Accueil » Vol inaugural de l’Embraer EMB-203 Ipanema électrique

Vol inaugural de l’Embraer EMB-203 Ipanema électrique

Embraer teste au sol les systèmes de l'EMB-203 Ipanema à propulsion électrique depuis 2019. © Embraer/Claudio Capucho

L'avionneur brésilien Embraer a débuté la campagne de tests en vol de son démonstrateur d'avion 100% électrique. Basé sur l'avion utilitaire EMB-203 Ipanema, les technologies embarquées une fois validées serviront notamment à développer les projets d'eVTOL et de mobilité urbaine d'Embraer.

Le premier vol du démonstrateur de l’avion électrique d’Embraer a eu lieu sur l’aérodrome où se situe l’usine de l’avionneur à Gavião Peixoto, près de São Paulo au Brésil. D’après le constructeur, l’objectif principal de ces premiers essais en vol était d’évaluer les performances, les contrôles, la température des batteries et la sécurité opérationnelle.

L’objectif était de démontrer les performances de vol dans des conditions réelles et de les comparer avec celles obtenues par des simulations et des tests en laboratoire.

Embraer...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

11 commentaires

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Je ne vois pas ce que ce commentaire a à voir avec ce prototype.
    Où est le rapport entre avion electrique et traitement des champs….
    Êtes vous l’ecolo qui est chargé de surveiller les publications d’Aerobuzz et de faire haro sur tout ce qui paraît?

    Répondre
    • Mon cher ami, je ne suis chargé de rien , arrêtez le complotisme. L’ipanema est un avion d’épandage agricole, point barre.

      Répondre
    • Je suis loin de partager les opinions de Michel mais il vient de mettre le doigt ou ça fait mal….du reste, l’épandage agricole par voie aérienne qui pulvérise du monsanto sur tout le voisinage est interdit chez nous

      Répondre
      • Pour être tout à fait clair, si quelqu’un lit cet aérobuzz d’il y a 2 jours, l’ipanema a du être choisit pour sa capacité d’emport…de batteries !
        Mais je ne pense pas que le but soit juste de faire voler UN pilote et DES batteries ! C’est un proto qui va évoluer.
        Après, il peut y voir un intérêt: en Colombie, on pulvérise les champs de pavot avec des défoliants. Mais les pilotes sont obligés de le faire de très haut sinon ils se font descendre, ce qui entraine dispersion sur les cultures légales.
        Un avion d’épandage électrique silencieux permettrait peut-être d’arriver bas par surprise.
        Ceci dit, j’ai piloté des appareils d’épandage sans aller jusqu’à la QT (car interdiction France donc plus d’intérêt). J’irai pas la finir en Colombie dans ces conditions: Je ne donne pas cher de la peau de ceux qui feront de l’épandage silencieux sous le nez (littéralement) des narcos !

        Répondre
      • Petite remarque: le gros pack batterie amovible pour ce rendre sur zone remplacé par du produit pour un épandage forcement moins long, ça a du sens et relativise la critique du poids mort des batteries vides.

        Répondre
  • Déforestation de l’Amazonie, mais on pulvérisera les produits Monsanto sur des palmiers à huile pour la « junk food » avec un avion respectueux de l’environnement ! MdR.

    Répondre
  • Avec la société Embraer, le Brésil démontre que c’est un pays émergent au top avec des capacités agroalimentaires, technologiques indéniables

    Répondre
  • par Jean Paul Delevoye

    Encore des filous qui profitent à fond des subventions de l’UE pour faire du vent! On me dit dans l’oreillette que c’est une entreprise privée basée au Brésil?

    Répondre
  • L’avantage avec ce type d’avion c’est qu’il est censé survoler en permanence des champs

    L’inconvénient c’est que c’est à basse altitude et que des fois , c’est des arbres ou des vignes qui sont traitées 🙁

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.