Accueil » Le dirigeable LCA60T termine sa première campagne d’essais en soufflerie

Le dirigeable LCA60T termine sa première campagne d’essais en soufflerie

La maquette 1/150 du dirigeable LCA60T de Flying Whales dans la veine de la soufflerie lilloise de l'Onera. © Flying Whales

L’ONERA et Flying Whales ont achevé, le 30 janvier 2019, la campagne des essais en soufflerie à Lille d’une maquette à l'échelle 1/150 du LCA60T de Flying Whales. Les résultats de ces essais vont largement contribuer à l’élaboration du modèle aérodynamique de ce dirigeable charges lourdes.

L’ONERA accompagne Flying Whales depuis sa création en 2012 dans la définition d’un concept de dirigeable, le LCA60T (Large Capacity Airship 60 Tons).

Le LCA60T est un dirigeable rigide de transport lourd disposant d’une capacité d’emport de 60 tonnes. Sa flexibilité opérationnelle lui permet de charger et décharger en vol stationnaire. Capable de transporter son chargement en soute ou sous élingue, pour un coût d’exploitation très faible, cet aéronef possède des dimensions inédites : 154m de longueur, 40m de hauteur.

Plusieurs applications...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Bonjour,

    Avez vous pris contact avec les armées ? Le besoin est grand de ravitaillement sur des sites éloignés avec des contraintes et votre solution pourrait les intéresser. Un exemple concret la Guyane avec ses sites isolés difficile à ravitailler alors que l’espace aérien est sûr.
    La sécurité civile devrait également être sur le coup, c’est une solution peu couteuse pour acheminer du fret dans des zones sinistrées avec les voies d’accès coupées.
    Actuellement la défense donne des bourses pour des projets innovants je pense que c’est le bon moment.

    Répondre
  • Voilà une nouvelle qui me rajeunit de 40 ans, merci !
    Mais j’espère qu’avant d’engager trop d’argent public dans cette aventure, les décisionnaires d’aujourd’hui, assurément jeunes, sauront s’ils ne l’ont déjà fait, regarder les travaux similaires de la fin des années 70 (étude SODETEG, projet Hélicostat de la SNIAS…) et faire la part de ce qui relève de la recherche scientifique légitime, de ce qui peut être un projet industriel, et de ce qui est au mieux un fantasme.
    Affirmer, comme il y a 40 ans, l’existence d’un besoin et plus encore d’un marché, ne suffit pas pour qu’ils existent, même en recyclant l’idée du transport des cuves de centrale nucléaire par celle, aujourd’hui plus dans le vent (!), du transport des pales d’éolienne.
    Beau site web en tout cas !
    Ce projet est il plus prometteur aujourd’hui qu’il y a 40 ans ? On en reparle dans 40 ans.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.