Accueil » La France commande 17 Pilatus PC-21

La France commande 17 Pilatus PC-21

L’armée de l’air française a finalement opté pour le monoturbopropulseur suisse en vue du remplacement de ses Alpha Jet vieillissants et obsolètes. Le PC-21 est appelé à devenir l’antichambre du Rafale pour les pilotes de chasse français.

4.01.2017

Le Pilatus PC-21 sera le successeur de l'Alpha Jet au sein de l'armée de l'air française. © Pilatus

Le bon de commande a été signé le 30 décembre 2016. Même si c’est une prise de guerre de premier plan pour lui, Pilatus ne le révèle qu’aujourd’hui. Cette victoire remportée par le constructeur suisse est d’autant plus valorisante que l’Armée de l’air française avait mis dans la balance trois avions : outre le PC-21, il y avait le M-345 HET (High Efficiency Trainer) italien de Leonardo-Finmeccanica et le L-39 du tchèque Aero Vodochody. Et c’est finalement l’avion à hélice, le seul monoturbopropulseur en compétition qui a remporté l’appel d’offres.

En tant qu’avion d’entrainement militaire, le PC-21 appartient à la même génération que les chasseurs de type Rafale. © Pilatus

Le choix a été autant technologique qu’économique. L’avionique du PC-21 se rapproche de celle des chasseurs de 5ème génération. Quant à la motorisation – turbine Pratt & Whitney Canada PT6A-68B de 1.600 cv -, elle n’a plus ses preuves à faire. Le contrat a en fait été signé avec Babcock Mission Critical Services France (BMCSF) qui mettra à la disposition de l’armée française les avions et les moyens pédagogiques.

Les futurs pilotes de Rafale de l’armée de l’air française effectueront leur transition vers le Rafale sur le PC-21. © Pilatus

La France est la deuxième nation européenne à choisir le PC-21 pour la formation avancée de ses pilotes de chasse. La Suisse possède 8 PC-21. Ailleurs dans le monde, d’autres forces aériennes utilisent le monoturbopropulseur suisse. C’est le cas de Singapour (19 PC-21), les Emirats Arabes Unis (25), l’Arabie Saoudite (55) et le Qatar (24). L’Australie a en commande pas moins de 49 PC-21.

En termes de formation avancée, les besoins de l’armée de l’air française ne se limitent pas à 17 PC-21. © Pilatus

En même temps, qu’il a dévoilé le contrat français, Pilatus a annoncé qu’il avait également vendu deux PC-21 à la société britannique QinetiQ destinés à l’ETPS (Empire Test Pilots’ School) et deux PC-21 à l’armée de l’ait Jordanienne. Ces trois contrats représentent 300 millions de francs suisses, soit 280 M€.

La retraite se profile à l’horizon pour les Alpha Jet entrés en service à la fin des années 70.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

61 commentaires

  • Aro

    Je pense que c’est bien et moins couteux ! Et moderne,

  • Adrien Selvon
    Adrien Selvon

    J’ai suivi, comme beaucoup ici, ce dossier qui devait immanquablement susciter de vives réactions quant au remplacement d’un biréacteur par un mono-turbine et sur le choc émotionnel provoqué par les perspectives pour la PAF.
    Je pense que c’est surtout ce dernier point qui inquiète mais il faut être pragmatique et distinguer les vrais enjeux :
    – le PC21 est un outil moderne de formation tout à fait en ligne avec la technologie des chasseurs en service.
    – Il va permettre de réduire les coûts de formation grâce à sa motorisation.
    – Dassault est associé, donc il devrait peut-être y avoir des modifications du cockpit pour le rendre encore plus similaire au Rafale.
    – Le Rafale lui-même a aussi été conçu dans une visée pédagogique et les armées (armée de l’air et aéronavale) ont créé une vraie structure mutualisée pour la formation ab-initio des pilotes qui ne devraient pas tant que ça être choqués par le passage de la turbine au réacteur. Et puis la gestion d’une turbine me parait plus proche de celle d’un réacteur que de celle d’un moteur à piston.
    – En bonus, le choix de l’avion suisse est très certainement stratégique (et l’association de Dassault encore plus) avec la perspective d’un nouvel appel d’offres pour le remplacement des F5 ET de F18!! Le contrat du Gripen ayant été définitivement enterré suite à la votation, on est sur une nouvelle page blanche.

