : quatre Concorde de la British Airways en formation ; oui : j’ai bien dit en formation !

    https://www.youtube.com/watch?v=RIgsR1NsKDw

    Répondre
    • par François Henriot

      Merciiiii! Merveilleux…

      Répondre
    • par Claudine Clostermann

      Ce n’est pas un petit cadeau mais un présent inestimable… c’est splendide !!
      Il y a deux solutions:
      -soit les pilotes étaient super entraînés mais les heures sur Concorde devaient être tellement chères que l’entrainement autre qu’à usage commercial n’était pas possible
      -soit les pilotes étaient d’anciens « chasseurs » ce qui explique les formations impeccables de ces manœuvriers habitués à travailler en patrouille.
      C’est époustouflant et merci Raymond Douville pour cette vidéo splendide.

      Répondre
      • Quel que soit l’avion, il faut bien que les équipages y soient entraînés en réel. Le simulateur ne suffit pas. Par ailleurs des travaux de maintenance nécessitent fréquemment des vols à vide pour les avions.
        Casablanca a été une base d’entraînement des équipages d’AF sur Concorde, au moins à une certaine époque.

        Répondre
      • par Raymond Douville

        ‘Clostermann’, êtes vous de la famille de Pierre Clostermann le pilote ?

        Répondre
    • wwaaouuuh!!!!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.