Accueil » Un raid longue distance pour les NH90 Caïman de l’ALAT

Un raid longue distance pour les NH90 Caïman de l’ALAT

Avec deux tonnes de carburant dans ses réservoirs de fuselage et 500 kg dans chacun des réservoirs extérieurs, le NH90 dispose d’une autonomie de près de six heures de vol. © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

Trois hélicoptères NH90 Caïman du 1er Régiment d’Hélicoptères de Combat équipés de réservoirs supplémentaires et décollant à la masse maximale de 11 tonnes ont réalisé une mission de plus de 9 heures en deux étapes. Un raid qui démontre les capacités de pénétration à longue distance des appareils de nouvelle génération de l’ALAT. Aerobuzz.fr y était…

Jeudi 10 juin 2021, base de Phalsbourg, 2h10 après minuit. Les Pulsar 70, 71 et 72, trois NH90 Caïman du 1er Régiment d’Hélicoptères de Combat (1er RHC) roulent lourdement vers la piste. Les appareils sont à la masse maximale de onze tonnes, dont 3.300 kg de carburant. Une configuration jamais vue auparavant dans les RHC et directement liée à l’emploi de deux réservoirs extérieurs de 625 litres (500 kg) sur chaque appareil.

Le GAMSTAT de Valence avait réalisé une  première expérimentation...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

10 commentaires

array(3) { [0]=> int(10) [1]=> int(11) [2]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • En 1979 , l’opération «  »BARRACUDA » » entre N’DJAMENA et BANGUI pourdéposer BOKASSA de son empire.Les pumas(SA330) ont volé 4h 30 en territoire hostile sans JVN,avec 4 bidons de convoyage en soute ‘1800 litres de Kéro) décollage à 1h du matin avec du matériel,les appareils étaient au-dessus de la charge max (7t à 7,4t).Un raid en opération de guerre pour la mise en place de 4 appareil pour héliporter les troupes du
    11eme choc posés d’assaut sur Bangui,derrière un avion de ligne.Préparation de l’OP ,
    21 transalls sur la base « KOSEÏ » à N’DJAMENA . Le Caïman est plus moderne et plus compétitif par ses performances . Il y a 42 ans et je pense que vous pouvez avoir des infos dans certaines archives. Pour terminer, j’y étais .Je suis parti en 2000 après 36 ans dans l’ALAT dont 28 ans mec nav sur Puma . RSU .S

    Répondre
  • Un brave Super Puma mk2 avec des réservoirs dans les ailettes de train et dans la soute arrière pouvait emporter 3,8t de pétrole. Lors d’une évaluation les armées portugaises avaient demandé de voler 400 nautiques de se mettre 15 minutes en stationnaire et de revenir. Ainsi fut fait. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Par contre il reste étonnant que pour le NH90 les services officiels n’aient demandé que 2t de carburant.

    Répondre
  • Ne mettons la charrue avant bœufs.
    Il y a un début à chaque problème et ne soyez pas pessimiste et encore moins anxiogène.
    Moi qui appartenu a l’AAE, le problème du ravitaillement en vol n,a pas été résolu en un jour.
    Laissez les personnels de l’ALAT et la DGA réfléchir à ce problème et nul doute que dans quelques temps le ravitaillement en vol des futur voiles tournantes ne sera plus un problème.
    Salutations à vous tous.

    Répondre
  • Merci pour ce passionnant article fort bien documenté, et qui donne envie….

    Pour le genre d’opérations envisageables avec ces capacités : l’épique évacuation de l’ambassade américaine à Mogadiscio en janvier 1991, à l’aide d’un dispositif de CH-53E partis de navires porte-hélicoptères éloignés, qui ravitaillèrent sur C-130 dans l’océan indien et arrivèrent juste à temps pour disperser la foule d’assaillants qui commençait à escalader les murs du compound de l’ambassade pleine de réfugiés….. et alors que les six Marines sur place se préparaient à mourir les armes à la main (oui, dans ces pays-là, ne JAMAIS capituler, ne jamais rendre ses armes…)
    C’était début janvier 1991, toutes les forces américaines étaient dans le Golfe, prêtes pour la guerre avec l’Iraq qui débuta le 15.
    L’opération fut appelé Eastern Exit, documentez-vous, c’est extraordinaire (pourquoi écrire des romans ? ou des films romancés style « Black Hawk Down » que tout le monde connaitra cependant)
    Encore une fois : pas de film américain = pas de mémoires…

    Répondre
  • Des Kg, des T de carburant, des heures de vol, mais en vitesse et distance ça donne quoi ?
    Parce que comme l’ennemi c’est la Russie, l’Oural c’est loin …
    Bon … quand le Mali sera tombé, que le Burkina suivra, tout dépendra du point de départ pour aller protéger les uranates du Niger.
    Même si ça passe, avec 3 soldats à l’arrivée….
    Restent les opérations spéciales et le transport de la ministre, avec arrêts pipi ici et là.

    Répondre
    • par Frédéric Lert

      Bonjour Anemometrix,
      les réponses à vos questions sont dans le texte, je vous laisse chercher, prenez ça comme un jeu. Cordialement
      Frédéric

      Répondre
    • Question consommation et charge utile, c’est sûr qu’on pourrait faire mieux avec un aéronef STOL. Faut juste prévoir la piste qui va bien à chaque posé, Les services spéciaux sont habitués je suppose

      Répondre
  • Deux ou trois passagers en soute , ça fait pas lourd !
    Manœuvrabilité limité tant que les réservoirs externes ne sont pas vides !
    La solution ne serait-elle pas une perche de ravitaillement, comme sur les Caracal ?
    Mais celle -ci ne semble pas prévue parmi l’équipement du futur Caïman FS.

    Répondre
    • par Frédéric Lert

      Bonjour François,
      Entre pax et carburant, vous placez le curseur où vous voulez en fonction du but à atteindre. Six heures de vol avec un équipage de 4 et deux pax, ou bien quatre heures de vol avec le même équipage et 10 pax…
      Et si le ravitaillement en vol n’était pas une solution mais un problème, et la capacité d’emport en carburant une solution et pas un problème ? C’est juste une question de perspective…
      Cordialement
      Frédéric

      Répondre
      • Oui, ou peut-être qu’une perche de ravitaillement, qui, il fut un temps avait été envisagée pour le Caïman par les FS françaises , et qui serait prévue pour le H160M (certes ça peut encore changer !), ne sera pas souhaitée et donc pas financée par les pays partenaires qui, à part l’Italie, ne pratiquent pas le ravitaillement hélico.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(3) { [0]=> int(10) [1]=> int(11) [2]=> int(1270) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(10) [1]=> int(11) [2]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.