    Quant à la PAF, est-il déraisonnable de l’envisager sur les Mirage restant (2000D et 2000-5), voire à plus long terme sur Rafale (vitrine idéale pour l’export) ? Ou alors, n’allons nous pas assister dans les années à venir à l’adoption d’un même schéma (formation sur mono-turbine) dans d’autres armées de l’air de premier rang ? Avec peut-être la généralisation de patrouilles acrobatiques sur mono-turbines et les avantages induits : moins chères + soutien plus aisé = plus souvent en représentation.

    Enfin, le choix du britannique Babcock n’est pas si choquant car il aura pour mission la fourniture d’heures de vol sur PC21, comme il le fait sur EC120 à Dax. Il ne s’agit pas d’une mission stratégique (formation initiale, formation basique aux opérations… plus tard approfondies en escadron de transformation). Et l’expérience de Dax montre que les armées sont gagnantes avec des heures de vol garanties (si Inaer, puis Babcock, est défaillant, il verse des indemnités). De plus, il faut rappeler aussi que des entreprises françaises opèrent pour les armées britanniques, dont AVDEF (Falcon 20 de simulation de menaces) qui réalise pour le coup des missions hautement plus stratégiques d’essai des systèmes de défense aérienne des navires de la Royal Navy (on les voit de temps en temps faire des cercles sur Flight Radar).
    Donc en résumé, pas un si mauvais choix que ça de la part de l’Armée de l’Air.

    • baudin

      bonjour,
      très bonne analyse , aujourd’hui, nous devons faire face à une économie certaine sur les dépenses en armements, notre alphajet ne répond plus aux impératifs opérationnel , il faut savoir évoluer. maintenant espérons que la suisse va effectivement nous renvoyer l’ascenseur en choisissant le rafale, mais rien n’est gagné d’avance. n’oublions pas que les américains nous mettrons de gros battons dans les roues…
      bonne fêtes de fin d’années à tous

  • bernard b

    Le F8E (FN) un avion d’appui au sol c’est du grand n’importe quoi !!

    • Alex MOUTET

      Conçus à l’origine comme intercepteur supersonique ses missions au sein de la flotte française on été le bombardement et la reconnaissance, effectivement ce n’est pas exactement les missions dites « appui sol », c’est ce qui s’en rapproche le plus, loin de son objectif premier. Mais quel type de missions doit actuellement remplir un porte avion français, quels objectifs doit il atteindre, principalement des terroristes dans des véhicules tout terrain, les forces adverses n’ayant aucun moyen aérien a nous opposer, du moins tant que l’on s’en prendra pas aux forces gouvernementales Syriennes !
      Sa mission en tant que base aérienne mobile est tout aussi bien la supériorité aérienne que l’appui des forces au sol, enfin c’est ce qui serait le plus logique pour autant que l’on puisse attribuer ce mot aux interventions françaises dans ce conflit … et les autres !

  • lavidurev

    Selon la Royal Australian Air Force le PC-21 est l’avion d’entrainement le plus avancé au monde.

    Et pour ceux qui douteraient encore voici ce lien :

    https://www.flightglobal.com/news/articles/flight-test-pilatus-pc-21-fast-learner-319516/

  • Giuseppe

    Quelle honte de ne pas avoir acheté l’appareil de M-345 Leonardo dont vient de se doter pourtant pour l’entraînement de ses pilotes, … l’armée de l’air israélienne, c’est tout de même une référence dans le monde de l’aviation militaire. Mais la France, contrainte de faire des économies, joue petit bras (bien sûr) en choisissant un modèle moins performant au plan technologique que le M-345. Et puis au-delà, après le rachat de STX par Fincantieri, la France était peut-être trop honteuse de s’en référer à nouveau à la qualité d’un projet industriel et technologique Italien.

