Accueil » Les drones Reaper français vont être armés !

Les drones Reaper français vont être armés !

Enfin ! Après plusieurs années de tergiversations, la France a décidé d’armer ses drones MQ-9 Reaper. L’annonce a été faite par la ministre de la Défense Florence Parly lors des universités d’été de la Défense.

6.09.2017

Les drones MQ-9 Reaper du 1/33 Belfort pourraient recevoir des bombes à guidage laser GBU-12, des missiles air-sol Hellfire ou pourquoi pas des Brimstone de MBDA. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

L’armée de l’Air le souhaitait depuis longtemps au nom de l’efficacité, mais le pouvoir politique avait jusqu’à présent refusé de franchir le pas, pour des raisons éthiques. L’usage excessif que font les Américains de leurs drones n’était sans doute pas étranger à cette hostilité.

Bombes à guidage laser GBU-12, missiles air-sol Hellfire ou MBDA Brimstone ?

Le pas est à présent franchi et il est bien compris que ce n’est pas l’outil qui pose un problème, mais bien l’usage qui en est fait. Et il en va du drone comme de l’avion de combat… Les Reaper armés seront donc mieux adaptés à la traque puis à la destruction d’objectifs fugaces surpris dans des zones désertiques.

La France possède pour l’instant six MQ-9 Reaper mis en œuvre par l’escadron de drones 1/33 Belfort. Cinq de ces drones sont basés à Niamey (Niger), le sixième étant à Cognac. Sur le modèle des appareils britanniques ou américains équivalents, ils pourraient recevoir des bombes à guidage laser GBU-12, des missiles air-sol Hellfire ou pourquoi pas des Brimstone de MBDA. A moins que la DGA la joue « l’exception culturelle française » et choisisse l’intégration longue et coûteuse d’un armement exotique…

Frédéric Lert

La formation des équipages du drone MQ-9 Reaper rapatriée à Cognac

Premier vol du MQ-9 Reaper en France

Le drone Reaper a trouvé sa place dans l’Armée de l’Air

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

5 commentaires

  • Stormy

    C’est bien ce que je disais, mon cher Marco 33 – ne vous bousculez pas avec les autres pour répondre à la question qui tue et que vous évacuez sous le tapis : qui fait décollage et atterrissage de ces belles machines ?
    Sinon les considérations fumeuses entre stratégique et tactique … on avait eu à l’époque du pré-stratégique pour le nucléaire (!) alors entre un gros drone tactique pour l’AT et un petit stratégique pour l’AA, pas beaucoup de différence. Et ça nos généraux le savent très bien …
    Votre AA devient progressivement une armée de drones, de missiles sol-air (qu’on a tous pris à l’AT) de commissaires et de basiers – on a même de l’infanterie (les CPA!) – et certains de ses membres se réjouissent ouvertement de que les pilotes de combat soient (à leurs yeux) descendus de leur piédestal …. donc refilez-moi tout ça à l’AT et gardez juste quelques centaines de pilotes que vous appellerez  » l’Aviation  » (comme durant la 1° GM) et cela suffira bien.

    Ce format ne pourra qu’être changé d’ici quelques années..

  • Gibus

    Dès l’acquisition du Reaper, beaucoup souhaitaient l’armement de ces drones. Cependant le(s) décideur(s) dans l’Armée de l’air ont eu des vapeurs… Bref, aujourd’hui, la raison reprend ses droits. Enfin !

  • Gérard Weber

    Bonjour, je pense que l’article parle d’armer ou pas les drones !(armée deterre, de l’air ou pourquoi pas marine!)
    Nous sommes toujours empétrés dans des considérations intellectuelles d’éthique alors qu’on nous rappelle à chaque incident que nous sommes en guerre.
    Le drone est l’équivalent moderne et très rapide du barbouze qu’on envoyait pour régler certains problèmes de terrain.
    Bien sûr qu’il faut les armer, nous ne sommes pas chez les Bisounours.!

  • Stormy

    C’est bien beau tout ça, mais posons la question qui tue … : les « équipages » qui pilotent les Reaper, ils font aussi le décollage ou l’atterrissage, malgré leurs belles combinaisons pleines de badges ?
    Et la transmission de données pour diriger la chose et ses capteurs, qui en a la maîtrise ?
    Ne vous bousculez pas pour répondre.
    Et enfin … plus tôt ces grosses maquettes passeront à l’Armée de Terre, mieux ça sera.

    • Alban

      Je m’étonne que l’on puisse encore faire ce genre de réflexion.
      D’abord il ne s’agit pas de grosses maquettes, ce sont des engins de guerre qui peuvent tuer.
      Ensuite, dire que leur emploi devrait être confié à l’armée de terre, c’est du combat d’arrière garde que l’on entendait dans les années 60.
      Le budget de la Défense est un budget global dont les moyens limités doivent être confiés à ceux qui sont à même de les employer au mieux.
      En l’occurrence, il s’agit de MALE qui rentrent typiquement dans le domaine d’emploi de l’Armée de l’Air, l’armée de terre ayant un grand besoin de drones tactiques.
      Marco 33.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.