Accueil » L’Alat touchée au cœur par l’accident de Carcès 

L’Alat touchée au cœur par l’accident de Carcès 

Pourquoi et comment deux Gazelle, avec à leur bord des pilotes très expérimentés, ont pu entrer en collision en plein jour, avec une météo correcte ? Une question qui risque de hanter longtemps l’Alat…

3.02.2018

La visibilité sur la Gazelle est excellente vers l’avant et sur les côtés. Mais des angles morts subsistent vers le haut et l’arrière…
© Frédéric Lert / Aerobuzz. fr

C’est un paradoxe douloureux et qui frappe durement l’Alat : 41 raids, 316 sorties en Libye pendant l’opération Harmattan, des incursions nocturnes en zone de combat face à un adversaire lourdement armée, et l’Alat s’en tire sans une égratignure. Et il suffit donc d’un vol d’entrainement au départ de la base du Cannet-des-Maures pour perdre en une fraction de seconde cinq officiers de valeur.

Des hommes unanimement passionnés par leur métier et dévoués à leur pays.

Le ministère des armées vient de communiquer sur les pilotes décédés hier dans l’accident ayant concerné hier deux Gazelle de l’EALAT. On trouve dans leur biographies le reflet de ce qui fait aujourd’hui la population des pilotes de l’Alat : du jeune lieutenant au lieutenant-colonel, des hommes unanimement passionnés par leur métier et dévoués à leur pays.

Le lieutenant-colonel Stéphane Chaon, le plus gradé de tous, était chef de la formation « hélicoptère reconnaissance et attaque » au sein de la base école général Lejay. Avaient pris place également dans les hélicoptères deux instructeurs très expérimentés, les capitaines Patrick Vasselin et François Mille (respectivement 5400 et 3100 heures de vol) et deux jeunes pilotes, le capitaine Quentin Gibert et le lieutenant Sébastien Grève, appartenant au 4ème RHFS, le régiment d’hélicoptères des forces spéciales. Tous deux étaient venus à l’EALAT pour suivre une stage qualifiant.

Une expérience cumulée de 13.000 heures de vol

Il sera sans doute impossible de connaître les circonstances précises de l’accident, à moins que les enquêteurs mettent la main sur une Gopro en état de marche dans les épaves des appareils. On peut tout de même dégager à priori quelques généralités : « l’hypothèse de travail est celle d’une collision entre les deux appareils » a déclaré Xavier Tarabeux, procureur de Marseille quelques heures après le drame.

Il a également exclu la piste d’une collision des deux appareils avec une ligne électrique à haute tension. Erreur de pilotage, inattention fatale, fausse manœuvre, perte de vue de l’autre appareil… les hypothèses sont légions. Il y avait dans les deux appareils cinq paires d’yeux et 13.000 heures de vol mises bout à bout.

La Gazelle est une Porsche conçue pour évoluer vite et près du terrain

La Gazelle est quant à elle un appareil fiable et largement éprouvé, offrant une excellente visibilité et des qualités de vol louées par tous ses utilisateurs. Si l’on en croit Wikipedia, qui offre un tableau relativement complet des pertes depuis la mise en service de l’appareil au début des années 1970, la plupart des accidents sont dus à des erreurs de pilotage. La Gazelle est une Porsche conçue pour évoluer très vite et très près du terrain et cela se paie parfois cash…

Lègère et très manoeuvrante, la Gazelle est une machine douée pour les vols près du sol, avec tous les risques que cela comporte…
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Très régulièrement engagée au combat, la Gazelle a également souvent été victime de tirs venus du sol mais ceci est une autre histoire. On découvre également sur Wikipedia que les accrochages en vol ne sont pas nouveaux : le 13 juin 1977 deux appareils de la marine britannique sont perdus de cette manière. Plus troublant, deux Gazelle de l’EALAT ont été perdues le 10 avril 1984 suite à un abordage, mais il s’agissait alors d’un vol de nuit. Deux appareils des forces armées équatoriennes se sont également percutés en janvier 2007, tuant notamment le ministre équatorien de la défense.

De la nécessité d’un enregistreur de vol

La Gazelle n’est pas équipée d’un enregistreur de vol, mais il existe aujourd’hui des solutions simples et relativement bon marché pour doter les hélicoptères de tels systèmes. Le Vision 1000 d’Appareo Systems en est un bon exemple : il s’agit d’un boitier très compact, tenant dans la main, et qui regroupe accéléromètre, récepteur GPS, micro d’ambiance et caméra. L’enregistrement des données se fait sur une carte mémoire SD. Fixé au plafond du cockpit, il ne requiert qu’un câble d’alimentation en énergie.

Après plus de quarante ans de carrière, la Gazelle reste très présente au sein de l’Alat non seulement en école, mais également dans les régiments d’hélicoptères de combat.
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Le boitier est disponible sur une gamme croissante d’appareils légers pour moins de 10.000 dollars. L’emploi d’un tel équipement sera même obligatoire très bientôt pour les appareils EMS et il a fort à parier que son emploi va rapidement se généraliser dans le monde civil. En sera-t-il de même chez les militaires ?

