Accueil » Atterrissage d’urgence pour le démonstrateur hydrogène de ZeroAvia

Atterrissage d’urgence pour le démonstrateur hydrogène de ZeroAvia

ZeroAvia déplore la destruction partielle de son Piper Malibu équipé d'une motorisation hydrogène lors d'un atterrissage d'urgence dans un champ, près de l'aérodrome de Cranfield (Grande-Bretagne). L'accident a eu lieu le 29 avril 2021. L'équipage est sain et sauf.

1.05.2021

Le démonstrateur hydrogène de ZeroAvia a effectué son premier vol en juin 2020. © ZeroAvia

Selon les premiers témoignages, l’équipage (1 pilote et 1 ingénieur d’essais) à dû procéder à un atterrissage d’urgence alors que l’avion était dans son tour de piste. Le porte-parole de ZeroAvia précise que l’avion s’est posé sur ses roues dans un champ à proximité de la piste et qu’il a rencontré un obstacle (une haie végétale) avant son arrêt. Les photos publiées par la presse locale montrent un avion (base Piper Malibu M350) dont l’aile gauche a été arrachée.

Un Piper Malibu Mirage à hydrogène

Dans un premier temps cet avion a été équipé d’une motorisation purement électrique (juin 2020) et l’installation a été complétée d’une pile à combustible (mars 2021) pour commencer les premiers essais sol. L’accident survenu le 29 avril 2021 est intervenu au cours de ce qui doit être un des tous premiers vols exploitant cette source hydrogène.

Une conclusion immédiate permet de constater que la malédiction du Hindenburg a épargné cet avion d’essai : le stockage d’hydrogène sous pression na’ pas pris feu. Le reste des conclusions viendra avec l’enquête du BEA local à qui l’enquête a été confiée.

Gilles Rosenberger

Bill Gates mise 21,4 M$ sur l’avion à hydrogène de ZeroAvia


Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

8 commentaires

  • Vladimir_K
    Vladimir_K

    Parler de la « malédiction de l’Hindenburg » est assez malheureux, car si les images de l’époque sont impressionnantes, on oublie souvent que les deux tiers des occupants ont survécu, et que les victimes ont pour la majorité d’entre-elles, succombé à des brûlures/inhalation de gaz dues au diesel des moteurs, le reste étant dues à des chutes.

    Et c’est logique, car le Dihydrogène étant largement plus léger que l’air, il s’est rapidement dispersé vers le haut, dès la première fuite. Pas d’explosion d’hydrogène pour l’Hindenburg donc.

    • Jean-Mi

      Ce que j’ai trouvé assez malheureux est le rappel de cette catastrophe alors que les technos employées n’ont rien à voir ! Réservoir blindés sous très haute pression ici, et réservoirs souple sous basse pression pour le Hindenburg.
      Quel intérêt ce rappel ?
      Surtout que finalement, l’avion a plutôt bien encaissé le choc même s’il va finir à la casse, probablement. Ce n’est pas un crash (sous entendu choc très violent) mais une sortie de piste en roulant et passant à travers une haie. Une aile a été arrachée, j’espère bien que ça ne fait pas exploser les avions, comme dans les films à Hollywood !
      D’ailleurs, les occupant de l’avion vont plutôt bien non ?
      Quoique, à la casse, pas sûr… Une nouvelle aile, un nouvel empennage horizontal, un nouveau capot, et hop !
      https://aviation-safety.net/wikibase/254076

  • Pierrot

    L’utilisation de l’hydrogène pour alimenter une pile à combustible en secteur aéronautique, est une aberration. La preuve: Bill Gates veut financer cette technologie. C’est une usine à gaz qui vient de montrer ses limites puisque les rédacteurs de cet article ont bien compris que l’équipage aurait pu périr si le réservoir d’hydrogène avait explosé. L’avenir est la sustentation par antigravité et la propulsion par MHD, déjà utilisée de façon ultra-secrète par les Américains sur 13 des 27 B2 opérationnels.

    • Nico

      Sérieusement ? Antigravité et MHD ? Bill Gates est Méchant ?
      J’espère que c’est de l’humour !

      • Jean-Mi

        Non, c’est juste de l’abus de vin et/ou d’herbes médicinales bioéthiques.
        Il est bien connu que les données hyper ultra-secrètes des américains sont connues des pékins lambda que nous sommes.
        Quels sont les matricules des avions sus-nommés que je mette ma base de données à jour ?
        Ha, attendez, la CIA sonne à ma porte… Ils vont me confirmer ces infos.

    • Garcia

      Bonjour,
      Vous qui avez accès à des informations ultra-secrètes, pouvez vous nous confirmer que le COVID19 a été inventé pour nous inoculer, grâce aux vaccins, les nanoparticules de la 5G ?
      Merci pour votre contribution

    • PlasticPlane

      Vrai que le kéro ou la 100 LL ça ne pête jamais 😊😂

  • George Kafantaris

    It is high time for ZeroAvia to switch to liquid hydrogen. This would allow for more passenger room, and more importantly, the liquid hydrogen would cool the larger fuel cell needed for power takeoff. A win-win any way you look at it — and the prudent path moving forward.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.