Accueil » Avionneur d’abord

Avionneur d’abord

Tecnam est entré cette semaine dans la course à l’avion électrique en dévoilant son projet P-Volt. Un nom de plus au bas d’une liste déjà longue. Sauf qu’à Capua, du côté de Naples, comme dans les écoles primaires françaises, chacun sait que rien ne sert de courir… L’italien n’est pas le premier, mais avec le P-Volt, il donne l’impression d’être parti à point, pour espérer figurer en tête sur la ligne d’arrivée. D’autant...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

16 commentaires

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Bonjour Gil,

    Le vice de notre époque c’est de se soumettre aux belles envolées lyriques de quelques communicants avec de jolis rendus CGI sans regarder en profondeur ce qu’il se passe derrière. Là-dessus, la filière eVTOL fait bien son travail et c’est pour cela qu’ils lèvent des millions. Croyez-moi, les projets de retrofit n’ont pas plus la cote pendant la crise Covid qu’avant, ils étaient et restent juste moins médiatisés.

    Par ailleurs, TECNAM n’a pas une longueur d’avance, ils ont juste attendus le moment opportun pour se lancer sans avoir investi dans de la R&D longue et coûteuse au préalable. Ce qui est logique puisque c’est le paradigme de l’aviation : un avionneur développe des avions et un motoriste des motorisations. TECNAM ne développera jamais son propre avion électrique, il va laisser d’autres entités s’en occuper et proposer une cellule à équiper qui puisse fonctionner.
    N’oublions donc pas ces « startups venues de nulle part » qui vont investir, s’endetter, travailler, développer des solutions que les avionneurs utiliseront à terme. Elles sont essentielles dans ce processus !

    Répondre
    • C’est bien cela:les avionneurs attendent que les Startups se lancent et s’endettent, pour les racheter quand ça va mal (au point mort comptable), un euro symbolique.Très peu pour moi.

      Répondre
  • Une fois n’est pas coutume, je ne partage pas votre avis.
    Les startups viennent de nulle part par définition mais les entrepreneurs qui les portent non. Ils ont en général beaucoup d’expérience et une vraie vision dans leur domaine. Ils connaissent les limites des produits actuels et savent comment les dépasser.
    Ce ne sont ni BMW ni Citroën qui ont lancé la voiture électrique quelles que soient leurs immenses compétences dans l’innovation incrémentale.
    A un moment, dans le monde d’aujourd’hui encore plus qu’hier, il faut « venir de nulle part ».

    Répondre
    • Ca a du sens

      Répondre
    • Et moi je ne partage pas le votre. Une start-up peut éclore avec en tête une idée « révolutionnaire » et démarrer à coups de subventions bien venues un projet mais si Citroën veut partir sur la même idée il faut qu’il ne se ridiculise pas à le faire n’importe comment. On a bien vu Airbus se lancer dans l’avion électrique et vite fait se retirer heureusement car pour moi ce n’est pas sa place. J’ai travaillé dans un groupe industriel de première importance et on a vu plusieurs PDG investir qui dans des vignes et qui dans des forêts au Canada. Conclusion ce groupe n’existe plus.

      Répondre
  • Une chose me gêne terriblement dans cette affaire c’est l’abandon par une firme comme SIEMENS de la filière aéronautique des moteurs électriques. Pour moi c’est de mauvaise augure. R-R est un motoriste réputé certes mais pas du tout en matière de moteurs électriques et encore moins en matière de conception/fabrication de modules électroniques de puissance. Or c’est là que le bât blesse en matière de motorisation électrique quel que soit l’application.

    Répondre
  • Texas Aircraft Manufacturing développe également un avion électrique l’eColt doté d’une batterie lithium-souffre de 90 kWh : https://www.revolution-energetique.com/avec-la-batterie-lithium-soufre-lavion-electrique-nest-plus-une-utopie/

    Répondre
  • Vous avez raison ! Aux dernieres nouvelles, l’électrification de la motorisation des véhicules terrestres semble ne pas se passer aussi bien qu’espéré : https://www.numerama.com/vroom/662173-polestar-2-le-rival-de-tesla-doit-rappeler-quasiment-toutes-ses-voitures-electriques.html

    Cette marque m’est inconnue, par contre j’ai déjà vu des Tesla : https://www.phonandroid.com/tesla-pire-constructeur-automobile-matiere-fiabilite-selon-etude.html

    Ceci n’est qu’indicatif vu que pour le continent nord americain, USA et Canada, les marques francaises sont inconnues !

