Accueil » Le pavillon français aurait dû flotter sur Aero 2020

Le pavillon français aurait dû flotter sur Aero 2020

A l’initiative du GIPAG (Groupement des industriels et professionnels de l’aviation générale), la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), l’OSAC (autorité de surveillance de la navigabilité) et le CNFAS (Conseil national des fédérations aéronautiques et sportives) devaient partager un stand commun au salon Aero (Friedrichshafen, 1er – 4 avril 2020). Une première qui aura peut-être lieu l'année prochaine…

7.04.2020

Un stand commun pour montrer que professionnels et associations français travaillent en bonne intelligence.
© Aero Friedrichshafen

Mobilier monochrome blanc, rehaussé par des touches de couleurs bleues et rouges : le ton était donné. L’aviation générale tricolore devait s’exposer au plus grand salon européen de l’aviation générale. L’initiative en revient à Françoise Horiot, dirigeante de Troyes Aviation et en l’occurrence, combative présidente du GIPAG. Convaincue de l’intérêt de participer à ce salon qui est une remarquable ouverture sur l’Europe de l’aviation générale, elle a cherché, dans un premier temps, à encourager les adhérents de son syndicat à exposer à Aero 2020. Ils ont été sept à la suivre : Aeropyrénées, APEI, Action Air Environnement, BV Corporation, Rectimo, SEE et Troyes Aviation.

Elle en avait aussi parlé avec l’OSAC qui a été séduit par la proposition. L’Autorité pour la surveillance de la navigabilité s’ouvre de plus en plus à l’international. Le salon de Friedrichshafen aurait été une opportunité de le faire-savoir. Et puis, une importante communauté française est présente chaque année dans ce rendez-vous, que ce soit en tant qu’exposants, que visiteurs. Le salon est un moyen de rencontrer ceux que l’OSAC, par délégation, est chargé de leur « surveillance ».

Au-delà de cette fonction, l’OSAC a un rôle de conseil et de formation. L’Autorité présente notamment ses formations en ligne (MOOC) sur le nouveau règlement (UE) 2019/1383 et l’approche de la surveillance basée sur le risque (RBO). Ses représentants avaient prévu de renseigner les visiteurs sur ses différents champs d’expertise : licence de mécanicien, suivi de navigabilité, maintenance, réglementation, formation, etc. Quand on parle OSAC, on pense DGAC. OSAC (groupe Apave) intervient en effet soit en tant que partie de l’Autorité, soit par délégation, soit en sous-traitance de la Direction Générale de l’Aviation Civile. Autrement dit, la DGAC n’est jamais très loin et en l’occurrence, elle devait partager le stand commun.

La quatrième entité aurait du être le CNFAS qui parle au nom de ses 9 fédérations qui agissent en faveur du maintien de la France au premier plan dans le monde aéronautique.

« En étant présent sur ce stand commun, nous voulons montrer que professionnels et associations, nous travaillons main dans la main avec les autorités françaises », affirmait Françoise Horiot, quelques jours avant qu’Aero 2020 soit annulé. La présidente faisait remarquer que sur les 84 m2 du stand français, il n’y avait pas de cloisons, tout juste quelques plantes vertes pour délimiter les espaces. Tout un symbole.

Gil Roy

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

2 commentaires

  • Le-Bon-Sac.fr

    Et sans oublier tous les autres stands des sociétés françaises présentes habituellement sur Aéro Friedrishchafen depuis de nombreuses années : AirCourtage, AirMate, AirMillion, Béringer, Duc, Elixir, eProps, iAéro, LeBonSac by D’CLIC Aéro, Wingly, … et je suis désolé pour ceux que j’aurais honteusement oublié. Il est certain que les organisateurs de cet espace France chercheront à tous nous réunir pour 2021, dans la mesure de l’espace disponible. D’ailleurs, un autre projet de cet acabit est déjà en cours de réalisation. Ce serait donc bien de tous nous coordonner afin de faire briller la bannière bleu-blanc-rouge en pleine unité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.