Accueil » Air France dans le trou

Air France dans le trou

Le rejet massif de la proposition de la direction par les salariés de la compagnie met au grand jour le profond malaise qui règne au sein d’Air France. Les syndicats jusqu’au-boutistes qui s’attendaient à être désavoués, par un « oui » massif, ne sortent pas vainqueurs pour autant de la consultation. Quant à la démission du PDG, ce n’est qu’un épiphénomène.

5.05.2018

Jean-Marc Janaillac ne sera resté que deux ans à la tête du groupe Air France-KLM. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Le résultat de la consultation lancée par Jean-Marc Janaillac, PDG d’Air France, rappelle évidemment la dernière campagne présidentielle placée sous le signe du « dégagisme ». En votant à 55,44% contre la proposition de leur PDG, les salariés ont clairement manifesté leur opposition, non seulement à ceux qui sont aux commandes de l’entreprise, mais aussi à ceux qui sont sensés parler en leur nom. Ce résultat a d’autant plus de signification que plus de 80% des 46.771 salariés se sont exprimés. Il est sans appel.

Une voix confisquée par les syndicats

Ce taux de participation élevé démontre une volonté forte des salariés de faire entendre leur voix confisquée par les syndicats depuis le début du conflit. Il faut en effet comparer ces 80,33% aux 21,5% de pilotes grévistes comptabilisés le 4 mai (15ème jour de grève), 17,1% d’hôtesses et stewards et 12,5% de personnels au sol. C’est comme si la base avait renvoyé dos à dos direction et syndicats. Dès lors se pose la question de la légitimité des acteurs du dialogue social au sein même de l’entreprise.

Après la claque que vient de se prendre J.M. Janaillac, ses lieutenants sont désarmés. Leurs jours sont comptés. Quant aux syndicats qui étaient opposés à cette consultation, ils ne peuvent évidemment pas récupérer le « non ». En annonçant deux nouveaux jours de grève, les 7 et 8 mai, ils persévèrent dans une stratégie soutenue uniquement par une minorité qui se replie sur elle-même.

Une entreprise comme les autres

Cette situation inattendue dans laquelle vient de sombrer Air France pourrait être lourde de conséquence. Pendant que les syndicats légitiment leurs revendications par les bénéfices réalisés lors des exercices antérieurs, la conjoncture économique du transport aérien donne d’inquiétants signes de retournement. Si le prix du carburant continue de remonter, la faible marge qu’a réussi à dégager Air France risque de fondre. Elle a déjà été gravement entamée par la grève qui selon la direction de la compagnie aurait déjà coûté 300 millions d’euros.

Du côté de l’Elysée, des voix rappellent qu’Air France n’est pas la SNCF, et que bien que l’Etat possède encore 15% du capital, elle est une compagnie comme une autre. Ces mêmes voix laissent entendre que le cas d’Air France doit être traité comme celui d’une entreprise privée en difficulté sur un marché où la concurrence est sans pitié.

Accepter d’envisager la faillite d’Air France, peut permettre de poser enfin le problème de manière pragmatique. C’est sans doute aussi le meilleur moyen d’éviter le pire. On n’en est pas encore là et les semaines à venir risquent de nous offrir un spectacle désolant.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

40 commentaires

  • JoJo

    La problématique de base est qu’il faudrait tous les mettre dans un sac et taper fortement dessus.

    Je suis principalement du type a blâmer les syndicalistes et leurs attitude jusqu’au bout’iste. Mais lorsqu’une société va pas bien, le comité exécutif devrait apprendre a faire profil bas. Avoir un peu de pudeur, car on ne peut pas dire a ses employés qu’une hausse de salaire de 6% n’est pas possible alors qu’ils s’attribuent a eux-mêmes des augmentations de 17.6% ( http://urlz.fr/75xL ).

