Accueil » L’Auvergne-Rhône-Alpes en mission au salon Farnborough

L’Auvergne-Rhône-Alpes en mission au salon Farnborough

Pour la troisième fois consécutive, un groupe d’entreprises du cluster Aerospace Auvergne-Rhône-Alpes s’est rendu en prospection au salon aéronautique de Farnborough (16-22 juillet 2018). Pour ces dirigeants de PME, au-delà du Brexit, ce sont d’abord des contacts et des contrats qu’ils sont venus chercher outre Manche, en dépit d'un contexte incertain.

18.07.2018

L'Aerospace Cluster de la région Auvergne Rhône-Alpes a joué l'efficacité opérationnelle en affrétant un Embraer 135 pour faire l'aller-retour dans la journée entre Lyon et Farnborough. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Personne ne se fait d’illusion. Ce n’est évidemment pas à Farnborough que l’imbroglio Brexit va se régler. Compte tenu du contexte politique britannique, il est même probable que le salon ne se referme, le 22 juillet, sur plus encore de perplexité et d’inquiétude qu’il y en avait en suspend avant son ouverture, le 16. Bien que la Première ministre britannique promette une sortie en douceur, rien n’est moins sûr.

D’autres priorités avant le Brexit

« Il y a de vraies inquiétudes », reconnaît Frédéric Antras, l’animateur d’Aerospace Cluster Auvergne Rhône Alpes. Un peu plus tôt dans l’année, l’ambassade de Grande-Bretagne en France a tenu à rassurer les entreprises rhônalpines de l’aéronautique et du spatial en les invitant à une réunion d’information à Paris. En fait, tous les regards demeurent tournés du côté d’Airbus et chaque prise de parole de Tom Enders, le PDG du groupe, est analysée pour comprendre quelle dynamique va se mettre en place en Grande-Bretagne, explique-t-on du côté du cluster et de ses 210 membres.

Cette mission de prospection au salon aéronautique de Farnborough a été aussi une démonstration des atouts de l’aviation d’affaires et du fait qu’elle peut-être économiquement adaptée aux PME. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

La vingtaine de dirigeants d’entreprises qui a participé à la mission organisée par l’Aerospace Cluster ARA, le 17 juillet 2018, à Farnborough, ne semblait pas préoccupée outre mesure par le Brexit. Ce n’est pas le premier sujet qui revenait dans les conversations. En revanche, trouver le moyen d’obtenir un rendez-vous avec un acheteur, quand on est une petite entreprise, était la priorité pour beaucoup, en embarquant dans l’ERJ-135 de la Pan Européenne Air Service affrété par le cluster.

Rechercher les portes d’entrée

« Une mission comme celle-ci est une opportunité d’identifier des contacts en interne dans les groupes pour ensuite développer des relations », explique Stéphane Gehu de NSE, société de 700 salariés (dont 400 en France) dont le produit phare est la PCU (Power Control Unit) du 787 (240 boitiers par an fournis à Thales). Même stratégie pour Ludovic Gasne, de Think’Ax.

Lui aussi est à la recherche de portes d’entrée. A Farnborough, il a ciblé les motoristes : GE, Rolls-Royce, Pratt&Whitney, MTU, … Think’Ax (18 salariés, 1,3 M€ de CA en 2017, 2,5M€ de CA prévu en 2018) réalise, pour CFM, les aubes de fan du moteur CFM-56 et vient de décrocher la fourniture des bords d’attaque des aubes de fan des moteurs Leap.

Une prospection efficace au juste prix

Juste avant de faire le voyage de Farnborough, Ludovic Gasne a réceptionné une nouvelle machine pour usiner ces bords d’attaque. Un investissement de 2,5 M€. « Nous sommes encore trop petits pour exposer. Une mission comme celle-ci, avec sa logistique optimisée, nous permet de prospecter et de rencontrer des clients ». Le tout pour un budget sensiblement inférieur à 1.000 euros.« Une petite mission à petit budget », résume le patron de Think’Ax.

 

Le champion toute catégorie 2018 est peut-être David Perret de Eldec France, filiale du groupe américain Crane Aerospace and Electronics, avec ses produits propres (capteurs de proximités sur les portes et trappes, ainsi que système de jaugeur de liquide). Il a participé à toutes les missions du cluster Aerospace à Farnborough, et cette année, il a enchainé une dizaine de rendez-vous dans la journée. « C’est une excellente formule ».

