Accueil » Le terminal low cost de Bordeaux s’appellera… « billi »

Le terminal low cost de Bordeaux s’appellera… « billi »

Bordeaux-Mérignac est le troisième aéroport français à se doter d’un terminal low cost. Il ouvrira en mai 2010. Ryanair sera la première compagnie à s’y installer.

25.11.2009

A Marseille, le terminal low cost a été baptisé « MP2 » pour « Marseille Provence 2 » puisqu’il est la seconde aérogare mise en service. Lyon a fait encore plus simple en appelant le sien, « T3 ». Bordeaux a choisi de se distinguer en baptisant le sien « billi » par contraction de « Bordeaux Illico ». Un peu tiré par les cheveux… « billi » est aussi la première aérogare dédiée au trafic low cost construit...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

Un commentaire

  • chrisly

    Le terminal low cost de Bordeaux s’appellera… « billi »
    Billi ? Kesaco ? Vous avez tout-à-fait raison, Gil Roy… Cette appellation est du « pur français d’agence de pub », totalement déconnectée du monde aéroportuaire. Pourquoi les bordelais n’ont-ils pas tout simplement appelé cette aérogare Hall C ? On aurait été plus près du C de low-Cost… si vraiment on souhaitait rappeler au voyageur qu’il entre dans une aérogare « bas de gamme »… Et il n’aurait pas été obligé, en arrivant à l’aéroport, d’ « interpréter » ce sigle totalement abscons… Ce même voyageur a besoin, dans un univers qu’il fréquente parfois très peu, d’être orienté de façon rapide, simple et claire… on en est loin, avec ce Billi ! Peut-être les responsables vont-ils redescendre sur Terre, et se rendre compte qu’ils ont fichu l’argent des contribuables par les fenêtres en confiant à des créatifs (!) une réflexion absolument inutile : aux Pays-Bas, en Grande-bretagne, en Allemagne, et ailleurs dans le monde, nul besoin d’inventer des noms à dormir debout : les aérogares ont des numéros, des lettres, un point c’est tout . Quand cet esprit cartésien (celui-ci ne serait donc pas une spécialité hexagonale ? ) va-t-il imprégner les esprits de ces « hommes de pub » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.