  • Gérard GELAY

    Je suis d’accord avec Duvivier,
    j’ai eu comme voisin de palier et ami, un contrôleur à Athis Mons, qui m’a invité a venir le voir un soir, mais seulement après le grand rush, à 20 heures, dans les années 80.
    Il a été par la suite deux fois champion du monde de Planeur.
    C’était l’époque des scopes mono colore et il était deux, un qui parlait, un autre qui surveillait la situation.
    La hantise permanente, était qu’un pilote maîtrisant mal l’anglais, accapare la fréquence et qu’entre temps la situation toujours très serrée, ne se dégrade jusqu’à un possible air prox.
    C’était également la Hantise de sa Femme qui appréhendait toujours ses jours de travail.
    De plus l’ordinateur, reportant la fiche avion près du point radar, tombait quelque fois en panne, il fallait donc avec son assistant, qu’il ait dans sa tête, en permanence, pour chaque point radar, le souvenir de l’indicatif avion.
    Les pilotes était-il au courant de cette situation et que leur sécurité dépendait bien de l’activité cérébrale continu et performante des contrôleurs.
    Bien sur, comme dans chaque administration, il y avait, la CGT ou syndicat similaire faisant du jusqu’auboutisme, un sport national chez ceux qui ont l’emploi à vie et la retraite idoine, mais cela on le doit aux énarques !!

  • Herk21

    Un pilote français d’une compagnie de la constellation de British Airways me disait dernièrement: « Tant que les pilotes d’Air France sont a 100, nous serons a 80, si ils tombent a 80 nous tomberons aussi a 60 donc je suis a 100% avec eux, qu’ils gardent leurs avantages! »
    La nouvelle politique: designer des coupables pour pouvoir rogner leurs petits avantages (Air France, SNCF …) et tout niveler par le bas. C’est vrai qu’au Bangladesh ils ont pas tout ça alors pourquoi ne pas s’aligner sur eux?
    Les soi disant « reformes » ne sont qu’en fait un grand retour en arrière, et bientôt les retraites (un retraité n’est pas productif il est donc une charge pour la société, rationalisons tout ça et supprimons les retraites), la Secu (pourquoi payer pour les maladies des autres?) et bien sur les congés payés (5 semaines!!! c’est énorme, 2 semaines se serai déjà plus qu’en Asie!)

  • Et bien dites donc, les anti syndicalistes vous donnez du museau ! Ceux qui dans leur vie n’ont pas souvent soutenu une gréve, vous aurez très modestement participé par la « bouche », à la chute d’AF. Mais si c’est fait, qui allez vous attaquer en suite ? C’est vrai que l’anti syndicalisme, c’est un métier, vous trouverez bien qq chose pour exprimer votre psychose !

    • Pilotaillon, adepte des nouveaux modèles économiques

      Le syndicalisme de proposition, d’expertise, de co-gestion de l’évolution des modèles est absolument INDISPENSABLE à toutes sociétés modenes.
      Reprenez l’histoire de Lego, qui un temps a été en difficulté. Les salariés ont non seulement contribué à la résolution de la question du positionnement de la marque, mais ces représentants sont restés en permanence présents pour renforcer / préserver l’écosystème.
      Nous en avons les résultats aujourd’hui.
      Alors, comment revenir à du gagnant gagnant chez AF, en ayant des représentants en phase avec la réalité de l’entreprise, avec une véritable expérience et en capacité d’apréhender tous les aspects techniques et moraux, avec le point de vue des salariés ?
      La situation dégradée, arrive aujourd’hui au dela de toute raison, crée des tensions qui impacte l’ensemble de l’économie.
      Personne ne souhaite être spectateur de ce type de naufrage, qui donne une image très rétrograde de la France.
      Comment arrêter les simplifications manipulatrices ? Les postures ?