Visiteurs plutôt qu’exposants

La plupart des entreprises qui ont participé à la mission « Farnborough 2018 », ont l’habitude d’exposer au salon du Bourget sur les 1.300 m2 du stand de la région Auvergne-Rhône-Alpes. A Farnborough, elles ont fait le choix d’être visiteuses, plutôt qu’exposantes.

Le GIFAS offre aussi la possibilité aux PME d’être présentes sur le salon de Farnborough en tant qu’exposantes. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

« Le salon du Bourget à sa dynamique particulière. Farnborough est un salon export plus difficile d’accès ». Un aller retour dans la journée au départ de Lyon-Bron permet d’optimiser le déplacement et de multiplier les rendez-vous. Si la région Auvergne-Rhône-Alpes ne compte pas d’intégrateur sur son territoire, en revanche, avec 350 entreprises industrielles (30.000 emplois et 3,3 Md€ de CA) elle est présente sur tous les secteurs, et sur tous les programmes aéronautiques et spatiaux. Le voyage de Farnborough est le moyen de le faire savoir.

Veille technologique

Didier Lathuille avait programmé des rendez-vous avec, notamment, quatre de ses clients. Lors des deux précédentes éditions du salon, sa jeune société (Lathuille Hudry, 80 salariés) spécialisée dans l’usinage de précision était exposante. Sa présence à Farnborough s’inscrivait alors dans une stratégie export visant le Royaume-Uni avec l’appui notamment, pendant quatre ans, de VIE (volontariat international en entreprise). Cette année, d’une certaine manière, il capitalise sur ses clients, et « en profite pour voir les tendances de fond » en matière d’innovation. « La fabrication additive est devenue omniprésente ». Une visite au salon qui s’inscrit dans une veille technologique.

En embarquant, à Farnborough, dans l’avion qui les ramenait à Lyon, ces dirigeants et cadres de PME étaient apparemment satisfaits de leur journée au salon. « Nos clients britanniques ont vu que nous nous étions déplacés, et c’est important », explique Didier Lathuille qui reconnaît aussi que depuis l’annonce du Brexit, les relations se sont un peu refroidies. « Le Brexit demeure une inconnue ». Pour sa part, Patrick Locatelli de Kalistrut Aerospace, ancienne filiale de SKF et filiale du groupe américain PCC Company depuis quatre ans, rappelle qu’ « Airbus a mis la pression sur les anglais ».

L’une des salles d’embarquement du FBO de TAG à Farnborough. n confort appréciable après une journée de salon. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Embarquement à Farnborough pour Lyon-Bron. 1h20 de temps de vol. Imbattable. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

La chute de la Livre sterling

Sa société qui emploie 210 salariés à Saint-Vallier (Drôme) est présente sur tous les programmes d’Airbus avec ses bielles de structure et ses bielles de commandes de vol. Elle est également fournisseur de Boeing et d’Embraer. Elle livre des équipementiers de rang 1. Avant le Brexit, le problème immédiat à résoudre par Kalistrut Aerospace est la baisse de cadence « attendue » de l’A380 et celle « subie » de l’A400M. L’impact est immédiat. Quant à sa maison-mère, « Notre groupe américain est plus concernés par les droits de douane imposés par l’administration Trump aux produits venant de Chine ».

D’ici le 29 mars 2019, jour couperet du Brexit, beaucoup de questions auront trouvé une réponse. Sans doute pas toutes. Mais comme le fait remarquer Frédéric Antras (Aerospace Cluster), la préoccupation actuelle des PME qui sont en affaires avec des entreprises britanniques se rapporte plus prosaïquement à l’impact du Brexit sur la parité Livre / Euro. C’est le sujet le plus important du moment. La baisse de la Livre, si elle se prolonge remettra inévitablement en question la compétitivité des sous-traitants français par rapport aux sous-traitants britanniques.

En réunissant dans sur un vol privé une vingtaine de dirigeants, le cluster joue l’effet réseau. « C’est un moyen de créer des échanges et d’amorcer des synergies par rapport au marché britannique », résume Frédéric Antras.

Gil Roy

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.