Accueil » Le son du Concorde

Trop jeune pour se souvenir d'avoir vu voler Concorde, Guillaume François a pu néanmoins approcher le mythe, plus tard. A l'occasion du cinquantième anniversaire du 1er vol de Concorde, le 2 mars 1969, les journalistes d'Aerobuzz.fr se souviennent.

25.02.2019

concorde technik museum

En Allemagne, depuis 2003, le Technik Museum Sinsheim expose le Concorde F-BVFB d'Air France, aux côtés de son ancien concurrent russe, le Tupolev TU-144. © Technik Museum Sinsheim

Mon premier souvenir de Concorde n’en est en fait pas un. Juin 1988, meeting aérien à Saint-André-de-l’Eure. Au programme, courses aériennes autour de pylônes, présentations d’avions anciens, voltige aérienne et… trois passages basse hauteur du Concorde au-dessus de la piste. J’avais six ans. Je ne me souviens de rien, sauf de l’aura incroyable que cette présentation a laissé dans les mémoires des pilotes que j’ai côtoyés les années qui suivirent.

Ma première vraie rencontre avec Concorde fut auditive. Le son du Concorde était reconnaissable parmi tous. Enfant, depuis ma cour d’école dans un village de Normandie, on nous expliquait que l’avion qui faisait tant de bruit et qui passait si haut au-dessus de nos têtes, c’était lui.

Tous les matins, vers 11h20 dans mon souvenir certainement déformé, il nous survolait. Je n’avais alors pas vraiment conscience de la dimension mythique qu’incarnait cet oiseau là mais je comprenais qu’il n’était pas comme les autres. Le grand public y vouait un attachement particulier.

Une quinzaine d’années plus tard, en 2006, seconde vraie rencontre. Alors que Concorde ne vole plus depuis trois ans, je suis en dernière année d’école d’ingénieur. Le Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget a réuni au sein du Hall Concorde deux des vingt exemplaires existants : MSN01 (L’un des deux prototypes) et MSN213 (avion de la flotte Air France). Les membres du BDE (Bureau de Elèves) de mon école eurent la bonne idée cette année-là d’y organiser le Gala de fin d’année.

Avoir eu la chance de passer une soirée privée dans ce hall chargé d’histoire est un souvenir impérissable.

Guillaume François

 

Vous pouvez, vous aussi, partager vos souvenirs de Concorde via les commentaires.

A propos de Guillaume François

chez Aerobuzz.fr
Ingénieur dans l’aéronautique, Guillaume François est commissaire sur le Tour Hop ! des Jeunes Pilotes. Fils d’instructeur avion, il a passé son enfance à l’arrière des avions dans lesquels son père donnait ses cours. Breveté de base à 15 ans, pilote privé à 17 ans, instructeur avion, il est aussi pilote d’ULM et de planeur. Il est voltigeur et instructeur voltige.

10 commentaires

  • stanloc

    Le Concorde est aux temps modernes ce que sont d’un point de vue strictement architectural, les cathédrales gothiques. Il et elles représentent la quintessence de ce que le génie humain est capable de fabriquer à une époque d’un point de vue technique et esthétique en même temps.
    Il est EVIDENT que pour aller vite il faut dépenser plus d’énergie que pour se déplacer doucement. Avec l’arrêt des vols du Concorde j’aurais aimé que les écolos exigent que les voitures aient une motorisation ne dépassant pas une trentaine de chevaux maximum qui sont largement suffisant pour emmener une famille en respectant les limitations de vitesse. J’aurais aimé que l’on arrête de faire rouler les TGV et que les avions de ligne redeviennent ce qu’ils étaient c’est à dire de limiter leur vitesse à 500 km/h. Pendant qu’on y est il faut cesser les déplacements touristiques qui consomment des quantités de carburant pour rien de bien utile.
    Avec la fin du Concorde on a connu pour la première fois dans l’histoire de l’Aviation la fin de cette inventivité qui faisait faire toujours un peu mieux que la veille ; on avait une progression constante des performances des avions. Aujourd’hui plus rien d’autre que de faire varier la taille des avions qui sont tous identiques d’un continent à l’autre. Je suis heureux d’être né il y a longtemps.
    Tout comme les Égyptiens, les Grecs et les Romains, notre culture occidentale connait une période de récession et pas uniquement dans sa capacité à faire de Grandes Choses techniquement.

  • Tétra

    Bonjour,
    Pour moi le souvenir auditif provient de son passage le soir au-dessus de Rennes.
    Je n’ai pas trouvé de vidéo ou d’enregistrement sonore de bonne qualité du Concorde.
    Quelqu’un aurait-il cela ?

  • FB06

    Le son du Concorde, cette poussée fantastique quand il survolait le briefing du chef pilote de Cherence qui était obligé de se taire tellement le vacarme couvrait sa voix.
    Et on aimait tellement voir passer ce piège avant de mettre les nôtres en piste.

    Mortel silence.

  • Paul HISSON

    Le son du Concorde ?
    Le « mythe »pour pour le bang, je veux bien comprendre pour l’aspect spectaculaire, entendu que la zone d’impact au sol avait été déplacée volontairement sur l’océan atlantique.
    Mais pour la polution sonore complétement inacceptable que cet avion produisait au décollage, sans compter la polution atmosphérique et sa consomation en carburant par siège , sur ce coup là, je suis un plutôt circonspect concernant le titre admiratoire et raccoleur « le son du Concorde ».
    J’aime bien là candeur de nos jeunes gens de ce monde connecté. Nous le fûmes aussi (candides), mais pas déconnectés pour autant.
    Je me souviens le Concorde à LA FERTE ALAIS 1988, c’était fabuleux pour la beauté de l’avion et de ses évolutions. Le bruit était supportable pour un meeting et pour quelques minutes. Après les passages du Concorde il n’y avait plus un oiseau dans les parages.
    Il faut aussi savoir prendre en considération tous les aspects de cet avion avant de se pâmer devant tels ou tels résultats, si croustillants furent’ils.
    Pour moi Concorde c’était surtout le fruit d’un incroyable pari infaisable qui avait tout d’une gageure, que des hommes ont su réaliser alors que rien n’était disponible dans leurs mains pour cet exploit sauf leur savoir, leur intelligence et leur détermination.
    C’est donc une réussite humaine avant toutes choses. La synergie humaine est une réussite moins visible et donc moins spectaculaire à priori.
    Concernant l’aspect technologique, « le son du Concorde » lui a plutôt couté la vie, c’est le moins que l’on puisse dire : pas de quoi en faire un titre brillantissime.
    Quand la Formule E sera au point et le jour viendra ou le carburant fossile sera banni de nos véhicules, je ne pense pas que l’on reparlera des F1 à moteurs thermique à plus de 100 décibels comme une référence. Notre descendance en parlera plutôt comme d’un truc préhistorique trop bruyant pour leur fragiles tympans.
    Pour les moins anciens, vous vous souvenez de votre premier téléphone à touches ou bien de votre dernière machine à écrire ? Ah vous en saviez pas que ça avait existé ?
    Finalement la performance du Concorde ne provenait pas du bruit qu’il produisait, sauf à scier la fine branche sur laquelle il reposait… CQFD

    • john

      pour le bruit je peux vous affirmer qu’au décollage de New York (piste 33 droite -canarsie dépa.) nous faisions moins de bruit que les 747 . moins de.105 décibels
      ( pour info. j’étais off.pilote de concorde lors du premier vol sur RIO en 1976. -voir la couverture de Paris match -).

      • Patrick Le Roux

        Elève ingénieur ENSICA de 1970 à 1972 et étant un des deux élèves mariés avec enfant(s) nous vivions à la Faourette juste dans l’axe d’atterrisage du prototype. Et donc, suivant mon expérience, je ne comprend pas bien votre argument. Ce dont je me souviens ce sont les objets vibrant sur les étagères, ..et le recours aux boules quiès. Oui aussi, et pour authentifier mon témoignage, j’étais au CEAT quand quelqu’un a malenconteusement mis la charge maximale sur le train Messier Hispano-Suza en validation. Crac boum hue. Bref tout une époque, mais est-elle vraiment à regretter?

      • Pluchon

        Ah bon!!! Bizarre, bizarre!!!
        Pour info sur ce vol il n’y avait pas d’OPL: 2 CDB Dudal et Chanoine et 1 OMN André Blanc.
        Qui es tu donc John?
        Y.Pluchon ex OMN Concorde

      • Pluchon

        Pour info, pas de piste 33 à New York Kennedy mais 2 04/22 et 2 13/31 et je confirme il n’y avait pas d’OPL sur le 1er Rio.

  • Raymond Douville

    Le voici le ‘bang’ du Concorde :
    https://www.youtube.com/watch?v=cbPh2llw0-M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.