Accueil » Défense » Premier vol du B-21 Raider

Premier vol du B-21 Raider

Avec le B-21, l’US Air Force veut banaliser l’emploi du bombardier stratégique furtif et faire peser une menace permanente sur ses adversaires potentiels. © Northrop Grumman

34 ans après le B-2 « Spirit », Northrop Grumman fait voler son nouveau bombardier furtif B-21 « Raider ». Le début d’une nouvelle ère pour l’US Air Force ?

Ce premier vol était attendu avant la fin de l’année, il est finalement intervenu vendredi 10 novembre à 7h du matin heure locale, 11 mois après le « roll out » du 3 décembre 2022. On est dans la moyenne : le B-2 avait décollé en 17 juillet 1989, huit mois après sa première apparition publique.

Comme le montrent différentes vidéos visibles sur internet, le B-21 a décollé du terrain de Palmdale, escorté par un F-16 et sous le regard de plusieurs centaines de spectateurs installés le long d’une route ! Après 90 minutes de vol, il est allé se poser à Edwards Air Force Base.

90 minutes, c’est le temps qu’il faut pour relier Palmdale à Edwards en vélo (sans assistance électrique…). On peut donc en conclure que ce premier vol a également été mis à profit pour une première batterie de tests avant le retour au sol.

Les images publiées sur les réseaux sociaux, certaines extrêmement précises, donnent une excellente idée de la forme en plan de l’appareil. Elles trahissent également la profondeur du fuselage et la cambrure du bord d’attaque assez prononcée.

On remarque également la présence d’une perche instrumentée à l’avant de l’appareil, le positionnement et la dimension des soutes, l’installation de tuyères extrêmement fines et larges (à la manière du F-117) et le placement des surfaces mobiles. Autant d’éléments qui avaient été soigneusement masqués depuis la présentation publique du 3 décembre 2022.

Sont visibles également deux protubérances verticales sur l’extrados de l’appareil dont le rôle n’est pas clair : écopes pour les moteurs, antennes, installations d’essais ?

Sur la trappe de train avant, l’avion porte le numéro 0001 et le surnom Cerberus avec un dessin de Cerbère, chien polycéphale gardant l’entrée des enfers dans la mythologie grecque. Les trappes de train principal portent les lettres ED, pour Edwards Air Force Base, dorénavant port d’attache de l’appareil.

Six avions de développement sont en cours de fabrication. L’USAF voudrait à terme acquérir au moins une centaine de bombardiers dont le prix unitaire est aujourd’hui estimé à 700 millions de dollars. Cette fabrication en série marquerait une rupture par rapport avec la génération précédente d’aile volante furtive, dont les 21 exemplaires avaient été fabriquées « à la main » et à prix d’or (on évoque un coût de 2 milliards de dollars par appareil). On attend à présent la réplique chinoise !

Frédéric Lert

Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

Un commentaire

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Un lecteur attentif et érudit, talentueux industriel aéronautique à ses heures perdues, me fait remarquer que le 10 novembre, jour du premier vol du B-21, est également le jour de naissance de John Knudsen « Jack » Northrop. Une coincidence qui n’en est sans doute pas une et qui était jusque là passée inaperçue, au moins de mon côté… Merci l’ami !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.