    • Duvivier

      Profession de santé exerçant en libéral,ayant travaillé 18 ans en milieu hospitalier,nous sommes parfois syndiqués,mais nous ne pouvons faire grève.dans certain cas nous pouvons être réquisitionnés sur ordre préfectoral.
      Nos mouvements de grève se limitent au port d’un brassard.
      Ne vous étonnez pas de l’etat De notre système hospitalier.
      Pour le libéral médical,sans assurance pour nos arrêts maladie ,c’est 90 jours de carence.on a le droit de mourir mais pas d’être malade Nous réalisons tous des semaines de 50 à 70 heures parfois jusqu’à 80 pour certain de mes. Confrères

  • Payre

    Attention… Ils sont censés (faire ceci ou cela). C’est bien le problème qu’ils ne sont pas sensés (ha !)…
    Henri

  • Stormy

    Rappelez-vous il y a quinze ans, l’agonie d’AOM-Air Liberté qui a durė des années…. et comme on nous a cassé les pieds avec ça. Rappelez-vous de la SNCM, du paquebot France et de tous ces syndicalos rigolards, qui font d’autant plus les malins qu’une fois la boite coulée, ils ont tous près de deux ans de salaires qui vont tomber comme ça, sans rien faire (vous imaginez ce que ça fait, surtout chez les pilotes ? et si on retrouve du travail à l’étranger, on ne le signale pas, comme ça on continue à toucher les Assedic – n’est-ce pas, messieurs et mesdames d’Emirates ou d’Etihad ?)
    Qu’on en finisse !
    Qui a eu l’idée de mettre le mot « France » dans cette compagnie que tous les Français détestent désormais ? Sans cela, cela serait si facile d’arrêter les frais (et franchement, ryaniar, easyjet, volotea pour l’intérieur et l’européen, Emirates pour le long courrier, ça le ferait aussi bien…

    • Herk21

      Vous connaissez le conditions de travail chez ryanair, volotea ou emirates? Si c’est le standard que vous souhaitez pour notre société, ce n’est pas le mien. Les syndicats ne sont certes pas parfait, il y a évidement des abus mais au moins ils protègent un minimum ceux qui travaillent. Chez volotea un FO sortie d’école est embauché avec un « salaire » moins important qu’une femme de ménage. Chez emirates et ses consœur du golf, les pilotes reviennent vers des pays ou les conditions sont meilleurs … surement pas sans raison.
      Chez Air France, la direction peut se permettre des augmentations de salaire énormes mais pour le reste des personnels, on ne laisse que des miettes? Je précise que je ne suis pas chez Air France.

      • Duvivier

        Vous connaissez les conditions de travail des libéraux.
        Vous allez doucement y être confronté un jour ou l’autre avec la pénurie grandissante de médecins

      • Stormy

        En fait on s’en fiche des conditions des pilotes, le but de l’industrie n’est pas de leur accorder des conditions grassouillettes, mais de transporter des passagers dans les meilleures conditions. Tout simplement.

  • Thierry Paris

    Pourquoi mon message n’est il pas passé?
    Y a t’il quelque chose de non correct dans ce que j’ai écrit ?

  • HeliHenri

    Sur le site Air France rubrique « être pilote de ligne à Air France » :
    « Les pilotes Air France assurent leur mission avec le plus haut niveau de sécurité des vols, d’expertise technique et le souci permanent de la satisfaction de nos clients. Être pilote Air France, c’est ainsi contribuer à gagner leur confiance et préférence pour Air France ».

    Effectivement, il a une vraie divergence de fond entre la vision de la direction reflétée dans ce texte et la réalité exprimée par les actes des pilotes. C’est dommage mais chacun est libre de ses choix.

