Accueil » Les compagnies aériennes devraient perdre 52 milliards de dollars en 2021

Les compagnies aériennes devraient perdre 52 milliards de dollars en 2021

L'Association internationale du transport aérien (IATA) prévoit que les pertes des compagnies aériennes devraient atteindre 51,8 milliards de dollars en 2021. Entre 2020 et 2022, l’addition devrait s’élever à plus de 200 milliards de dollars pour le transport aérien mondial.

4.10.2021

Le nombre total de passagers aériens devrait atteindre 2,3 milliards en 2021, loin des 4,5 milliards de 2019. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Bien évidemment, le conditionnel est de mise. Personne n’a oublié l’euphorie dans laquelle baignait le transport aérien jusque fin 2019. Pour ceux qui auraient un trou de mémoire, Aerobuzz.fr est là pour rafraîchir les mémoires. Bien sûr, il y avait l’affaire du Boeing 737 MAX qui mettait en difficulté de nombreuses grandes compagnies aériennes. Ajouté à cela un ralentissement de la croissance de l’économie mondiale.

En décembre 2019, ces vents contraires n’entamaient pas la confiance des analystes d’IATA qui tablaient sur 29,3 milliards de dollars de bénéfices nets en 2020, en hausse par rapport aux bénéfices nets de 25,9 Md$ prévus alors pour 2019. « Si cela s’avère, 2020 sera pour l’industrie une 11e année consécutive dont le bilan sera rédigé à l’encre noire. », prenaient-ils le risque d’ajouter…

Au final, en février 2020, moins de trois mois plus tard, IATA affirmait que 2020 aura été « la pire année de l’histoire pour la demande de voyages aériens » avec une baisse de 65,9%. Les compagnies ont cumulé 126,4 Md$ de pertes nettes. Le 4 octobre 2021, en ouverture de son congrès annuel, l’association internationale annonce 51,8 Md$ de pertes nettes pour 2021 (elle estimait la perte à 47,7 Md$ en avril 2021) et 11,6 Md$ en 2022.

En les additionnant, les pertes totales du secteur en 2020-2022 devraient atteindre 201 milliards de dollars. La demande (mesurée en RPK) devrait s’établir à 40 % des niveaux de 2019 en 2021, puis à 61 % en 2022. Le nombre total de passagers devrait atteindre 2,3 milliards en 2021. Il passera à 3,4 milliards en 2022, ce qui est similaire aux niveaux de 2014 et nettement inférieur aux 4,5 milliards de voyageurs de 2019. En revanche, le fret poursuit sa croissance avec une demande en 2021 de 7,9 % supérieure aux niveaux de 2019. La hausse pourrait atteindre +13,2 % en 2022, par rapport à 2019.

Pas de retour à la normale pour le trafic aérien en Europe avant 2025

« Nous avons largement dépassé le point le plus profond de la crise. Bien que de graves problèmes subsistent, la voie de la reprise se dessine. L’aviation démontre une fois de plus sa résilience« , a déclaré Willie Walsh, directeur général de l’IATA. « Les gens n’ont pas perdu leur envie de voyager, comme le montre la solide résilience du marché intérieur. Mais ils sont freinés dans leurs déplacements internationaux par les restrictions, l’incertitude et la complexité. »

IATA plaident pour une réouverture rapide des frontières. Elle appelle les gouvernements à plus de pragmatisme. Le transport aérien a reçu 110 Md$ d’aides, qu’il devra en partie rembourser dans les années à venir. A cela s’ajoutent les emprunts. Seule certitude, le secteur sortira de cette crise fortement endetté.

Gil Roy

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.