Accueil » Le NTSB retrace le scénario du crash de l’Icon A5

Le NTSB retrace le scénario du crash de l’Icon A5

Les livraisons du Icon A5 tardent à démarrer. 5 seulement sur les 6 premiers mois de 2018. © Icon

Le NTSB (National Transportation Safety Board) a publié un rapport préliminaire à l'accident d'un Icon A5, survenu le 7 novembre 2017, piloté par la star de baseball à la retraite, Roy Halladay, décédé dans l'accident. Le rapport s'appuie sur la trace GPS de l'amphibie et sur le témoignage d'un observateur.

Quelques jours après avoir réceptionné son Icon A5, Roy Halladay s’écrasait dans le Golf du Mexique le 7 novembre 2017. Le NTSB, arrivé sur place, a rapidement commencé ses investigations et vient de publier un rapport préliminaire à l’enquête, factuel, basé sur la trace GPS, les paramètres moteur et de vols enregistrés et récupérés sur l’épave de l’avion amphibie, ainsi que sur une vidéo amateur tournée peu avant le crash et le témoignage d’un observateur à proximité.

Sans donner les...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Oui mais le NTSB ,quand il rend des conclusions,se moque que ça plaise ou ça ne plaise pas,.C’est la différence entre eux et nous,qui recherchons toujours si ça ne va pas faire de la peine à quelqu’un….On a vu ça dans certaines enquêtes impliquant denouveaux avions( fussent ils commerciaux d’ailleurs) ..dis du mal de ton avion il en restera toujours quelque chose..

    Répondre
  • Bonjour,
    Vous rappelez « un nouvel accident d’un Icon A5 » puis un « nouveau revers pour l’Icon A5 » à la fin de votre article. Que croyez-vous que les clients vont penser ? Ben, ne surtout pas acheter d’Icon A5, ça tue !!! Permettez-moi de vous signaler qu’en aviation, se voiler la face devant les événements, c’est à coup sûr prendre de nombreux risques : alors un chat est un chat ! Dans le cas qui nous concerne ici, l’accident n’est probablement dû qu’à la faute d’un pilote qui a voulu « se la jouer » alors qu’il ne connaît pas encore son engin. On peut faire des choses, en cohérence avec nos compétences propres.
    Ce serait donc bien que les Français prennent la bonne habitude de dire la vérité, même si celle-ci n’est pas toujours bonne à entendre : c’est cela qui fait progresser, non ?
    Par ailleurs, si l’Icon A5 est un bon avion, ne boudons pas notre plaisir à le voir évoluer et ne prenons pas le risque de le tuer dans l’oeuf !
    Bien cordialement et bons vols
    Sylvie, une apprentie pilote d’ULM

    Répondre
    • Vous avez raison, à lire les données du vol, et si elles s’avèrent exactes, ce n’est pas la fiabilité de l’appareil qui est à remettre en cause, mais bien celle du pilote. Et les médicaments n’excusent rien et agravent même son cas car il aurait s juste dû s’abstenir de voler.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.