Accueil » Bombardier fait briller le Global 7500

Bombardier fait briller le Global 7500
premium

Les avions d’affaires constituent le dernier lien qui relie encore Bombardier à l’aviation. C’est aussi le seul gisement de profits dans un océan de pertes. Après la vente de ses trains à Alstom, la division avions d'affaires apparaît comme le dernier moyen de réussir le sauvetage du groupe industriel canadien. Bombardier est-il prêt à la céder au mieux disant ?

18.02.2020

Avion d'affaires, avion de record, avion superlatif… le Global 7500 (et ses déclinaisons 5500 et 6500). Pour combien de temps encore sera-t-il présent dans le catalogue de Bombardier ? © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Bombardier a perdu 1,61 milliards de dollars US en 2019, pour un chiffre d’affaires de 15,8 Md$. L’aviation qui représente la moitié de l’activité a permis de limiter les dégâts grâce à une croissance de 8,5% générée par les avions d’affaires[note]En 2019, Bombardier a livré 54 Global, 76 Challenger et 12 Learjet. [/note] et les services après-vente. « L’avion Global 7500, avion emblématique de sa catégorie, a atteint la pleine cadence de production. Avec l’augmentation des livraisons, l’avion Global 7500 devrait contribuer grandement à la croissance...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

  • François JOST

    Ben je crois que le choix de Bombardier est déjà fait.
    La vente du ferroviaire à Alstom est lancée, et Alain Bellemar le PDG, affirme se concentrer sur le secteur des avions d’affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.