Frédéric Lert

 

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

28 commentaires

  • Philippe

    C’est vrai que la patrouille serrée ne sert à rien d’autre qu’à se faire plaisir….ou à se préparer à ce foutu défilé du 14 juillet où je m’attend toujours à un drame….difficile d’expliquer pourquoi on aime ça malgré tout, serrer sur le leader pour ne faire plus qu’un avec lui….je pense que l’enquête déterminera facilement si les pales se sont engrenées, et de quelle façon. Pour ma part ça m’est arrivé, mais lors du poser. On a tous une période « plus vite, plus bas, plus près »…le tout est d’y survivre….:-( . Toutes mes pensées à ces 5 familles dévastées.

  • pistache

    pas de boite noire car par définition appareil militaire et donc aucune trace pour l’ennemi quand l’appareil tombe , raison officielle.
    de plus, si dans le civil , les appareil sont certifiés EASA notamment , en militaire, très différents, c’est le client qui « qualifie » l’appareil en fonction de ses spécifications.

  • Fennec84

    Eblouissant le reflet du soleil matinal sur le plan d’eau …

  • Francis Weber

    Dommage que votre article ne mentionne pas aussi de la solution D.T.MUX Sentinel industrialisé par le société ETEP dans le var. Je pense que que ce système est bien plus performant que les systèmes cités car ce boitier est réellement protégé contre le crash et permet d’enregistrer les bus avions tel que ARINC429/717 /MIL-STD-155… de plus il permet l’enregistrement de vidéo 4K dans sa dernière version et inclus des capteurs tel que gyro, Accélération, pression, GPS …

  • Vladimir_K

    Depuis tout le temps que les automobilistes russes nous abreuvent de vidéos provenant de leurs Dashcams, il est étonnant que personne n’ai eu la possibilité de faire une dashcam certifiée aéro.

    Loin de moi l’idée de comparer mon camion à un avion ou un hélicoptère, mais pour moins de 100 euros j’ai une caméra qui enregistre la date, l’heure, la vitesse, les accélérations, la position (l’altitude ne devrait pas poser de problème), le son, avec un grand angle polarisé…

    Donc vérifier qu’il n’y a pas d’interférence radio avec l’équipement de bord, et faire une fixation adaptée à l’aéronautique ne doit pas être si compliqué que cela, ou je me trompe ?

    • Porco Rosso

      Vladimir, tu preches un convaincu pour ces cameras qui filment le cockpit,
      ce que fait et ce que voit le pilote au moment de l accident.
      Ce systeme existe deja chez Airbus helicopteres et il est propose en option, enregistrant les 30 derniere minutes de vols. vision 1000 (Appareo) je crois
      Je sais que le SNPL n en veut pas, mais cela aurait bien aide pour comprendre le crash du AF 447, Rio Paris par exemple.

      • Vladimir_K

        J’ai travaillé quelques temps pour une école de pilotage (hélicoptères) canadienne, et durant la conception d’un logiciel de suivi de progression des élèves j’avais prévu la possibilité d’y ajouter des vidéos, car cela me paraissait naturel (je suis habitué à regarder une émission russe sur l’automobile du samedi matin où entre autre on analyse des vidéos de dashcam dans un but pédagogique, de comprendre les accidents et éviter les erreurs) – cette option avait été refusée par les instructeurs par un « oui mais… »

        Toujours ce problème de confiance.

        Bref, suite à un accident durant les essais du SSJ100 (dû à la fatigue des pilotes), le ministère islandais des transports a demandé à l’OACI d’étudier la question des vidéos embarquées.

        http://ww2.rnf.is/media/skyrslur-2013/M-01313—AIG-09-Russian-97005—-Final-Report.pdf

        Je sais c’est dur, mais ayant une telle caméra sur mon camion, ça m’oblige à être plus prudent, et je ne le regrette pas.

  • PLG

    Bien Pensées très émues aux familles frappées, aux collègues aux amis et relations.
    Me suis revu quelques décennies en arrière pour 2 accidents mortels (Al II, Puma :-(( )
    Je conteste la légende de la photo :
    « Légère et très manoeuvrante, la Gazelle est une machine douée pour les vols près du sol… » longtemps handicapée par son RAC caréné consommateur de puissance, elle s’est aussi alourdie au fil des « rétrofits » … A-t-elle gagné en puissance ?
    L’enquête du BEAD lèvera une partie du voile et en tirera des préconisations donc des enseignements à tirer.
    Pour Porco Rosso la FMO c’est dans l’Armée de l’Air pour les chasseurs entre autres.

    • Porco Rosso

      Ben oui, on ne se refait pas desole d etre un ancien chasseur..
      Mais tu aura compris de toi meme, de quel genre de vol en formation je parlais.
      Meme une PS tres lache..

