Accueil » Bertrand Joab-Cornu : Wingly Pro, du coavionnage au transport public

Bertrand Joab-Cornu : Wingly Pro, du coavionnage au transport public

Wingly, la première plate-forme de partage de vols en Europe, lance une nouvelle offre destinée non plus aux pilotes privés mais aux opérateurs professionnels de l’aviation générale. Le numéro 1 du coavionnage, met l’économie collaborative à la portée des sociétés d’avion-taxi, des opérateurs d’hélicoptères et des écoles professionnelles de pilotage (ATO).

16.06.2020

On a reproché à Wingly d’encourager le transport public illégal sous couvert de coavionnage. Il lui a fallu convaincre de ses bonnes intentions, et démontrer la fiabilité de ses outils. Cela lui a pris plusieurs années pour obtenir, non seulement le feu vert, mais également l’adhésion de l’EASA d’abord, de la DGAC ensuite et de la FFA enfin. Aujourd’hui, les vols à frais partagés, très encadrés, sont un succès. Wingly revendique plus de 30.000 passagers et 300.000 utilisateurs dont 20.000 pilotes...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

2 commentaires

  • Nicolas Bru

    QUID de leur principal concurrent COAVMI? Sont-ils dans le sillage de WINGLY pour ce nouveau service?

  • taratata

    C’est une très bonne nouvelle. J’ai toujours soutenu le partage de frais pour les PPL, véritable machine à améliorer la sécurité par une activité accrue des privés.
    Wingly a du tenir vent debout contre tout ceux qui les prennaient pour le diable, fossoyeur des petites compagnies. Et aujourd’hui ? La survie de ces mêmes compagnies fragiles pourraient dépendre de cette bande de jeune, amoureux de l’aviation générale qui ont tenu tête en croyant à leur projet ! Bravo à eux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.