Accueil » Jacques Aboulin et son LS4

Jacques Aboulin et son LS4
premium
libre

Le champion du monde de vol à voile Jacques Aboulin explique ici comment il « chargeait » son planeur pour faire la différence. Evidemment, cette stratégie a beaucoup intéressé Jean Barbaud…

15.08.2017

J’ai volé pour la première fois en LS4 quelques jours avant le championnat de France de 1982. Et ce, sur le planeur du champion du monde de Paderborn 1981, Marc Schroeder. Ça t’oblige à te transcender un peu ou tout du moins à ne pas faire n’importe quoi !

A l’aise comme dans un Bijave

Dès le premier vol je me suis senti très à l’aise pour plusieurs raisons : décollage avec un planeur dont le train est amorti, je n’avais pas connu çà depuis le Bijave ! (1.200h de place arrière comme instructeur à Roanne), assis comme dans un grand fauteuil qui me soutient du dos jusqu’aux cuisses avec un appui tête douillet, et enfin l’impression d’avoir voler dans ce planeur depuis plusieurs années tellement tout semblait facile.

A titre de comparaison, il m’a fallu plus de 100h de vol pour profiter pleinement du Discus et en tirer son maximum.

Je n’ai plus quitté ce LS4 en compétition de 1982 à 1986. Les premières années, je ne le « chargeai » pas trop, ne volant qu’avec 80 litres d’eau. En 1986, ce sera autre chose !

Bête de course

J’ai plein de beaux souvenirs dans ce planeur comme quelques podiums en championnat de France ou en inter-régionaux. Deux me restent en mémoire plus que les autres.

En 1985, à Issoudun, dès la première épreuve, je me suis retrouvé en tête du classement sur un grand coup de chance. En effet, après une traversée hasardeuse de la Sologne entre Bourges et Briare, nous devions redescendre sur la proche banlieue ouest de Nevers. Je me suis retrouvé seul, à un peu plus de 200 mètres sol, dans un vario 0, dans mon fauteuil pendant un peu plus de 45 mn, trop bas pour rejoindre Cosne sur Loire et trop « haut » pour décider de me poser dans le champ magnifique qui me tendait les bras, juste au-dessous de moi.

Pendant ces trois quart d’heures, de nombreux concurrents m’ont rejoint, quelques mètres dessous, ce sont ceux qui se sont posés dans le champ, ou juste un peu plus haut, ce sont ceux qui se sont posés à Cosnes en direct ! Après 45 mn mon vario est devenu positif. Je n’ai retrouvé qu’un autre LS4 piloté par Yves De La Casinère, près du deuxième point de virage. Passant 1.500 mètres en montée, j’ai contacté mon dépanneur et ami Henri Paire qui m’a confirmé que nous n’étions plus que deux en vol. Le lendemain Yves s’est posé aux vaches et je comptais déjà 450 points d’avance sur le deuxième au classement général. Un championnat sans pression et sans « vache » dans mon fauteuil volant …que du bonheur.

Le planeur qui volait à l’eau

L’année suivante, c’était le championnat de France à Blois directement qualificatif pour les championnats du monde en Australie 6 mois plus tard.

« Mon » LS4 ayant subit pendant l’hiver, une cure de jouvence (regelcotage complet des ailes) dans les mains des techniciens de Castelnaudary, c’est avec un planeur flambant neuf que j’ai commencé ce championnat toujours dépanné par Henri. Remonté à bloc, dès le premier jour et en concurrence avec les premiers Discus, je suis passé de 80 à 120 litres d’eau dans les ailes. Le LS4 est resté toujours aussi facile à piloter.

Les deux pilotes de Discus, Gabriel et Alain n’ont compris qu’à la fin du championnat pourquoi, avec seulement 100 litres d’eau chacun, ils n’arrivaient pas à me « larguer » en transition alors qu’ils ne me prenaient pas un mètre dans les ascendances. « Mon » LS4 et moi ne faisions qu’un !

J’ai laissé ce LS4 avec regret pour participer aux championnats du monde et d’Europe en Discus, avec 140 litres d’eau dans les ailes, mais ça ce sont d’autres souvenirs.

Aujourd’hui, nous avons deux LS4 au centre de vol à voile Roannais, qui sont utilisés par les débutants pour leurs premiers vols en monoplace jusqu’à, leurs premiers « grands circuits » de 100 à 200 km !

Jacques Aboulin

© Dessin : Jean Barbaud / Animation : Martin Roy

Jacques Aboulin « briefe » son passager avant le vol sur le T6 d’Aérorétro

Jacques Aboulin, du vol à voile aux warbirds… © Philippe Chetail / Aerobuzz.fr

A propos de Jacques Aboulin

chez Aerobuzz.fr
Jacques Aboulin a été sacré champion du monde de vol à voile en 1989. D’instructeur vol à voile à ses débuts jusqu’à chef de centre ENAC, sa carrière professionnelle qui vient tout juste de s’achever, a été consacrée, toute entière, à la transmission. Sa passion communicative de l’aviation revêt les formes les plus variées. Notamment lorsqu’il présente en meeting aérien des pièces de collection.

2 commentaires

  • fjacolot

    Merci Jacques pour ce partage de cette expérience unique que tu nous avais partiellement racontée! J’adore!?
    A très bientot j’espère!

  • paulin.roy@aviation-civile.gouv.fr

    J’ai connu Jacques à ma sortie de l’ENAC (1er poste au SEFA Melun) Un aviateur déjà appréciable dont j’ignorais alors le parcours !
    Amitiés
    Paulin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.