    • Fabrice

      La France aussi est une référence au niveau de son aviation militaire.
      Je pense que l’Israël a d’autres intérêts dans ce choix (et je me trompe peut-être), mais je vous explique mon point de vue:
      L’Israël est dans une situation délicate. Elle est entourée de pays plus ou moins hostiles à l’État d’Israël. De ce fait, elle a besoin d’une armée forte, ce qui se traduit aujourd’hui notamment par une aviation forte. Ceci étant dit, le nombre fait la force. La génération des avions est un point important, et le nombre aussi.
      Je vois en ce M-345 un avion capable d’effectuer une partie des missions d’un avion de chasse si une situation devait l’exiger.

      La France a une armée qui lui permet de se projeter à l’étranger (hors europe). Elle n’a pas vocation à se défendre de ses voisins (pour le moment). Ceci est à mes yeux la différence entre ces deux armées.

      Ceci étant dit, le Pilatus est un bon avion, avec une avionique similaire à celle d’un avion de chasse.
      Pour les pilotes civils, il n’y a pas de formation sur avion à réaction avant d’entrer dans la cockpit d’un A320 / B737 ou autre. Il y a des formations sur des « petits » turbo propulseurs, et des formations sur simulateur. Le gap est énorme, mais semble fonctionner. Certes ici on parle d’un autre niveau d’aviation, mais il semblerait que l’aviation de chasse moderne a une complexité qui a évolué, et l’avionique semble aujourd’hui être un facteur crucial.
      Ne pensez-vous pas que l’armée de l’air a fait le choix lui permettant d’avoir les pilotes les mieux entraînés? Il me semble que c’est l’un des seuls postes où l’armée met les moyens car elle en a un besoin vital

    • Pk

      Israël a choisi le M346, par ailleurs le M345 vient tout juste de faire son premier vol. Par contre, le M345 est en vue pour la PAF.

  • TFFG

    Quelle surprise… j’ai presque envie d’écrire « enfin! ». Cela fait tant d’années que l’on peut lire par-ci, par-la que le PC-21 était envisagé. Je crois que le premier article y faisant reference datait de 2012, voir d’avant. Reste a espérer qu’on ne leur réservera pas le meme traitement que les EMB-312…

  • lavidurev

    Si l Armee de l’air a propose cet appareil c’est qu’elle devait avoir de sérieuses raisons pour ce choix. L’ avis du Bon Dieu vaut mieux que celui de ses Saints. Faisons lui confiance.

    • Giuseppe

      L’armée de l’Air israélienne, une sacrée référence dans le monde de l’aviation militaire, vient de son côté d’acheter le M-345 de Leornardo-Finmeccanica, c’est quelle avait elle aussi (de son côté) de sérieuses raisons pour ce choix.

  • Michel

    Dassault Aviation a rapporté ce jeudi matin avoir conclu un partenariat avec Babcok France qui se concrétisera dans un premier temps par la réalisation du contrat FOMEDEC, avec la création d’une société commune sous le leadership de Babcock France. Ayant cours sur une durée de 11 ans, il comprend la fourniture de nouveaux avions d’entraînement (Pilatus PC 21), de simulateurs (CAE) et d’installations modernisées pour l’entraînement des équipages d’avions de combat.
    Ben voilà Dassault n’était pas loin ! Le voilà le commercial Français. Il vend aux étrangers et achète aux étrangers. C’est y pas beau le commerce de l’armement !

  • M4NN3K3N_P1S

    CATS pour la formation initiale à Salon & Cognac, Babcock (ex INAER) pour le perfectionnement, HELIDAX à l’EAALAT… bientôt la transition opérationnelle aussi sous-traitée dans le cadre d’un Contrat de Partenariat d’Etat ?