    En tout, malgre toute la connaissance que les documentations écrites ou internet délivrent par le vaste monde, il y a ce je ne le sais que trop que d’aucuns appellent le SAVOIR et qui dans notre époque de grands bouleversements est enfoui dans les mémoires des anciens…

    Répondre
  • Je suis toujours pessimiste, devant les projets d’avions électriques sortis de nulle part.
    Tecnam et Rolls semblent avoir imaginé un avion réaliste (pour passagers légers et voyageant « léger » mais les commuters sont rarement remplis de familles en tourisme). Là, on peut croire que ça dépassera le stade du prototype aspirateur de subventions.

    Répondre
  • Le but des startups n’est pas de construire tout un système opérationnel. Le but, c’est d’avoir une idée et de la vendre à ceux qui ont les épaules les plus larges et qui payent le plus…
    Sinon, un petit article qui va en réjouir quelques uns :
    https://www.revolution-energetique.com/avec-la-batterie-lithium-soufre-lavion-electrique-nest-plus-une-utopie/

    Répondre
  • Voltaero petite structure francaise est aussi dans cette « course » avec le Cassio. L’equipe a l’experience de l’E-Fan et surtout une structure simple mais complete qui pourrait avec un doigt de bon sens charentais creer une surprise sur un marché en gestation.

    Répondre
  • Très bonne analyse partagée. N’oublions pas non plus la capacité (qui ne se décrète pas de manière unilatérale) d’un avionneur à faire certifier un aeronef : DOA/POA dans le jargon EASA

    Répondre
  • par Pilotaillon, peace'nd love warrior

    Ainsi va le monde : des pionniers, des badauds, des commentateurs (nombreux) des gestionnaires, des opportunistes, et l’humanité progresse…
    Il me semble qu’on oublie souvent qu’une solution isolée n’a que peu de chance d’aboutir, car elle interprète le sujet par son seul prisme. Il lui faudrait un temps infini (trop sans doute) pour devenir satisfaisante.
    Cette nouvelle étape Tecnam démontre une fois encore que le messie sauveur de l’humanité n’existe pas, même pas chez G…gle, et que le génie de l’homme passe par l’essai, la diversité, la maturation, la sagesse… ce que les anglos appellent le crowdsourcing.
    Nous pouvons être optimiste et regretter que seuls certains en tireront des avantages. A ces derniers, il ne faudrait pas oublier la dette morale envers les pionniers qui ont par tempérament, défriché et parfois payé par la casse.
    Il n’y a pas si longtemps (à l’échelle du monde) se rappeler qu’en allant à la chasse au Mamouth, il y avait des blessés et des morts parfois, mais que cela constituait un des seuls accès à la nourriture.
    Aujourd’hui nous cliquons sur Ha ! Ma Zone.
    -« Ta Zone ? »
    -« Oui, ma préférée, pas vraiment idéale au fond : elle nous fait réfléchir, nous sort de notre zone de confort… mais en réalité je n’ai pas d’autre choix, pour l’instant ».
    Humilité et Respect de ceux qui ont écrit notre histoire : sincères bravo aux pionniers ! Amplement mérités.

    Répondre
    • par Jean Baptiste Berger

      @pilotaillon
      Je plussoie, comme diraient certains….
      Et pour certains autres, juste les réjouir, rappeler que si nos ancêtres n’avaient pas risqué leur vie en chassant le mammouth et s’étaient contentés de brouter de l’herbe, on marcherait encore à quatre pattes !…
      Vive l’innovation, et mort aux c… pardon, aux dogmes !

      Répondre
      • par Aff le loup phoque

        Ouais…un peu de chronologie : le singe s’est dressé sur ses pattes arrières quand l’herbe fut haute pour observer au loin d’éventuels mammouths…Après, bien plus tard, on appela cela l’homo erectus !

        Répondre
  • Tellement vrai, et ce rappel de bon sens pourrait s’appliquer à plus d’un secteur même en dehors de l’aéronautique… .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.