Accueil » 2018 s’annonce comme une année sombre pour la sécurité de l’aviation générale

2018 s’annonce comme une année sombre pour la sécurité de l’aviation générale

Sur les huit premiers mois de l’année, le BEA (Bureau d’enquêtes et d’analyses) a recensé en France, 209 accidents impliquant des avions légers, ULM, planeurs, ballons et hélicoptères, qui ont entrainé 63 décès. Près du double de morts par rapport à un an en arrière.

19.09.2018

Dans le nouvel hangar du BEA au Bourget, l'épave d'un avion biplace Van's RV7 allemand accidenté en août 2018 dans les Alpes, en cours d'examen. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Rémi Jouty, le directeur du BEA, a établi un décompte au 31 août 2018 : 209 accidents contre 180 sur les huit premiers mois de 2017, dont 39 mortels (25) ayant entrainé 63 morts (32). Il rappelle que 2017 était « en ligne avec les années précédentes ». Autrement dit, l’aviation générale présente en 2018 de mauvais chiffres en termes de sécurité. Il faudra attendre de connaître le nombre d’heures de vol, sans doute en augmentation du fait d’une météo globalement favorable, pour établir des ratios et des comparaisons avec les années antérieures.

Si la hausse des accidentes est significative, en revanche, les causes restent malheureusement les mêmes. Le BEA a néanmoins noté deux évènements exceptionnels. Le premier est le décès par crise cardiaque d’un passager lors d’un vol à sensation en Stearman. Le second est la collision en vol d’un wingsuiter avec l’avion duquel il s’était élancé quelques secondes plus tôt. Leurs trajectoires se sont rejointes.

Avec la banalisation des téléphones portables et des tablettes, mais aussi des GPS portables, les enquêteurs ont depuis quelques années accès à une importante quantité d’informations sur le vol, lors d’un accident d’un aéronef léger. Le phénomène explose. Nous vous proposons (ci-dessous), une enquête sur la manière dont sont exploités par le BEA tous ces enregistrements, notamment les photos et vidéos prises par les passagers. G.R.

Multiplication des boîtes noires à l’insu des pilotes d’aviation générale

8 commentaires

  • Schroeder Philippe

    2018 fut une année de bonne MTO aussi donc beaucoup de vols et ainsi beaucoup d’accidents.

  • Daniel MASSOU

    Training,training,training….et préparation et attention à chaque phase du vol.

  • Pascal Littierre-Bihan

    Un témoignage complémentaire : ne pas oublier que les accidents peuvent être la somme de petits incidents insignifiants.
    Et malheureusement, l’excès de confiance peut conduire à ignorer ces « petits incidents » … jusqu’à l’accident.
    Quels remèdes : ce qui a déjà été dit :
    – une préparation du vol rigoureuse (météo, notam, VAC, avion, …)
    – une bonne condition physique et mentale
    – un entrainement régulier
    – et ne pas hésiter à se rapprocher d’un instructeur en cas de doute

  • VetoViso01

    Hélas, souvent mes amis pilotes oublient de se préparer correctement, découvrent la Météo pendant le vol, ne regardent pas les Notams et oublient de lire en detail les cartes Vac. Je suppose que la première cause sera la panne de carburant et la deuxième le vol dans les nuages (IMC). Sachons renoncer, nous dérouter, utiliser l’assurance de la FFA.
    Enfin la tablette, le merveilleux GPS ne doit pas nous detourner de l’essentiel : préparer, calculer les consommations, REGARDER DEHORS. Bons vol en sécurité. L’accident est hélas toujours possible mais chaque pilote, peut, doit, prendre toutes les mesures pour le rendre impossible.

    • claudine clostermann

      Un grand bravo pour votre commentaire, il résume tout…la pression des piliers de bar qui ont 10 000H de comptoir et 10H DE VOL et se permettent de dire à des pilotes hésitants pour les conditions météorologiques, mécaniques ou autres… « Tu es un peureux, un trouillard, mais là ça passe sans problème ». Moi, cette situation, je l’ai vécue personnellement et trop souvent…car en plus, j’avais ce nom qui me colle à la peau et, quand je disais NON pour un vol pour X raisons justifiées, la réponse des piliers de bar étaient: « mais Pierre n’aurait jamais annulé évidemment ». Ce n’est pas la même époque, le même contexte, les mêmes objectifs. Alors, je vous rejoins complétement car un être humain a sa dignité et ses limites mais quand on le traite de trouillard, cela peut le forcer à commettre des erreurs….malheureusement souvent mortelles.

      • Georges WEISS

        Je ne sais pas si vous êtes trouillard ou pas, mais je peux affirmer une chose : ceux qui vous traitaient de « trouillard » sont des connards irresponsables, car la B-A BA en aéronautique (et bien d’autres domaines…) est de connaître ses propres limites, celles de son équipage et de son avion, et de se préserver des marges d’ampleur variable en fonction du contexte (météo, zones, reliefs, trafics, ATC et autres…) rencontré et du degré d’incertitude quant à son évolution pour ne pas avoir à les franchir….
        Pour progresser il faut certes élargir son domaine de compétence et résilience et donc repousser ses limites et aider les autres à repousser les leurs, mais c’est là un autre débat qui doit rester un challenge personnel, mais maîtrisé.

    • Fbs

      Tout est dit dans ce commentaire

      Et pour ajouter a celui de Mme claustermann, je répète souvent qu’il faut honorer la mémoire de Renaud Ecalle qui a démontré que quand ça passe pas, ça passe pas – tout champion du monde qu’il était.

      • Honorer la mémoire de Renaud Ecalle ? Vous plaisantez j’espére. Par contre tirer les enseignements de la multitude d’erreurs commises .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.