  • Yohan.B

    Je trouve que c’est un trés bon choix d’avoir choisi le PC-21. C’est un avion polyvalent qui a lui seul peut remplacer les TB 30, Grob 120, Cirrus SR-20 et Alphajet de l’armée de l’air. D’ailleurs, je trouve ce choix un peu tardif.
    Cependant, il y a quelque années, n’oublions pas que la France avait déjà tournée le dos à un avion d’entrainement « made in France » : le TB-31 Omega de Socata et avait préféré le Tucano Brésilien.
    Il aurait été normal qu’un pays comme la France avec sa grande histoire aéronautique et surtout avec l’aide du plus vieux constructeur aéronautique au monde : Daher-Socata (anciennement Morane Saulnier) relance le programme Omega pour le remettre au gout du jour… Surtout que Daher-Socata nous démontré avec le programme TBM qu’ils savaient garder un avion à la page…

  • Toc Vil

    Il serait temps que la DGA recrute des acheteurs en Inde pour apprendre.

  • Michel

    Avant d’effectuer un vol il faut faire la Pré vol. J’ai l’impression (à la lecture de tous commentaires) de me retrouver au café du commerce. Il serait utile pour certains de transcrire le procédé (Pré vol) dans un raisonnement à la hauteur du sujet et d’exprimer une analyse concrète : Besoins, adaptation, mise en œuvre, évolution du pilote utilisateur. A partir de raisonnement des commentaires d’un bon niveau sont les biens venus
    Cordialement
    M.B

  • Arminius

    J’ai une question de béotien, à laquelle les spécialistes pourront sans doute répondre. Des commentaires ci-dessus j’ai l’impression que le pilotage ne fait plus réellement partie des caractéristiques des système d’arme et que ce qui est embarqué comme « avionique » est bien plus important que ce qui le véhicule. Cet avion doit-il être considéré comme une espèce de »salle de cours » volante (ou un simu qui vole si vous préférez) ?

  • G LESCALUP

    Le Rafale est un superbe avion mais était ce un bon choix?
    Chasser le taliban ou le djihadiste en Rafale est une hérésie pour nos finances. Il nous fallait un camion à bombes comme le Jaguar…
    Et comme on ne fera jamais la guerre aux Américains, un avion à 120 millions de dollars et 35000 de l’heure de vol semble bien un mauvais choix, n’est ce pas!

  • Paul

    La Suisse va de nouveau évaluer l’achat d’avions de combat dès l’année prochaine et le Rafale va assurément faire partie du choix possible… donc ces PC21 servent à lisser le poil des suisses !!!!

    • Fabrice

      La Suisse tente généralement de ne pas mélanger publique et privé. Il s’agit d’un pays libéral. Tant mieux pour son industrie, mais ce n’est pas cette commande qui fera basculer le choix, d’autant pour une somme « dérisoire » contrairement au renouvellement complet d’une flotte d’avions de combat.
      Et ceci est d’autant plus vrai que l’élément de loi qui validera le choix de l’avion pourra être contesté par le peuple et soumis au vote. Les Suisses voudront de l’avion le plus adapté (capacités, budget, besoins…). Donc non, pas de géopolitique.

      Cet avion a été choisi car c’est le seul avion qui peut simuler des systèmes de vol des avions de combat. Il permettra de voler à moindre coût et de simuler un vol en rafale (en excluant le comportement aéronautique). Et force est de constater qu’aujourd’hui, un pilote de chasse français a plus besoin de savoir gérer son système d’arme plutôt que de connaître parfaitement le comportement de son avion. Cet avion n’est pas seulement utilisé comme avion école, mais comme avion d’entraînement aussi.
      Aujourd’hui, ce qui est demandé aux pilotes ce n’est pas seulement d’être des aviateurs, mais d’être capable de gérer en même temps des ordinateurs. Cet avion offre cette possibilité.

      De plus, des aviateurs français ont fait leur formation sur cet avion en Suisse, et il semble qu’ils ne soient pas mauvais pour autant.

      • bruno lancrenon

        Quand l’apprenti-pilote mettra les gaz il n’aura pas la sensation d’un jet aussi puissant que le Rafle, l’Alfajet était déjà décrié par ceux qui ont volé en Fouga-Magister

    • Pk

      Sauf que Dassault n’est pas annoncé en Suisse et que plus le temps passse plus la non participation du Rafale dans notre pays semble se confirmer …. A suivre ! Ceci étant l’Allemagne et la Suède sont en train de négocier du PC21 en achat directe et non en location.