  • Thierry Paris

    Janaillac croyait, comme le gouvernement d’aileurs que la réponse au référendum serait oui. Ils se sont trompés. Ce n’est pas parce qu’il y’a peu de grévistes que les personnels étaient d’accord avec la direction. J’ai croisé des mécanos et des personnels sol qui ne faisaient pas grève parce qu’il fallait payer la soupe de tous les jours et faire vivre une famille.
    Les Pilotes ont peut être été moteur dans le conflit. Pourquoi pas? N’ont ils pas droit comme les autres au partage du fruit de leur travail? La direction s’est bien octroyée 17% d’augmentation sur le fruit du travail des autres.
    L’etat dit qu’Air France est une compagnie privée comme une autre, mais c’est faux. Si c’etait Vrai, pourquoi aurions nous un énarque qui n’y connaît rien dans l’aérien comme Président? Pourquoi l’état a t’il fait une augmentation de capital pour avoir un droit de vote double?
    Monsieur Gateau DRH de l’entreprise, chargé de mission auprès du gouvernement pour changer les relations sociales dans les grands groupes aurait dû profiter de son poste à Air France pour s’occuper un peu mieux de sa tâche. On ne fait des relations sociales en montant les employés les uns contre les autres en refusant de tenir des négociations dignes de ce nom. Mettre sur la table des propositions qui n’ont rien à voir avec les demandes n’est pas d’une intelligence démesurée. Laisser perdre plus de 300 millions d’euros pour ne pas mettre ne serait ce que 150 millions et avoir des personnels satisfaits. Il suffisait de couper la poire en deux.
    Enfin, pour ceux qui ont oublié ou qui ne le savent pas, les Pilotes ont en gros 5% du capital d’Air France , ce qui les placent en 4ème où 5ème position dans l’actionnariat n’ont pas envie de voir leur boîte couler.
    Et pour finir, les Pilotes en ont marre de se faire cracher dessus par des jaloux qui leurs reprochent leurs salaires. Je ne cesserai de répéter qu’ils font un job ouvert à tous, que ce soit par la filiaire ENAC, les cadets, l’armee, ou les pilotes professionnels. Il suffit juste de travailler uu peu, passer les concours ou s’endetter.
    Un pilote non gréviste qui pense à ses stagiaires et qui a voté NON.

    • Duvivier

      Et ne pas voir de problèmes physiques :une vue qui n’st Pas assez bonne:c’est le cas d’ un bon nombre dont malheureusement je fais parti. L’armée de l’air n’a même pas voulu de’ mes services :Y5
      Pensez à ceux pou qui ce métier restera un rêve de gosse

    • Stormy

       » Il suffit juste de ….. s’endetter  » ? !!!!!!!!!!!!!!!!!!
      C’est une blague ? il suffit en faire d’avoir des parents qui ont de l’argent, même si soi-même on n’est pas une lumière – ce qui explique la proportion d’abrutis satisfaits et repus que l’on trouve dans les cockpits civils ….

  • Frederic

    Non mais quelle blague, 3300 pilotes pour 210 avions ! : 8 fois plus d’équipages que d’avions !!!
    Salaire moyen pour un copilote 9000 Euros/mois et 15000 euros/mois pour un commandant de bord juste pour appuyer sur quelque boutons à mi-temps.
    Ils sont vraiment très (trop) bien payés.
    La solution de bons sens pour sauver Air France: en licencier la moitié
    Fred

  • philippe Darroux

    Ou est la representativite du personnel qui vote a 14% pour les dechireures de chemises….Les employes d´Air France doivent sauver leur Compagnie et surtout pas laisser a l´etat francais la catastrophe d´Administrer une Societe Privee!

    • Duvivier

      Demandez à Melenchon s’il veut bien la diriger.Il est en tête des grévistes
      Super bon test pour lui,un petit galop d’essais
      What else !

  • MICHEL

    Il est plus que temps que cette société disparaisse.
    Le mot France, associé au patronyme de cette calamité médiatique, est une insulte à toutes les sociétés (dirigeants et employés) qui font tout leur possible pour promouvoir le made in France à l’étranger.
    Laissons la place à une nouvelle société, avec des employés conscients de leur valeur et de leurs responsabilités.
    Un ancien carte Gold Air France

