Accueil » Lancement de deux appels à projets pour constituer des écosystèmes territoriaux autour de l’hydrogène

Lancement de deux appels à projets pour constituer des écosystèmes territoriaux autour de l’hydrogène

La stratégie d’accélération française pour l’hydrogène décarboné a été officiellement annoncée le 8 septembre 2020. Une dotation globale de plus de 7 Md€ jusqu’à l’horizon 2030 (dont 2 Md€ intégrés dans le plan de relance) a été débloquée. Le 23 octobre 2020, le gouvernement français lance deux appels à projets pour constituer des écosystèmes territoriaux autour de l’hydrogène et développer les briques technologiques et démonstrateurs pour la production, le transport et l’usage de l’hydrogène.

23.10.2020

© Airbus

Avant de lire l'article

L'article est classé dans la catégorie "débat et opinion", il reflète donc le point de vue de l'auteur. Il n'engage pas la rédaction d'Aerobuzz. Si vous souhaitez, réagir n'hésitez pas à le faire via les commentaires au bas de la page.

"Aujourd’hui, de manière partagée à travers l’Europe, l’hydrogène constitue une opportunité stratégique pour la transition vers une économie « zéro carbone » et la création d’une filière industrielle.  L’hydrogène produit de façon décarbonée est un levier clé de décarbonation de plusieurs processus industriels et de certaines mobilités, et permettra à terme d’optimiser le rôle des énergies renouvelables dans le mix énergétique. L’hydrogène s’inscrit également dans une priorité stratégique de souveraineté énergétique pour de nombreux Etats. La France se mobilise aux...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

5 commentaires

  • Vladimir_K
    Vladimir_K

    On parle beaucoup du nucléaire pour produire l’hydrogène. Nous sommes d’accord que produire ce carburant consomme énormément d’énergie.

    En fait, il est assez paradoxal qu’il soit aussi compliqué et surtout coûteux de produire l’hydrogène quand on sait qu’il est l’élément le plus abondant de l’univers (on parle de 75%).
    Peut-être faudrait-il attribuer une partie de ces milliards à des scientifiques, pour qu’ils trouvent un autre moyen que l’électrolyse ou l’extraction d’hydrocarbures pour produire le H2. Pour qu’ils trouvent de nouveaux matériaux capables de résister durablement aux agressions de l’élément. Peut-être que c’est déjà prévu.

  • bdd13
    Bdd13

    On se réveille, après 30 ans d’avertissement scientifique. Pffff…. quel temps perdu par nos politico-economico incompétents.
    Notez bien « hydrogène decarboné » et pas « hydrogène vert ». Ce qui sous-entend que l’Allemagne réouvrirait ses centrales nucléaires, Fessenheim aussi (?) et que Flamanville pourrait enfin ouvrir avec un grand coup de pied au c….???
    Espérons-le, mais je crains encore des incompétences, car dans « hydrogène décarboné », il y a avant tout « hydrogène », le « decarbonné » ayant des chances de ne pas être prioritaire.

    • Jean Baptiste Berger

      On en a déjà discuté et je suis d’accord avec vous.
      La clef qui peut ouvrir l’accès aux énergies de substitution au pétrole c’est le nucléaire.
      Seul moyen de produire efficacement assez de courant electrique pour fabriquer de l’hydrogène et remplacer efficacement toutes les solutions farfelues (éoliennes, panneaux solaires) lorsqu’il s’agit de quantités industrielles.

  • Joel

    « un démonstrateur technologique pour 2026 »: a dit Bruno Lemaire: chiche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.