Accueil » Airbus opte pour une motorisation hydrogène en pod 

Airbus opte pour une motorisation hydrogène en pod 
premium

Airbus révèle un des scénarios étudiés pour la propulsion zero-émission : la nacelle à hydrogène. Il s’agit de nacelles « autonomes » et aisément démontables comprenant un système propulsif électrique complet : le réservoir d’hydrogène cryogénique, le circuit/système carburant, la pile à combustible, la batterie, l’électronique de puissance et de contrôle, le moteur électrique, la gestion thermique de l’ensemble et l’hélice.

5.01.2021

Parmi les solutions proposées par Airbus pour sa démarche zéro-émission, ce concept de pod avec pile à combustible semble être celui dont les briques technologiques offrent déjà le plus haut degré de maturité. © Airbus

L'avantage du principe de pod mis en avant par Airbus porte sur les facilités de maintenance (hors avion) et la possibilité d’un échange standard, et probablement une simplification des interfaces. Toutefois, l’intérêt du projet réside principalement dans une mise en concurrence plus facile de plusieurs motorisations pour un même avion.

L’idée d’un quick-change pour faciliter le remplissage du réservoir semble plus difficile à projeter. Ce concept fait l’objet d’une série de brevets déposés en 2018 et n’est pas sans...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gilles Rosenberger

chez Aerobuzz.fr
Gilles Rosenberger se définit comme ingénieur (Socata, Aircelle, Safran, GECI-Skylander, Thales, Airbus-Voltair), pilote (aile delta, planeur et avion monomoteur) et entrepreneur. Il a découvert la propulsion électrique avec son implication dans le projet eFAN d'Airbus. En 2018, avec 5 autres spécialistes issus de Safran, Boeing, Valeo ou, comme lui, d'Airbus, il fonde Faraday Aerospace, une start up dédiée à la propulsion électrique et hybride pour aéronefs certifiés.

10 commentaires

  • lavidurev

    Comme l ecrit l auteur il ne s agit que d un des scenaris a l etude envisage par Airbus.

  • stanloc

    Dans ces domaines touchant au réchauffement climatique, en particulier, il ne faut pas confondre les « effets d’annonce » que publient les acteurs majeurs du secteur (à destination des groupes de pression, des actionnaires et des hommes politiques) et que la presse grand public se fait l’écho, avec les publications scientifiques que l’on trouve dans des ouvrages spécialisés, publications que tout ingénieur de recherche a sous son coude et avec lesquelles il travaille en fonction de ses crédits alloués pour faire avancer la Recherche dans la bonne direction.
    Les piles à combustible sont issues de travaux scientifiques extrêmement anciens (deux siècles environ) et tout comme les accumulateurs ont attendu qu’on ait vraiment besoin de les faire progresser. La difficulté c’est que l’on veut des solutions tout de suite et donc les exemples que l’on utilise sont basés sur les solutions actuelles les plus avancées, MAIS beaucoup d’autres voies existent.
    Une des difficultés dans la recherche scientifique c’est de faire le tri dans toutes les idées publiées pour savoir qu’est ce qui est plausible mais qui nécessite des moyens énormes pour les faire aboutir, les idées qui ne mènent à rien et les idées qui ont de l’avenir.
    L’accumulateur sodium/souffre a porté de grands espoirs alors qu’il y a fallu résoudre des problèmes technologiques ardus pour arriver à le construire.
    Depuis la nuit des temps on sait grâce à la théorie qu’il est possible de faire certaines choses mais pour cela il faut qu’un contexte extrêmement large au niveau de la technologie soit là pour entourer la réalisation.
    Un excellent exemple c’est la fibre optique dont le principe est connu des fontainiers depuis qu’ils savent faire des « fontaines lumineuses » mais pour faire un verre transparent sur des épaisseurs de dizaines de km c’est une autre histoire. Comment faire un verre d’une telle pureté ?

  • Carbet

    Bonjour à tous

    Avez vous regardé la durée de vie des piles à combustible industrielles et leur fiabilité ???
    Pas le top !
    Leur prix est à la hauteur des espérances mises en elles depuis plus d’un demi siècle sans applications pratiques et sans beaucoup d’espoir d’une baisse du cours du platine qui malgré des recherches sur un substitut possible , est le seul en lisse .
    Oublions les réserves mondiales de ce métal qui seraient insuffisantes pour une large diffusion……?
    Ce qui est le cas de beaucoup des métaux utilisés dans des technologies « nouvelles » vieilles d’un demi siècle et plus .
    Salutations

  • Michael

    Le principal probleme de l’hydrogene est son bilan carbone catastrophique. On rejete autant de CO2 pour en produire que pour bruler du methane.
    Retour a la case depart.
    Il y a bien sur la couteuse filiere electrolyse mais qui n’offre un bilan carbone satisfaisant que si on utilise de l’electricite d’origine nucleaire.
    Tant que le probleme de production ne sera pas resolu , cette technologie avide de subventions publiques, comme les avions electriques, restera une curiosite de foire.

    • Gilbert PETIT

      Je pense que si on ne tente rien pour pouvoir évoluer comme les débuts de l’Aviation; nous n’avancerons pas……
      Je reste sensible à la production carbone pour réaliser ses produits nouveaux!…..
      Quant aux subventions publiques, si elle sont judicieusement réparties, c’est bien mais…..

  • Robert Le Borgne
    Robert Le Borgne

    Ca va dans le bon sens ! Je ne croirai à l’électricité pour propulser des avions, des bagnoles ou tout autre mobile que lorsqu’on en passera par une pile à combustible.

    • Fbs

      C’est bien mais je persiste à penser que des hydrocarbures de synthèse resteront la meilleure solution pour faire voler des avions en mode « zéro émissions ». On peut produire ces hydrocarbures avec de l’électricité « verte », au sol , c’est moins difficile que de faire voler une pile à combustible – cf par exemple le procédé mis en œuvre par Audi : audi-mediacenter.com/en/audi-e-fuels-243

    • LANCRENON

      Oui cela s’appelle le FUEL CELL c’est à dire la pile-carburant, c’est une pile à combustible très modernisée et dont le rendement a été fortement amélioré par rapport à celles que les USA ont envoyé dans l’espace (Gemini, Apollo, etc) dans les années 60.

    • Mh

      Vous avez tort pour les voitures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.