Accueil » La perte de contrôle en vol demeure le point noir de la sécurité du transport aérien

La perte de contrôle en vol demeure le point noir de la sécurité du transport aérien

Sur les 240 morts liés aux accidents d’avions de ligne recensés en 2019 par IATA, 80% ont été victimes d’une perte de contrôle en vol. Dont les 157 passagers et membres d’équipage du 737 MAX d’Ethiopian Airlines qui s’est écrasé le 10 mars 2019 peu de temps après son décollage.

8.04.2020

IATA a recensé 53 accidents d’avions de ligne en 2019 contre 62 en 2018. © IATA

L’Association du transport aérien international (IATA) vient de publier son rapport 2019 sur la sécurité. Elle a comptabilisé 53 accidents d’avions de ligne (contre 62 en 2018) dont 8 mortels (11 en 2018) qui ont entrainé le décès de 240 passagers et membres d’équipage (523 en 2018). Entre 2015 et 2019, le transport aérien mondial a déploré 292 accidents dont 37 mortels et 1.116 décès. Au final, le taux d’accidents par million de vol est de 1,13 en 2019, contre...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

6 commentaires

  • Pif

    Ca vole plus, donc plus de pertes de controle en vol.

  • RAVEL

    Quand reviendra-ton au bases du pilotage, tel qu’il se pratiquait avant 1970?
    Quand revendra-t-on à des ordinateurs qui aident et non qui décident?
    Ces bases acquises, il est facile de passer à l’IFR.
    En plus de 23000 h de vol sur plusieurs centaines d’aéronefs, j’ai connu quelques moments délicats. La méthode basique m’a toujours permis de revenir dans l’enveloppe de vol et de ramener avion, passagers, fret à bon port.

    • Ripoll

      Aujourd’hui les ordinateurs ne décident rien, ils font ce qu on leur a dit de faire. Encore faut-il donner les bons ordres par exemple de ne rien faire.

    • Rantet j

      Bonjour Christian.Totalement d’accord avec toi.Mais Il est plus facile et plus économique de former des gestionnaires de systèmes et Il faut reconnaître que cela ne fonctionne pas trop mal.Ne rêvons pas Il n’y aura pas de retour en arrière.Et pour ceux qui veulent devenir de vrais pilotes il restera les aéroclubs et le planeur……mais pour combien de temps?Quand je vois la fédération de vol en planeur promouvoir le simulateur et le casque à réalité virtuelle je réalise que je suis d’un autre âge…..
      Amicalement

    • Jean-Luc soullier

      Bonjour Christian.
      Jamais. la réponse de l’industrie seront les robots. C’est comme ça.

  • Pilotaillon

    Effectivement il est plus facile de perdre le contrôle de la machine quand l’équipage est vigoureusement assisté par un MCAS têtu et hérétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.