  • BEST

    16m€ par avion ? cela semble élevé
    quelle est la part du support dans ce prix ?
    Quel est le niveau de compensation industrIelle ( la part française sur cet avion est minime) ?
    la décision ne pouvait elle pas attendre l’arrivée de la nouvelle équipe ?

    • Fabrice

      L’annonce a été faite par Pilatus. La France n’a pas communiqué sur ce contrat.

    • J-E.Lafitte

      Pourquoi c’est maintenant ? Et pourquoi c’est cher ? Une seule réponse ! Remember « Affaire des Frégates de Taïwan » – Scandale à la DCN avec des rétro-commissions … On se gave avant de se faire éjecter aux prochaines élections ? 🙁

  • mikeul

    je trouve le prix de 16M€ par avion élevé meme s’il comprend une partie du support.
    La décision à 5 mois d’une élection ne pouvait elle pas attendre quelque mois ?
    Quel est le niveau de compensation négocié pour notre industrie?

  • albert06

    pourquoi pas un super-tucano, la suisse n’est que dans l’espace économique d’europe, donc pas europeenne au sens large, un pays avec le passé aéronautique tel que la France va etre la risé du monde, encore une fois

    Bientot donc la PAF en P21 ouaff ouaff

    un P25 (C codé ça )

    • Gilles

      C’est quoi l’Espace économique d’Europe ? Vous pensez certainement à l’Espace économique européen (EEE) dont la Suisse n’est de toute manière pas membre…

  • Christophe

    Le grand public ne va pas apprécier cette décision.Un sacré coup dur pour l’image de nos pilotes, dans ce changement de catégorie.

    L’avion à réaction est considéré par les « aficionandos » des meetings aériens, comme le Saint Graal et nos pilotes de la Patrouille de France comme des « super-héros ».

    Comme en moto, c’est la catégorie reine qui fait lever les foules.

    Passer de l’avion à réaction à l’avion à hélice c’est revenir 70 ans en arrière, avant l’Ouragan.
    Passer de la moto à la la mobylette, est une erreur de calcul.

    Christophe

    • Fabrice

      Albert,
      Il ne faut pas voir dans de tels choix de la géopolitique partout. Le contrat est trop faible pour avoir un réel intérêt géopolitique. La Suisse est de toute manière un pays libéral, et s’implique le moins possible dans les contrats avec ses entreprises afin de ne pas subir de pression par la suite.

      Ensuite il s’agit d’un avion d’entraînement et d’écolage et pas de la vitrine de la France. En l’occurrence, à l’heure actuel, il s’agit de l’avion d’écolage le plus avancé au monde car c’est le seul capable de simuler un avion de chasse. Pilatus n’a pas la prétention de remplacer la formation sur avion à réaction. Mais il permet d’apprendre à gérer les systèmes d’arme du rafale (car le PC 21 peut simuler tout type d’avion) en vol réel (et les responsabilités qui vont avec, la pression…) à moindre coût.
      Une formation particulière sur avion à réaction sera nécessaire.

      Il faut donc voir dans le choix de cet avion un changement de méthode suite à des évolutions technologiques.
      Les questions qui se posent à l’armée de l’air sont:
      – comment optimiser la formation (qualité en premier, et financièrement si possible)
      Les réponses possibles :
      – un avion école à réaction avec des systèmes type avion moderne (ceci n’existe pas actuellement)
      – un avion à réaction à l’ancienne qui permet l’entraînement aéronautique uniquement mais sans la formation aux systèmes d’arme
      – un turboprop qui permet la formation aux systèmes rafale, puis une formation sur l’avion lui même pour l’avion à réaction
      (formation qui a fait ses preuves en Suisse)

      Aujourd’hui, il semblerait que la formation aux systèmes soit ce qui requiert le plus de temps et donc ce choix fait sens.

      • gisa

        Quelle mission de combats de l’armée de l’air Suisse ces dernières années ?
        Alors ce système de formation n’a pas ses preuves à ce jour !