  • michel

    Toujours ce « air france bashing »… Quand Ryanair a annulé sans excuses ni dédommagements, un nombre considérable de vols par manque de pilotes, les mêmes franchouillards qui bavent sur LEUR compagnie ont juste dit « Ah, oui, tiens..? »
    Quand les pilotes KLM se payent un plan retraite de ministres (tiens, d’ailleurs, quid des somptueux avantages de nos élus ? macron devait pas réformer ça ?) sur le dos du groupe, idem.
    Quand les pilotes lufthansa font grève pour une augmentation à 2 chiffres et l’obtiennent, idem.
    Passons sur l’anti-communiste atteint par Alzheimer, mais quand l’un de vos intervenants dit d’air france que c’est la pire compagnie française, il a raison car c’est la seule de taille internationale !
    Si air france, qui paie toutes les taxes de notre état (même les spécifiques uniquement françaises) se cassera la figure, il n’y aura plus que des compagnies étrangère dans le ciel de France, faisant transiter leur superbes profits par malte, guernesey, le luxembourg ou Dublin.
    Le plus amusant, c’est que, compte-tenu du manque de pilotes, les avions étrangers seront pilotés par des anciens d’air france ! Pour le même salaire ! Avec juste leurs avantages somptuaires en moins.
    Moi qui suis mécano au sol dans la compagnie, près de la retraite, faut pas que je laisse tomber ma licence AESA: quand les fanatiques du libéralisme au pouvoir auront fini le travail de woerth et fillon sur les retraites en les réduisant à un nombre de points égaux pour tous mais ne valant rien puisque plus d’entreprises françaises donc plus de cotisants, je serai peut-être comptant de reprendre du service dans le golfe !

  • yankee lima

    Je sens qu’on va rappeler Louis gallois!

  • Gérard GELAY

    La CGT, toujours courroie de transmissions du dernier parti communiste en Occident va pouvoir afficher dans son monument aux mort qui trône à son entrée, Air Chance après en autre Le Paquebot France et bien d’autres trophées.
    Il est temps que le Gouvernement enregistre « Air France » afin de l’accorder à une nouvelle compagnie qui émergera de la faillite inévitable maintenant, d’Air Chance qui rappelons le, a déjà été recapitalisé pour éviter sa faillite a hauteur de 20 milliard de francs et le contribuable Français n’a pas reçu rapidement sa carte Flying Blue !!.
    Si j’étais pilote d’Air Chance au lieu de me la pêter Kéké, je me cacherai dans un trou de souris après le Rio Paris ou ma entrainer le SNPL qui a force ne vouloir que du sang pur, que de l’Enac a produit que des pousses manettes incapables de faire voler un avion qui volait encore, avec les reste d’instrument qui restait.
    Pas sur que les Pipi d’Air Chance retrouvent facilement du boulot avec l’évoqué précèdent et tous les pilotes des compagnies Low Cost qui vont émerger sur le marché !!

    • BIB57

      La paranoïa anticommuniste est quelque peu anachronique, 30 ans après la chute du Mur! Pour votre info le SNPL (un syndicat « corpo ») n’a rien à voir avec la CGT qui a fait seulement 14% des voix aux dernières élections professionnelles à Air France….
      Il va falloir trouver un nouveau bouc émissaire!
      Quant aux 25 milliards de francs dont on nous rebat les oreilles depuis 25 ans, ils représentent donc depuis lors environ 120M€/an, soit moins de 0,01% du CA de la compagnie…

      • precesseur

        C’est pas au chiffre d’affaire, c’est au bénéfice qu’il faut rapporter les aides, surtout dans l’ aéronautque avec son capital fixe (et donc son Chiffre d’Affaire) g.i.g.a.n.t.e.s.que. Par comparaison 120 millions d’euros c’est tout de même (au doigt mouiilé) un mois de grêve du SNPL par an. Ceci est-il une corrélation?
        Il y a beaucoup d’industries qui aimeraient recevoir gratis 120 millions d’euros par an de l’état.

    • Fausto

      Peu pas mieux dire !

  • Pilotaillon

    Nous ne pouvons que nous répéter : les syndicats devraient être des experts de leur entreprise et qu’ils pourraient légitimement revendiquer la moitié des gains de performances obtenus par leur pro-activité. Ce serait du gagnant / gagnant. Personne n’y verrait à redire.
    Au lieu de cela, ces corps intermédaires minoritaires sont en embuscade et sautent sur le premier signe encourageant pour appeller à plus de salaire et d’avantages…
    Effectivement, il serait intéressant de voir comment toutes ces chemises blanches péremptoires et aujourd’hui en grève, se débrouillent en tant que responsables directs face aux pax et à la gestion d’une grande boite (par la taille).
    Juste pour l’exemple, chiche !

    • jean-Claude

      Pas chiche SVP. Tout le monde se souvient de Jean Charles Courbet qui a coulé Air Lib. Pilote et mauvais gestionnaire. Chacun sa place pour le bien de tous.
      C’est la cogestion qui tue AF.

    • Bayard

      Sans doute bien mieux qu’un énarque.
      D’ailleurs il ne vous à pas échappé que les deux compagnies les plus rentables d’Europe sont dirigées par un ancien pilote de la compagnie (BA et Lufthansa).
      Le CE des navigants à AF est géré par des pilotes et PNC et redistribue 90% de ce qu’il reçoit. C’est un exemple de bonne gestion. ( ne pas confondre avec le CCE AF géré par la CGT : là c’est la cata).

  • Jean-Marie

    « Air France » donne trop souvent l’image d’un assemblage de corporatismes sans esprit de corps entraînant le groupe vers le déclin pour ne pas dire plus. Quelle désolation que cette compagnie utilise le mot « France » dans sa raison sociale.

  • Bruno

    chiffres approximatifs:
    40.000 salariés, dont 3700 pilotes.
    80% de participation: 32.000 votes.
    55% de non: 17600, 45% de oui: 14400, soit un écart de 3200…
    Avec ces chiffres, comment peut-on écrire que les pilotes seraient seuls responsables de cette situation?
    C’est ce qu’aime à rappeler la direction d’Air France, mais c’est une insulte faite aux 36.300 autres salariés de la compagnie que de les oublier…

  • alkan

    La décision de Mr Janaillac est hautement compréhensible. Qui à sa place ne serait pas découragé ?
    Il est temps d’en finir. Cette compagnie, par la faute de ses salariés ( pas tous, certes, mais beaucoup…) et à commencer par celle de ses pilotes, est, et depuis longtemps, la brebis galeuse du transport aérien français. Elle doit disparaitre.

  • Arès

    Messieurs et Dames du SNPL, c’est le bon moment pour se lancer:
    https://www.lenouveleconomiste.fr/lesdossiers/la-reprise-dentreprise-par-les-salaries-14521/
    Faites nous voir que vous l’aimez cette Compagnie. A vos portefeuilles, et prévoyez plusieurs maillots de corps, parce qu’il va falloir transpirer. Vous allez découvrir le bonheur d’être calife à la place du calife.

  • eric

    Bien sur on pourra toujours dire que les dirigeants d’AF sont tous nuls et ne savent pas négocier… sauf qu’à bien y regarder leurs CV on se ment.

    A ce stade une procédure de sauvegarde (Chapter 11) serait la meilleure chose que pourrait décider le conseil d’administration d’AF …. tant d’années perdues à regarder les concurrents manger dans le jardin d’AF.

    • Bayard

      Pourquoi voulez vous une procédure style chapitre 11. AF est deux fois moins endettée que KLM. Si les résultats étaient publiés avec les charges de KLM, ils seraient parmi les meilleurs en Europe.
      Enfin et c’est une déduction personnelle, je pense que les PNT ont voté oui à 70% environ. Les seuls pilotes ne sont pas en jeu dans cette histoire.
      Si les politiques ne préféraient pas détourner l’attention sur leur gestion calamiteuse en jetant sans arrêt les pilotes à la vindicte populaire, on avanceraient peut être.

  • Regimbau

    Grève des passagers qui réclament la même baisse des tarifs que l’augmentation des
    pilotes: -6%.

    • HG

      Greves des passagers, mais bien sur!
      j’ai commencé cette grève depuis 4 ans et ne vole plus qu’ avec Lufthansa/Swiss/Austrian et, localement en Asie, avec les autres membres de Star Alliance. Idem pour l’Amérique latine…
      il me reste encore la plaie des contrôleurs aériens français, une autre caste de pantouflars…..

      • Duvivier

        A non ,je ne suis pas d’accord ce métier est certainement un de ses plus stressant.ils méritent leur salaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *