Accueil » Schiebel va développer un hélicoptère léger dronisé

Schiebel va développer un hélicoptère léger dronisé
premium
libre

L’autrichien Schiebel va se lancer dans la conception d’un drone à voilure tournante de plusieurs centaines de kg. Un grand frère au célèbre Camcopter et un concurrent à venir pour le VSR700 du tandem Airbus-Hélicoptères Guimbal.

5.11.2018

La marine nationale se fait la main sur l’emploi des drones embarqués avec le Camcopter. La phase d’expérimentation pourrait déboucher en 2019 sur un emploi opérationnel de ces appareils. © Schiebel

Schiebel est connu pour son Camcopter S-100, appareil à décollage et atterrissage vertical (VTOL) de 200kg en charge. Environ 400 Camcopter ont été fabriqués à ce jour, ce succès commercial ayant trouvé son origine avec les Emirats Arabes Unis comme client de lancement. Les EAU restent à ce jour le principal utilisateur du Camcopter avec plusieurs dizaines d’appareils en service.

Les 4 Camcopter S-100 de la Marine nationale

La France, et plus particulièrement la Marine nationale, a acheté quant à elle quatre appareils. Ces appareils lui permettent de se familiariser avec la mise en oeuvre d’un drone VTOL, en attendant son SDAM (système de drone aérien pour la marine), c’est à dire le VSR700. Un premier appareil a été perdu sur accident, un autre a été poussé dans ses derniers retranchements pour évaluer ses performances. Ne reste aujourd’hui en état de vol que le troisième appareil, qui sera rejoint à la fin du mois de novembre par le quatrième exemplaire (qui porte le numéro de série 410).

Une première capacité opérationnelle est attendue courant 2019 et les deux appareils pourraient être embarqués sur les BPC (bâtiment de projection et de commandement) de la marine dont ils étendraient les capacités de surveillance. L’expérimentation en cours se fait sur le Dixmude, doté d’une installation d’essais. La marine prévoit à terme d’adapter les trois BPC à un emploi plus pérenne de ces drones.

Des trois Camcopter reçus par la France, un seul reste utilisable à ce jour. Il sera rejoint à la fin du mois de novembre par un quatrième exemplaire livré par Schiebel. © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

Une nouvelle motorisation pour le Camcopter S-100

Le Camcopter est actuellement équipé d’un moteur rotatif Wankel de 50cv qui n’est pas un modèle de modernité. Schiebel travaille à présent sur l’adaptation d’un moteur diesel. La mise au point s’annonce délicate, la motorisation s’accompagnant des problèmes bien connus de vibration et de masse.

Tout ceci ne sera qu’une aimable mise en jambe comparé au projet de drone de plus de 500kg que prépare donc la société autrichienne. Il faudra intégrer un moteur de plus grande puissance, fonctionnant au kérosène, aucune marine n’acceptant de stocker de l’essence à l’intérieur des navires.

Commandes de vols automatisées

Il faudra aussi et surtout développer des commandes de vols automatisées et redondantes, offrant un niveau de sécurité suffisant. « Le vol autonome d’un hélicoptère est une affaire d’électronique et d’électromécanique très complexe, longue et coûteuse à qualifier » souligne un fin connaisseur du sujet. C’est un pari de taille pour Schiebel qui ne dispose pour l’instant que d’une expérience sur des appareils de taille beaucoup plus limitée, dont le niveau de sécurité reste très loin de celui exigé pour le survol des zones habitées ou pour les opérations embarquées.

Les navires de la marine devront être réaménagés pour accueillir à l’avenir un détachement drone permanent. La question de la place est moins pregnante sur les BPC (ici le Dixmude) que sur les frégates de taille plus réduite… © Marine nationale

Mais l’enjeu économique a tout pour attiser les convoitises : depuis de nombreuses années, l’ampleur du marché potentiel des drones de surveillance maritime à voilure tournante est bien connue. L’emport d’un radar associé à une grande endurance impose des appareils de plus de 500kg de masse totale. La marine nationale a quant à elle fixé un objectif de 700kg pour une autonomie d’une dizaine d’heures. Le portrait robot du VSR 700…

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.