    • Emilien

      Le PC-21 est certainement l’avion d’entrainement le plus moderne au monde. En suisse, les pilotes passe directement du PC-21 au F-18, et c’est pareil pour tous les pays utilisateurs de cet avion turbopropulsé. De plus vous parlez de régression… L’Alpha Jet date de 1973, le PC-21 de 2002… Faite une comparaison entre le cockpit des avions d’entrainement français actuel et celui du PC-21… On est clairement dans du haut de gamme. Le PC-21 est capable de simuler tous les systèmes d’armes les plus moderne.

      • Porco Rosso

        Emilien,
        avionique certe, mais le bon de performances et utilisation ne te choque pas???
        Moi si, je suis passe par le fouga et l alpha jet, crois moi que lorsque l epsilon a remplace le fouga, le niveau n etait plus le meme a la transition..
        l economie se paye tot ou tard en aviation..

  • LONGETTI Xavier

    Peut on penser qu’un jour la Patrouille de France se dotera de ces PC 21 lorsque leur Alphajet seront devenu obsolète.

    • Fabrice

      Peu probable.
      Mais dans une période de réduction de coûts partout et d’engagement de l’armée sur beaucoup de fronts, est-ce que ça ferait pas sens d’abandonner cette patrouille de France?

      • J-E.Lafitte

        Fabrice K. On dirait que vous êtes commercial chez Pilatus ??? Vous êtes peut-être même suisse ? je n’ai rien contre le PC-21 qui est certainement un des meilleurs turbo-prop du monde. Mais de là à abandonner l’idée d’une Patrouille de France sur jet voire micro-jet ??? Vous nous faite la HONTE !!! Si d’aventure, les événements vous donnaient raison, c’est que nous n’aurions plus d’honneur en France !!! Nous ferions un véritable affront à tous ces pionniers pilotes et constructeurs de l’ Aviation française qui ont jalonné cette histoire …

      • Fabrice

        Je comprends en effet que cette image de la PAF soit une carte de visite pour l’armée de l’air, et pour l’industrie aéronautique française. Si c’est pour des raisons économiques et que cela fait vraiment vendre, alors en effet, il faudra renouveler l’équipement de la PAF. Peut-être comme les américains, les Russes, les Suisses, les Turques, la France pourrait avoir une PAF équipés d’avions de chasse. Mirage 2000?
        Je vous trouve particulièrement agressif. En quoi je vous fais honte? N’ai-je pas le droit d’exprimer mes idées ?
        Je ne comprends pas le principe de « fierté de ses origines ». On ne les choisit pas. Ca ne veut pas dire que je ne pas ce qu’il y a de mieux pour mon pays. Mais personnellement, j’ai l’impression que la France vit au-dessus de ses moyens depuis 40 ans, et que ce genre de dépenses est inutile (à moins que comme expliqué plus haut ça permet réellement d’exporter)

    • Fabrice

      Possible que ce soit un bon avion.
      Mais ce qui est apprécié avec le PC 21 c’est sa capacité à simuler les systèmes du rafale et donc de faciliter la transition.
      A l’époque, la performance aéronautique était le principal défi lors de la transition entraînement avion de chasse.
      Aujourd’hui, les systèmes / ordinateurs sont la principale complexité de la transition. Ainsi, un avion permettant cela était probablement recherché. Dans la mesure où aujourd’hui c’est le seul avion capable de cela, pas d’avion à réaction possible.

      Et finalement, le coût de l’heure de vol est bien inférieur, avec des capacités de voltige équivalents.

  • Alex MOUTET

    L’enfant considéré boiteux de la collaboration Dassault-Dornier est pourtant un bel avion qui aurait mérité une bien meilleure place au sein de l’armée de l’air française, si Dassault avait bien voulu lâcher une part de son gâteau.
    Son utilisation au sein de la patrouille de France démontre si besoin était toutes ses capacités et il aurait fait un bien bel avion d’appui sol embarqué en remplacement des F8E-crusader hors d’âge qu’il a fallut conserver le temps que le Rafale marine soit enfin disponible !
    Il est la preuve que confier l’approvisionnement a un seul fournisseur, fut il 100% français est une erreur !

    • Alex Kohl

      150 % d’accord ! juste une remarque: si on veut une Europe digne de ce nom, il serait grand temps que le budget de la défense soit défini au niveau européen, quitte à réduire le nombre de participants ..! par exemple doit-on attendre le vote des pays Balte pour que l’Europe se dote d’une force aérienne..? « au top »… gun 😉

    • nico

      Un avion embarqué pour l’appui au sol. Regardez un peu le profil des missions de nos chasseurs embarqués, Afghanistan, Sahel, Syrie et Irak. Ce sont des missions de plusieurs heures, avec plusieurs ravitaillement en vol, capable de passé d’une mission air sol à air air en un clin d’oeil, capable de se défendre dans un espace aérien encombré et incertain comme en syrie.
      Et vous croyez que l’on peut faire cela avec un appareil conçu dans les années 80 pour l’entrainement.
      Réfléchissez deux minutes SVP

      • Gilles

        Il faudrait certainement réfléchir avant d’écrire n’importe quoi certes…

      • Emilien

        Je crois qu’il vaudrait mieux comprendre de quoi on parle avant de commenter.

      • Alex MOUTET

        Je ne parlais pas du Pilatus mais de l’Alfajet avec 30% d’autonomie en plus et le même poids d’armement que le F8E il aurait été une alternative crédible au F8E plutôt que de continuer a utiliser des appareils a bout de souffle.
        Quand au choix de la commande actuelle des Pilatus qui ne seront « que » des appareils d’entrainement je laisse la parole aux instructeurs de Salon de Provence.
        Cela dit un Pilatus ou un Tucano font de merveilleuses machines à la fois lentes pour le tir et rapides pour l’approche, mais est ce que notre armée tient réellement a avoir une force d’appui-sol aérien ?

  • Garcia

    Quelle honte….
    Pour les remercier de n’avoir pas pris le Rafale, on leur achète des PC21…
    Comme si il n’y avait pas un constructeur français pour concevoir et fabriquer un tel avion…
    Et puis il vaut mieux qu’on ne sache pas le prix à l’unité de ces joujoux…
    Ca nous déprimerait définitivement…

    • Vince

      Si CHF 300’000’000.– c’est pour 25 avions… ça fait CHF 12’000’000.– la pièce. Te voilà déprimé définitivement !
      Concernant l’achat, c’est surement un bon rapport qualité/prix, contrairement au Rafale.

      • Garcia

        C’est plutôt pour 21 avions….(17 + 2 + 2) …soit environ 16 M€ par avion…
        Chacun appréciera… (un PC12 coute 6 M€…)

    • Gilles

      Quel constructeur français ? Je vous écoute. Merci

      • Garcia

        Dassault, Airbus, Socata…. Il y a les compétences et la structure industrielle pour faire un tel avion en France. C’est juste une question de volonté politique. On peut en faire des choses avec 300 M€…. plutôt que de les donner aux Suisses (sans compensations…)

    • Fabrice

      Ca coûte plus cher de développer que d’acheter un avion développé qui a fait ses preuves…
      Et tout n’est pas géopolitique. Ce contrat est minime comparé au remplacement d’une flotte d’avions de chasse. Et si vous réfléchissez comme ça, vous tuez l’industrie de l’armement français largement exportateur.
      Si l’egypte disait cela, vous devriez acheter pour 5 milliards d’armement Egyptien, 35 milliards d’armement australien, etc etc…
      S’il a bien un endroit où la France est largement exportatrice, c’est l’armement.
      Et en plus, la Suisse a déjà eu des avions français (mirage III) donc vous pouvez voir cela comme une compensation

    • Jeepee

      et developer un nouvel avion qui aurait déjà tant de concurrence , ce serait plus rentable?….

  • DAUMONT

    Seulement 17. Juste pour voir ? Commande plus importante par la suite. Il semblerait que dans certaines missions en Afrique ce soit le bon avion. Etonnant que le Tucano n’était pas en concurrence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.