Accueil » L’avion solaire stratosphérique SolarStratos dévoilé à Payerne

L’avion solaire stratosphérique SolarStratos dévoilé à Payerne

Raphaël Domjan envisage de voler dans la stratosphère avec son avion solaire SolarStratos, en 2018. © Zeppelin / Solar Stratos

Les suisses seraient-ils attirés par l’astre solaire ? Alors que Bertrand Piccard et André Borschberg ont regagné leurs pénates helvètes après leur tour du monde à l’énergie solaire, Raphaël Domjan vise la stratosphère en utilisant la même source d’énergie que ses deux illustres compatriotes. Il vient de dévoiler son avion SolarStratos, à Payerne, sur l’aérodrome d’où Solar Impulse a pris son envol, en 2010.

Pour sa part Rapahël Domjan prévoit que le roulage, les premiers « touch and go » et les premiers vols tests se dérouleront dès février 2017. Les premiers vols à moyenne altitude devraient être possibles à partir de l’été 2017, et les premiers vols stratosphériques, dès 2018. « Le voyage jusqu’à la stratosphère durera environ cinq heures : deux heures et demi de montée pour s’approcher de l’espace, quinze minutes la tête dans les étoiles en plein jour, puis trois heures pour...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Je me pose quelques questions sur des points qui ne paraissent pas très cohérents

    Panneaux solaires: les 22m² de panneau solaire suffisent tout juste à maintenir l’appareil en vol en palier (en se basant sur une finesse de 40 qui ne parait pas pessimiste compte tenu du train fixe)
    Batterie: 20kWh de capacité, or l’énergie nécessaire pour monter 450kg à 25km est de plus de 30kWh; en tenant compte du rendement de l’électronique de commande, du moteur et de l’hélice on doit être plutôt à 45kWh sur la batterie. En se basant sur 200Wh/kg(ce qui est déjà bien), on arrive à une batterie de 236kg.
    Bilan de masse: avec un pilote équipé + son oxygène à 100kg, il ne reste plus pour la cellule et le moteur que 113kg (par comparaison un planeur Nimbus 3 qui a à peu près les mêmes dimensions pèse 392kg, sans moteur)
    Vitesse: si l’avion vole à 100km/h à basse altitude, il devra voler à plus de 500km/h à 25km pour ne pas décrocher, donc une aile très rigide pour résister au flutter
    Température: vous annoncez -70°C, or à 25km l’atmosphère standard est « seulement » à -53°C
    Hélice: à 25000m, l’hélice quadripale de 2,2m de diamètre ne fournira que 200N de poussée à 2200 tours, or il faut déjà 110N rien que pour rester en l’air; la pente de montée sera très faible!

    Répondre
  • Hélice quadripale ?
    Certes mais sur la photo du reportage il me semble voir une tripale.
    Amicalement

    Répondre
  • BRAVO !!! Faites nous rêver avec des exploits…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.