Accueil » L’USAF lève un coin de voile sur son futur B-21

L’USAF lève un coin de voile sur son futur B-21
premium

Une image de synthèse réalisée par Northrop Grumman et diffusée par l’US Air Force permet d’en savoir un peu plus sur le futur bombardier furtif américain.

11.02.2020

Très belle image détaillant la charpente d’un hangar de l’USAF, avec accessoirement dessous la vision de ce que pourra être le futur B-21. A noter l’échancrure dans l’ouverture du hangar permettant le passage de la dérive de l’aile volante… © Northrop Grumman.

Ce n’est pas une surprise, le futur B-21 reprend la forme générale d’aile volante de son prédécesseur, le B-2. Mais c’est dans les quelques détails visibles sur l’image que l’on mesure l’évolution d’une génération à l’autre de bombardier. Pour autant que l’on prenne pour argent comptant ce que nous montre le dessin de Northrop Grumman… Au jeu des 7 erreurs, la caractéristique la plus notable du futur B-21 est son train d’atterrissage simplifié et allégé, avec seulement deux roues par train...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

  Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

10 commentaires

  • anemometrix

    Jean-Mi, merci pour votre commentaire bien argumenté.
    Cependant je ne suis pas certain que ce soit aussi simple d’assurer la stabilité longitudinale d’une avion « sans queue » sur un avion de transport public de passagers, pour tout le domaine de vol, dans toutes les configurations, de Vs à MMO, de limites de centrage avant à centrage arrière, de pannes des calculateurs des commandes de vol, en lois de pilotage dégradées, en conditions de panne de moteur, d’hydraulique, d’électricité …

    • Jean-Mi

      C’est peut-être pour cela qu’il n’y a actuellement aucune aile volante de transport civil en activité dans le monde…
      Tiens, je viens de voir qu’Airbus sort un projet d’aile volante aujourd’hui ? Une copie même pas cachée de la BWB de Boeing ! Dingue… A croire que ce sont les logiciels d’aéro qui définissent le design… Ils sont ou les dessinateurs ?

  • JBarbaud

    Hahaha, bravo pour la légende ! ^^

  • anemometrix

    Ce que je devine, c’est la masse d’intelligence embarquée pour maitriser la stabilité longitudinale sans PHR ni gouverne de profondeur traditionnels dans cette maquette volante..
    C’est un enjeu majeur et ce sera la prochaine révolution technologique puisque celui qui réussira cette gageure proposera alors un avion bien plus économique puisque débarrassé de la trainée gourmande en carburant induite par les plans horizontaux de l’empennage.
    Airbus s’y emploie avec le « drone  » Maveric :
    https://www.usinenouvelle.com/editorial/video-airbus-devoile-maveric-son-premier-demonstrateur-d-aile-volante.N928459

    Reste donc à valider la prouesse des logiciels des commandes de vol (ça Airbus sait faire) mais aussi, et peut-être surtout, comment assurer la pressurisation d’une cabine très élargie.

    • PlasticPlane

      Est-ce Boeing qui fabrique ça ? Si oui, faisons leur confiance pour développer le logiciel qui va bien pour la stabilité du truc :-;

    • Jean-Mi

      Heu, permettez que je fronce un sourcil… La stabilité longitudinale est la plus simple à résoudre. D’une part l’engin peut être très facilement stable sur cet axe sans PHR. Cela se fait sans électronique depuis 1913 sur le Burgress Dunne (aile volante en flèche biplan !) et puis Lippisch et Horten frères ont développé et fait voler dans les années 30 des dizaines d’ailes volantes pures avec et sans dérive, allant du planeur léger au biréacteur de chasse-bombardement (Horten 9 alias Gotha 229), lequel à été regardé de près par Northrop après guerre et dont on retrouve l’ADN dans le B2… Le Français Fauvel a également une belle collection de planeurs et avions légers sans PHR (et sans électronique)…
      A noter que les bombardiers XB-35 et YB-49 de Northrop étaient aussi d’énormes ailes volantes ancêtres, sans électronique, assez direct du B2.
      Tout ce petit monde parfaitement stable (hors B2) en tangage, mais étant un peu léger en lacet. Ce pour quoi ces ailes volantes n’ont jamais vraiment percées.
      Le B2 demande une montagne d’électronique pour stabiliser le lacet et être pilotable.
      Je ne parle pas des chasseurs à aile delta, qui jusqu’au Mirage 3 inclus n’avaient pas d’électronique de stabilisation (pas besoin, et n’existait pas…) et volaint très bien, merci pour eux… 😉
      Pour ce qui est du rendement extraordinaire des ailes volantes, si cela était vrai et que cela ne posait pas d’autres problèmes ( de pilotage, d’accessibilité aux passagers, aux moteurs, de structure, de pressurisation comme vous le signalez), alors depuis plus de 100 ans que les aérodynamiciens cherchent sur les ailes volantes, on aurait trouvé quelque chose et il y aurait de nombreuses ailes volantes en service.
      Hors, seul les ULM pendulaires et les deltas sont des exemples d’ailes volantes ayant connu la très grande série et le succès.
      Les livres d’histoire de l’aviation regorgent d’ailes volantes, souvent uniques ou en très faible séries. Ces magnifiques machines n’ont que très peu atteintes la production en série.
      Je suis un amoureux des ailes volantes depuis mes débuts en aéronautique. J’en ai conçu et construit plusieurs (aéro + structures + vols), j’ai une belle collection de livres techniques sur le sujet… Je ne crache donc pas sur le sujet, bien au contraire, mais le réalisme m’oblige à le dire : mes planeurs de compétitions ne sont pas des ailes volantes…
      Les projets de Boeing et Airbus sur ces sujets n’ont jamais abouti dans le civil. Si le B2 à abouti, à grand frais et problèmes techniques (dont le pilotage), c’est uniquement parce que c’est la seule solution pour rendre cet avion de 52 mètres pas plus visible qu’une mouette sur un écran radar…

      • Vladimir_K
        Vladimir_K

        « c’est la seule solution pour rendre cet avion de 52 mètres pas plus visible qu’une mouette sur un écran radar… »

        Espérons que l’opérateur radar ne s’interrogera pas trop sur cette « mouette » qui vole à 480 noeuds et à 40000 pieds. 😉

      • Pif

        C’est beau ce que vous écrivez. Tellement beau. Une mouette, comme c’est romantique.

  • Jean-Pierre BOURGEOIS

    Ben … y’ a pas de dérive sur cet avion,…. il n’a donc nul besoin d’échancrure dans le hangar.

    • Jean-Mi

      Arf… non, mais les B1-B dans le fond, si….
      Et puis si les hangars étaient spécifiques au B2 et futur B21, il serait facile de les repérer via satellite et donc l’intérêt de planquer l’avion dans un hangar serait perdu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.