    • Porco Rosso

      Pour Info PLG, le fenestron n est pas a vrai dire un « handicap » en vol de croisiere, surtout avec une telle derive au dessus.. Mais il est plutot gourmand, en vol stationaire, vents de travers, par haute temperature ou haute altitude, la effectivement il est moins efficace qu un Rotor anticouple classique et bien plus consomateur d energie.
      Cet accident helas ressemble plutot a celui des deux ecureuils (pilotes par 2 veterans des Malouines) en Argentine qui tournaient pour un « jeu aventure » de la television Francaise, il y a deux ans .
      Perte de visuel, angles morts.. a moins que ce soit simplement un heurt en PS trop serree.

  • Porco Rosso

    Je lis certains ici qui parlent de PS (Patrouille Serree).
    Si ils s entrainaient en Vol Tactique,
    ils auraient du etre en FMO. (Formation de Manoeuvre Offensive).
    La patrouille (trop) serree en Helico n a jamais servi a rien sauf a faire des veuves..
    Il n y a pas de « joker » comme en avion si on se touche.. Rip

  • PATRICK COUTANT

    Un bien triste accident j’ai été élève pilote à DAX, et au LUC CANNET.
    Les formations ne sont pas anodines, le risque est toujours présent, même avec des précautions, nous ne pouvons que minimiser.

    Malheureusement en aviation, nous évitons les futurs accidents en apprenant avec ceux, qui ce sont produits avant.

    Toutes mes condoléances aux proches et aux familles.

    Cordialement
    P COUTANT

  • DEBROISE

    Le problème de l’implantation de « boite noire » est ancien et a d’abord été un problème de culture militaire et n’on d’économe financière ou de masse.
    Outre le GPS la gazelle est équipée d’un certain nombre de calculateurs, leurs mémoires peuvent orienter les investigations des enquêteurs.
    Dire que l’essentiel des accidents a pour cause une erreur humaine n’est pas exact, même si elle fait souvent partie de la chaîne accidentogène; il y a souvent un ou plusieurs faits initiateurs, technique, météo etc. Les pilotes militaires ont l’habitude de voler en patrouille, cet exercice ne présente pas de risque particulier. Il nécessite une certaine concentration et tout imprévu, interne ou externe, peut perturber la conduite de la trajectoire de l’un ou des deux appareils.
    Sincères condoléances aux familles.

  • Yves

    Le voltac ne se pratique pas en patrouille serrée

  • ESCLAFIT Pierre

    Le respect s’impose pour ces professionnels et spécialistes, condoléances aux familles pour la douleurs qui leur est faite.

  • Jean-Vincent

    Requiescant in pace.

    Cette tragédie nous rappelle dramatiquement l’inexistante du risque zéro, en matière aéronautique. D’une heure à 20000 heures …………

  • Stormy

    Belle machine, que l’on trouve encore en grand nombre dans les armées syriennes et yougoslaves ….

  • Rodric

    Bonjour, toutes mes condoléances aux familles de ces hommes de valeur et serviteurs de leur pays. Une question: les appareils de l’ALAT sont-ils équipés de systèmes d’alerte anti-collision, comme le PowerFLARM, systèmes qui se généralisent sur les planeurs et sur une partie des appareils légers d’aviation générale, comme dans notre aéro-club à Yverdon (Suisse)? Ces systèmes ne coûtent que quelques milliers d’euros y compris l’installation. Et cela permet même de faire baisser les primes d’assurances.

    • Max

      Ce type de système » alerte anticollision, comme le PowerFLARM » hélas , serait inutilisable lors de vols en patrouilles serrées.

    • ALAT21

      On parle de Gazelles dont on a fêté les 50 ans de vol l’année dernière. L’équipement le plus moderne est l’Iphone dans la poche du pilote (cela marche aussi avec un androïd…) !
      Elle a subit plusieurs rétrofits (principalement Vviane) et il ne reste plus de place là dedans…

      Respect et condoléances aux familles !

  • Moltobaleze
    Moltobaleze

    En associant mes pensées aux douleurs des familles.
    Et en complétant cet article qui illustre le besoin d’un enregistreur de vol; outre le materiel Vision 1000 d’Appareo Systems (de fabrication US), il aurait été possible de citer une production Européenne (et Française) celle d’IAREO : l’APIBOX remplit le même type de fonctions et équipe déjà un certain nombre de machines de nos armées, notamment des TBM 700.
    (Nota : je n’est aucun intérêt dans aucune de ces sociétés, si ce n’est qu’amical …)
    Bons vols à toutes et à tous

  • Philippe Darroux

    L’ALAT, une arme d’élite et 5 Officiers dont les experiences et leurs valeurs respectives acquises par tant et tant d’entrainements et de perfectionnements. Leur perte est immense pour nos forces. Ainsi on doit par la pensées soutenir leurs familles respectives touchées d’une facon inimaginable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *