Accueil » L’A321XLR la nouvelle arme fatale d’Airbus

L’A321XLR la nouvelle arme fatale d’Airbus
premium

La commande ferme de 50 A321XLR passée par United Airlines pour remplacer ses vieux 757-200 sur l’Atlantique nord est un nouveau coup dur porté à Boeing incapable de proposer une alternative.

4.12.2019

Le succès de l'A321XLR et plus globalement de l'A320neo, n'encourage sûrement pas Airbus à se lancer résolument dans le développement de l'avion du futur dont le transport aérien aura besoin pour tenir ses engagements environnementaux. © Airbus

Boeing avait une offre dans ses cartons et se préparait à la dégainer quand le problème du 737MAX lui a explosé à la face. Le constructeur américain s’apprêtait en effet à dévoiler son NMA ou « New Model Aircraft » avec la ferme intention de prendre de court Airbus et de rafler la mise sur le « Middle of the Market » ou MoM, un segment occupé par les vieux 757 et 767. C’était sans compter sur les failles du MCAS entrainant deux accidents...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

  Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

  • chorus2a@gmail.com

    A ce propos, j’aimerais bien connaitre les perfs du 321 XLR… Question longueur de piste nécessaire à MTOW, par exemple, ainsi que le plafond en début de vol. Quelqu’un a des infos ?

  • Fbs

    Boeing est dans une sale situation. Ils ont a financer un programme « MOM », et clairement, il faudrait refaire le 737 de zero, le max est une impasse et de toutes facons en fin de vie. Mais avec 10 milliards de moins dans la caisse, ca va être coton.
    Coté Airbus, ils vont engranger avec le 321XLR, mais lui aussi est en bout d’évolution. Je ne pense pas raisonnable de sortir une version encore plus lourde et allongée. Bref, il faut rapidement qu’ils planchent sur un vrai « MOM » qui irait éventuellement chatouiller le 787, histoire de combler le trou dans la gamme, puisque l’A330 est un peu trop gros et trop vieux pour ce segment..
    Maintenant, vont-ils y aller « conventionnel », ou sont-ils prêts à faire de l’innovation de rupture comme cela a été le cas pour le 320 ?…. Je pense au concept de l’aile volante qui ne fonctionne qu’a partir d’une certaine taille (une aile ayant une épaisseur au centre d’au moins 2 mètres..)

  • chorus2a@gmail.com

    C’était assez prévisible… Je suppose que Boeing devait compter sur le Max 10 pour remplacer le 757… Pour le 767, c’était déja fait avec le 787. Mais il faudrait éviter de croire qu’ils vont rester les bras croisés. La meilleure défense, c’est l’attaque, et ils le savent. Dès que les problèmes du max seront colmatés, ils vont probablement plancher sur le MOM, sans doute avec un avion en composite. Restera à le motoriser, et le plus gros problème viendra sans doute de là. Le Leap vient de sortir, et on peut supposer que l’apparition de son successeur n’est pas pour demain, d’autant plus que le Leap 1B connait quelques problèmes… Rolls peut être?
    En proposant un avion idéal pour le point à point transatlantique, Airbus a rectifié l' »erreur » 380. Avec un produit complètement différent, mais parfaitement adapté au marché. Et qui n’a pas fini de se vendre.
    A condition, bien sûr, que Boeing ne pratique pas une politique extrêmement agressive sur les tarifs du MAX, et des délais de livraison beaucoup plus courts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.