Accueil » Contribution directe

Contribution directe

par Gil Roy

Cette semaine, au moment où Michael O’Leary renvoyait Carsten Spohr dans ses 22, Anne Rigail encaissait les premiers euros de sa contribution « Carburant Aviation Durable ». Le tacle du patron de Ryanair sur le PDG de Lufthansa, à propos des « vols fantômes », a totalement occulté la mise en œuvre du dispositif inédit imaginé par Air France pour amortir le surcoût du...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

7 commentaires

array(2) { [0]=> int(4415) [1]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • La façon de communiquer est en effet bien pensée. Cela étant, même si je comprends la notion d’inflation, force est de constater, que si les prix en toute logique augmentent, la qualité de service, y compris chez Air-France, diminue.

    Il n’y a pas si longtemps que ça, on avait un bagage enregistré inclus dans le billet, un vrai repas – même dans les moyens courriers – un espace entre les sièges plus humain, les places aux issues de secours non surtaxées et tout ça, en classe éco. La classe éco d’antan est devenue éco « premium » avec un surcoût significatif par rapport à la classe éco régulière, qui a déjà augmenté en tarif, mais qui se rapproche des bétaillères O’Leariennes.

    Je comprends que les taxes aéroportuaires y sont pour beaucoup – mais c’est aussi aux compagnies de faire front, face aux aéroports qui abusent – et ce genre d’augmentations seraient beaucoup plus acceptables, s’il n’y avait pas cette baisse de qualité de service.

    Répondre
  • par Christian LECLERC

    Qu’il s’agisse d’Air France ou d’un aéroclub de province, il est essentiel de se montrer proactif dans l’amélioration de la performance environnementale des acteurs de l’aérien, face à l’évolution des mentalités sur le sujet et l’énorme pression qu’elle entraîne. S’il est bien évident qu’1% de carburant durable ne change grand chose sur le plan environnemental, et bien évident aussi qu’il n’est pas possible d’envisager rapidement une proportion beaucoup plus importante, eu égard aux capacités de production de ce type de produit, la démarche est plus que nécessaire, comme toutes les autres actions menées par les acteurs conscients du secteur aéro. Quant à la contribution demandée aux passagers, elle est indispensable et finalement pédagogique. Faisant comprendre, comme dit l’article, que « la transition énergétique ne se fera pas sans eux », les consommateurs, devenant conscients des impacts qu’elle entraine sur leur vie de tous les jours, peuvent être amenés à réfléchir sur leur propre niveau d’exigence en matière de transition, et des délais à imposer aux acteurs de « la vraie vie ». Avouez qu’un peu moins d’idéologie et un peu plus de pragmatisme dans le domaine ne serait pas forcément du luxe…

    Répondre
  • Ben Smith n’étant pas naïf, j’ose espérer dans cette démarche vertueuse.
    Cependant, entre volontariat écolo et réalisme éco, l’avenir dira quel sera le choix des passagers, s’ils seront prêts à choisir Air France pour se donner l’impression de participer à la sauvegarde de notre atmosphère.
    Je crains que ceux qui survolent la Chine ou l’Inde n’y perdent leur vocation.
    (Par ailleurs : Air France est déjà la compagnie la plus lourdement handicapée par tout un tas de taxes et charges.)

    Répondre
  • C’est encore de la « com » et toujours de la « com » car 4 euros multipliés par 250 passagers cela fait 1000 euros alors que l’on nous dit que ce carburant est 4 à 8 fois plus coûteux que le kérosène. Qui va payer réellement le surcoût ???? Les gens qui ne prennent jamais l’avion comme d’habitude.

    Répondre
    • par Gilles Rosenberger

      @ stanloc.
      Un peu d’arithmétique …
      Considérons un A320 sur Paris-Toulouse qui emporte 170 passagers, il va consommer environ 2,4 tonnes de carburant : valeur moyenne qui dans la réalité dépend de la météo, de la masse réelle, du moteur (CFM versus LEAP) … mais c’est ici un ordre de grandeur réaliste.
      Pour Air France (et toutes les compagnies aériennes), le prix du kérosène est une info stratégique et très confidentielle; par ailleurs cette valeur est hautement volatile.
      Je propose de considérer ici 500 €/tonne.
      Depuis le 01 janvier 2022, la Loi de Finance impose aux compagnies aériennes d’incorporer 1% de SAF et si le volume n’est pas disponible de payer une pénalité en compensation.
      Donc en incorporant 1% d’un produit coutant 8 fois de plus il est facile de calculer l’augmentation du prix moyen du carburant : 7%.
      Pour revenir à notre avion : 2,4 tonnes x 500 € x 7% = 84 €
      Répartis entre 170 passagers : environ 50 centimes/passager..
      Alors si la facture de 1€ supplémentaire comprend les taxes associées et anticipe la volatilité du cout du kérosène, son ordre de grandeur ne me choque pas.

      Répondre
      • Seulement incorporer 1% de SAF cela ne va rien faire pour sauver la ^planète. C’est un coup d’épée dans l’eau et je persiste à dire que c’est purement de la com pour faire taire les plus virulents des écolos s’ils ne savent pas compter Parce que si vous refaite le calcul sur un Paris Los Angeles, qu’en sera t’il ?
        D’autre part j’aimerais avoir la preuve que lorsqu’on voudra passer de 1% à 50% ce ne sera pas en utilisant de riches terres agricoles utilisées jusque là pour nourrir la population sans cesse plus nombreuse

        Répondre
    • non je ne pense pas qu’il s’agisse que de communication mais de développer une filière afin de faire baisser les coûts de production des SAF. Actuellement ils sont bien trop chers pour être autre chose qu’une goutte d’eau mais si la production se développe, les prix baisseront et ce sera une alternative crédible. La question est de faire un choix stratégique et de s’y tenir.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(4415) [1]=> int(3) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(4415) [1]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.